dimanche 21 septembre 2008

En partance

Difficile de tenir ce blog quotidiennement. Je suis en partance. En partance émotionnelle, depuis quelques semaines, avec un homme qui décidément me plaît...En partance physique après demain au pays du soleil levant. A mon retour une vague de sensations glanées de ci de là, des photos au gré de mes surprises, une ribambelle de souvenirs et peut-être oui peut-être un imperceptible changement dans ma façon de penser la vie....
Ce voyage s'inscrit naturellement dans le domaine de la lutte. Accepter de s'imprégner d'une civilisation très différente de la notre, oser une promiscuité de douze jours avec de parfaits inconnus (j'avoue que la vie en groupe de français m'affole plus que d'entendre, manger et voir chinois...), lutter contre le qu'en-dira-t-on :"Quoi? elle prend un congé pour élever ses enfants et elle les abandonne pour partir en Chine!!!!!"
se dire que ce n'est ni une fuite, ni un voyage d'agrément, mais qu'il s'agit bien d'autre chose, qui se situerait entre: se découvrir une existence sans enfant, sans amis, sans raison affective ou professionnelle et une quête d'identité culturelle et individuelle.
Ne vous éloignez pas trop, s'il vous plaît...
A très bientôt.

jeudi 18 septembre 2008

Manoue expose!


L'amoureuse de Guillaume est une artiste. Elle expose ses oeuvres pour la première fois à chalon sur Saône du 04 octobre au 31 octobre 2008 à Harmonia Mundi. Le vernissage aura lieu le samedi 4 octobre à partir de 18h. Venez nombreux soutenir la jeune artiste!

mercredi 17 septembre 2008

genre, vous avez dit genre?

En voyant la signature d'un de mes lecteurs, "l'imposteur", je me suis demandée quel était le féminin de ce mot-là. Tout bien réfléchi, j'ai réalisé que certains mots ne se déclinaient qu'au masculins: un agresseur, un bourreau, un oppresseur, un escroc, un monstre....
De même certaines expressions verbales parce que, bien sûr, il ne pourrait en être autrement! Jugez plutôt : "le pouvoir", "le devoir", "faire du rentre-dedans", "un va-et-vient", "un monte-en-l'air" et "du je-m'en-foutisme"
Bien obligée de reconnaître aussi que d'autres ne sont malheureusement que féminins: une catin, une vamp...et une soprano.
Le féminin de vainqueur ne peut-il être que gagnante?
Il existe heureusement des adjectifs, dits "épicènes", qui s'accordent avec les deux genres comme "véridique" par exemple.
Et n'est-ce pas interessant de constater cette façon d'utiliser le féminin pour parler péjorativement d'un homme ou inversement? "une tapette", "une tante" et "un boudin", "un thon".
Un changement de genre pour certains mots entraîne un changement de sens: un espace/une espace, un mémoire/la mémoire, le vase/la vase. Sans parler de la fraiseuse qui ne sera jamais l'ouvrière qui fait le travail d'un fraiseur mais la machine sur laquelle travaille l'ouvrier...
Certains choix de genre me laissent songeuse comme la tristesse/le blues, une tornade/ouragan, la joie/le bonheur, pourquoi??????
Pour finir, je tiens à citer ces beaux mots qui se déclinent au masculin lorsqu'ils sont singuliers et au féminin lorsqu'ils sont pluriels:
Un orgue/les grandes orgues, le délice/flagrantes délices et un amour/de belles amours.

mardi 16 septembre 2008

Petite annonce

Certains se sont interrogés peut-être sur les deux dernières photos du précédent diaporama. L'homme qui est à mes côtés est H. Je l'ai connu sur le site dont je parle sans le nommer. Avec son autorisation, je vous poste ici son annonce. Vous comprendrez qu'une telle aisance dans le maniement des mots et l'humour qui s'en dégage, ne pouvait pas me laisser indifférente:

"Il est jeune, beau, intelligent, il est cadre sup dans une société prestigieuse, bien élevé, affable, avenant, fidèle. Il a de la classe, se parfume chez cakarel, s'habille chez Daniel Secher et il met les patins dans le salon. Il a de l'humour, fait rire à l'envi et mange du cirage pour briller en société. Il adore les enfants bien sûr! Le matin, il prépare les ptits dej, sort les poubelles, arrose le bonsaï de belle maman, nettoie la caisse de "plaid'égypt" le chat, change l'eau du bocal de "Momo", le poisson rouge et embrasse "Nidja" la tortue avant de jeter un oeil condescendant sur la liste de courses qu'on lui a préparée pour le soir, quand il rentrera du boulot. Il ne boit pas, ne fume pas, ne drague jamais; il est top! Celui que vous cherchez Mesdames est unique et vous êtes des millions à aspirer le rencontrer. Il possède une résidence dans chaque village de france. Peu l'ont rencontré mais beaucoup en rêvent. D'aucuns l'ont vu marcher sur l'eau, d'autres changer l'eau en vin ou faire courir des jambes de bois. Il punit les méchants et récompense les gentils.
Bref, à notre grand désarroi, nous les hommes, il est toujours célibataire.
Quoi qu'il en soit, je vais surement vous décevoir: il n'est pas sur cette fiche
."

lundi 15 septembre 2008

we chargé en émotion

Aujourd'hui lundi, je ne fume toujours pas.
J'ai de sérieuses motivations....
Et bien sûr comme toujours, une volonté de fer!
Je vous poste aujourd'hui un petit diaporama de mes amis (enfin d'une partie de mes amis puisque très très chanceuse, dans ce domaine là, je suis). Soyez un peu patient, pendant le téléchargement....

video
Dans le domaine de la lutte, j'ai momentanément baissé la garde....

vendredi 12 septembre 2008

La décision du jour

Aujourd'hui, j'ai décidé d'arrêter de fumer. Je vous épargne les multiples raisons qui m'ont poussée à prendre cette décision, vous connaissez surement la plupart d'entre elles.
Ce matin, au lieu de deux cafés, j'en ai pris quatre. A midi, deux petits verres de vin. A chaque fois que j'ai eu envie d'une cigarette, j'ai bu un grand verre d'eau. Je suis terrorisée à l'idée de prendre un gramme....Pour lutter contre le désir de porter quelque chose à la bouche, j'ai visualisé des lèvres contre les miennes et j'ai maché du chew gum.
Force est de reconnaître qu'à l'heure où j'écris, je suis gonflée comme une grosse outre, j'ai des crampes aux muscles masticateurs et je suis un tantinet enervée....
J'hésite entre casser une pile d'assiettes, courir dix kilomètres sous la pluie ou....Allez! Je vais reboire un grand verre d'eau.....

jeudi 11 septembre 2008

le penseur macho

Bien sûr il faut lutter contre les machos qui se sentent affaiblis et qui par vengeance mesquine font circuler ce genre d'images....Rions en ensemble....

mercredi 10 septembre 2008

En fait, pour répondre au commentaire de Christine, j'ai envie de développer un peu le principe de féminitude qui n'est pour moi pas incompatible avec une sécrétion temporaire de testostérone...Trouver sa place de femme dans la société, c'est aussi lutter contre notre dépendance aux hommes. Après mai 68, il y a eu une grande avancée pour nous, avec les militantes du MLF (mouvement de libération de la femme pour les lectrices jeunettes comme toi Christine Z). Tout et n'importe quoi a été défendu par ce mouvement et je suis loin d'être aussi extrémiste que ces militantes. Néanmoins, je défends l'idée que l'on peut développer sa féminité et ne pas frémir d'horreur devant un tournevis ou une clé de 10....Faire preuve de féminitude c'est défendre notre indépendance! Mon article précédent caricaturait les activités des hommes et des femmes qui heureusement ont beaucoup évolué. De même que je défends l'idée qu'une femme puisse changer une batterie, je pense normal qu'un homme prenne ses jours "enfants malades", qu'il se lève la nuit pour donner le biberon et cuisine des petits plats pour la famille!
Ce changement social qui passe par une alternance d'expressions et de sentiments féminins/masculins dans le plus grand respect est un grand progrès . Et comme dirait si bien Serge Hefez dans son livre "Dans le coeur des hommes": "à charge pour les femmes d'accepter d'y perdre en sentiments de protection. A charge pour les hommes de ne pas s'arc-bouter sur les ruines d'un patriarcat perdu."
Réflexion à suivre....

mardi 9 septembre 2008

Testostérone

Ce matin , je me suis concentrée pour produire un peu plus de testostérone que d'habitude et.....J'ai changé une batterie de voiture!
Même pas dur!
Comme le taux hormonal n'est pas redescendu tout de suite, j'ai fait des trucs de mec....Je suis allée à la décheterie, j'ai trié des vis et des écrous pour les ranger méthodiquement dans différents bocaux, j'ai empilé des buches de bois pour l'hiver et j'ai même bu une bière!

Cet après midi j'aurai pu lire l'équipe et m'affaler dans le canapé deux heures durant, la télé allumée, mais je craque, point trop n'en faut: je file chez l'esthéticienne!

lundi 8 septembre 2008

Féminitudes

Il existe trois états de femme possible.
Le terme "femme" renvoie avant tout à une réalité biologique et anatomique,
la "féminité" correspond à l'accentuation des caractères dans un rapport de différenciation par rapport à l'homme, aussi bien au plan psychologique que du comportement.
La "féminitude" enfin, c'est le passage du stade de la femelle-femme à celui de l'individu-femme, de l'être pensant et agissant. …..La féminitude c'est l'usage délibéré et conscient, et tout à fait contrôlé de la femme et de sa féminité. La féminitude c'est l'usage transcendé et maîtrisé que fait la femme de sa féminité et de son statut. Malek Chebel
Faisons preuve de féminitude les filles!

dimanche 7 septembre 2008

Geste inhabituel

Hier soir j'ai offert des fleurs à un homme vivant et c'était bon!

vendredi 5 septembre 2008

Oui chef

Ma fille, six ans et demi, revient de l'école où elle a fait sa rentrée en CE2, un peu penaude. Elle avait déjà été punie le matin pour bavardages et s'était pris un savon à table. La punition du maître avait consisté à l'isoler dans une salle vide, attenante à la salle de classe. L'après midi rebelotte. Cette fille de lutteuse avait dû estimer que son maître faisait preuve d'un autoritarisme excessif elle a répondu "oui chef" lorsqu'il lui a demandé de faire quelque chose. N'ayant pas le même sens de l'humour que la fillette, le maître l'a de nouveau isolée. J'ai hésité entre:

"Bon et bien on va écrire ton nom sur la porte de cette salle si tu prends l'habitude d'y aller tous les jours" ou une leçon de morale en bonne et due forme.

J'ai choisi: "tu feras tes excuses au maître lundi matin en arrivant à l'école."

Les chiens font-ils des chats?


Paraît que j'étais pas toujours une élève facile à l'école, du genre contestataire...

Petite conversation avec ma remplaçante

"Alors? Comment se passe cette rentrée?"
"Je suis très fatiguée!"
"Eh oui, c'est normal..."
"Comment s'est passé votre premier contact avec les élèves?"
"A peu près bien.....Un petit souci avec une classe de troisième que vous aviez en 4 ème l'an dernier."
"Ah?, pourtant ils étaient bien sympas, ces quatrièmes..."
"Oui, en fait la classe s'est rangée devant le labo et quand je leur ai demandé d'entrer ils n'ont pas bougé. On attend madame S m'ont ils dit. Alors je leur ai dit que vous aviez pris un congé de six mois et ils ont poussé des cris en disant que c'était vous qu'ils voualient que six mois ce n'était pas possible. Ils m'ont demandé quand exactement vous reprendrez et à l'idée de m'avoir jusqu'au début mars, la plupart d'entre eux ont fait une tete d'enterrement pendant toute la première heure."
"Ne vous inquiétez pas, je suis sure que cela va très bien se passer avec vous. En tout cas merci de me l'avoir répété, cela me fait plaisir..."
Je pose les armes pour aujourd'hui. Je suis au tapis!

suite de l'article ci-dessous

Dans la vraie vie lorsqu'on voit quelqu'un pour la première fois, il ne nous fait pas forcément bonne impression. Je me souviens que jamais j'aurai pu imaginer que Marti allait devenir l'homme qui partagerait ma vie. Les deux premières fois que je l'ai vu, mon opinion était plutôt négative. Dans les rencontres virtuelles "payantes"(ce détail n'est pas négligeable) l'idée est d'amortir l'investissement et de développer une exigence démoniaque: bienvenue dans le monde du zapping caractérisé!
Premier rendez-vous avec l'inconnu. Un grain de beauté mal placé, une attitude déplaisante, un vetement taché et cet essai est définitivement relégué au rebut. Aucune deuxième chance!
Pour le tchat, une personne normale qui discuterait en tête à tête avec une autre personne dans un café ne voit ici aucun inconvénient à tenir 3 tchats à la fois, quitte à répondre un peu lentement à chaque interlocuteur ou s'emmeler les pinceaux et donner la réponse à la question de l'un à l'autre. Bienvenue dans le n'importe quoi!
Luttons contre ces pulsions de demande de rentabilité! Donnons nous le temps de faire bien. Un tchat à la fois. Pas d'élimination intempestive...Restons dans la vraie vie....
Paroles d'une convaincue.....

mercredi 3 septembre 2008

Le vivier

C'est une future amie potentielle qui m'a dit s'être inscrite récemment dans le vivier de mâles mis à notre disposition sur internet, nous les femmes... Dans ce nouveau sport du domaine de la lutte, peut-être puis je faire part de quelques impressions toutes personnelles.



Certains hommes sont méfiants parcequ'il parait que de nombreuses femmes ne s'inscrivent que pour se faire payer des restos et des sorties diverses et variées. Résultat: certains renaclent franchement à sortir le porte-monnaie. Règle numéro 1 : afficher un parfait désinteressement!


Certains hommes sont perplexes parce qu'ils se sentent romantiques et tombent sur des femmes libérées qui vivent une sexualité épanouie et qui parfois se contentent de "ça". Règle n°2: sans jouer les vierges effarouchées, ne les affolons pas trop!



Les hommes sont autant dubitatifs que nous sur les chances de réussir une belle histoire grace à un site. Règle n°3 sortir du cadre de ce site le plus vite possible...

Je confirme qu'à défaut de tomber amoureuse, on peut faire naître de belles amitié (n'est ce pas Pascal?)

Je souhaite bonne chance à tous les nouveaux inscrits à ce type de site de rencontres et de la persévérence pour ceux qui y sont déjà!

mardi 2 septembre 2008

Ce n'est pas la rentrée pour tout le monde!


Aujourd'hui? Je suis trop heureuse!

lundi 1 septembre 2008

Un dimanche comme les autres

Hier, je suis allée au marché. Juste avant j'étais passé au cimetière. Ce qui me semble surréaliste, c'est le naturel que j'adopte pour placer cette action dans le cours de ma vie. Je vais au cimetière, porter des fleurs sur la tombe de Marti. Cela est normal, aussi normal que d'aller au marché. Lutter c'est intégrer cela. Certaines veuves que je connais ne peuvent pas aller au cimetière. Cette action leur renvoie trop brutalement et douloureusement la mort à laquelle elles s'efforcent de ne pas trop penser. Moi j'ai opté pour l'acceptation de l'inacceptable. Avant, il était là, maintenant il n'est plus là. Moi j'y suis. Je vous poste aujourd'hui la lecture d'un texte que j'aime tout particulièrement extrait de "Paroles" de Jacques Prévert. J'aime ces phrases brutes qui parlent du côté absurde de la vie.


video