lundi 9 février 2009

Enfance



Je suis TATIANA
La sauvageonne, l’indienne.
Je suis TATIANA
La silencieuse, la secrète.
Je suis la reine de cette vallée et des bois qui l’entourent.
Aucun être humain ne connait mon secret.
J’ai juré de ne rien dévoiler.
Le matin, je me presse, il y a tant à faire !
Je sors au moment où la brume de l’aurore est encore étendue en voile doux au dessus du sol.
Je guette les messagers.
Sitôt qu’ils me repèrent, ils se dépêchent de me rendre compte
Il y a tant à faire !
Les journées sont trop courtes !
Il faut libérer la nouvelle poule séquestrée, affamée, dans le piège à renard,
Poser des Belladones devant les passages des chasseurs pour dévier le gibier de leur route,
Soigner la patte d’un blaireau avec une application de sève de bouleau.
Vite, le temps presse, un corbeau, messager noir, croasse une nouvelle alerte en tournoyant au dessus de ma tête.
J’arpente les sous-bois, la peau de renard sur l’épaule qui masque mon odeur d’homme : le parfum de la honte.
Ici, je recueille 8 marcassins collés au cadavre de leur mère
qui a dû courir longtemps avant de mourir là, vidée de son sang par le trou de chevrotine.
Je les mène au terrier d’une renarde qui vient de perdre ses deux petits.
Elle les nourrira, les sauvera.
Je me presse, il y a tant à faire !
Il y a le hérisson que petit Louis a enfermé dans un carton
Et tant de travail encore !
A chaque fois, aux oreilles des victimes,
les mots mille fois répétés :

« Pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font »

Je suis TATIANA
La sauvageonne, l’indienne
Je suis TATIANA
l’erreur humaine.

2 commentaires:

walkingthedog a dit…

Ho !

noèse cogite a dit…

Tiens tiens..heureuse de pouvoir encore avoir de tes nouvelles,,je lirai attentivment tes nouveaux textes!