mercredi 31 décembre 2008

Bonne année 2009!



Pour franchir cette nuit et basculer vers cette année inconnue, je vous offre des ouvertures sur un "autre côté" en mosaique et en diaporama.
Franchissons ce "cap" ensemble et restons unis!

mardi 30 décembre 2008

Petites aiguilles

"Ca te fait mal?"
"Non, ma chérie"
"Pourtant, il t'en a mis partout!"
"C'est normal"
"Même sur la tête, dans les cheveux!"
"Ne t'inquiète pas ma chérie, je te dis que c'est normal!"
"Quand est-ce qu'il va te les enlever?'"
"Ecoute, ma fille, le but du truc c'est de se détendre alors si tu pouvais lire tranquillement ton garfield, cela m'arrangerait!"
......................................vous disiez docteur?
"Avez-vous une raison d'être particulièrement stressée en ce moment madame S?"
"euh.....Laissez-moi réfléchir.....Je ne sais pas laquelle choisir...J'en ai plusieurs en fait docteur!"
"L'expression "en avoir plein le dos, prend ici tout son sens". J'ai bien peur que les médicaments et l'acupuncture ne suffisent pas!"
"Le vaudou peut-être???????"

lundi 29 décembre 2008

A la découverte des mots

Assise, presqu'accroupie sur mon escabelle je m'emploierai à ravilir cette infâme nostalgie qui dépose du cipolin dans mes veines afin de redevenir la ménade que j'étais. Je dois suivre l'heuristique qui me sauvera de mes doutes.
¨Pour retrouver le sens de tous ces mots savants, je vous invite à feuilleter le blog de Jean-Christophe Latournerie qui est un recueil de mots tous plus délicieux les uns que les autres.

La vie est-elle toujours une lutte pour toi?

Me demande-t-on récemment.
Alors du plus loin qu'il 'en souvienne, j'ai toujours pensé que la vie était une lutte. Cette expression enervait ma mère.
"La vie est un cadeau Hélène, pas une lutte", qu'elle me disait, servie avec sa vision guimauve rose du monde.
"Non, maman désolée, ma copine se fait violer par son père tous les soirs, y a des tas de gens qui tendent la main dans la rue, y a la guerre un peu partout, t'es fachée avec une grande partie de ta famille...Non maman la vie n'est pas un cadeau. Ou alors pas pour tout le monde. Pour toi peut-être...."
"La vie est amour" dit le curé.
..................................................Vous voyez de l'amour partout, vous?
Moi je crois qu'on peut poser de l'amour partout. Mais que cela demande de lutter contre ses pulsions humaines. Parce que le coup de pardonner à ses ennemis, ne pas rendre coup pour coup, faire preuve de compassion en toutes circonstances cela demande de réfréner une grande part de nos instincts primitifs non?
J'ai eu la chance d'avoir une enfance protégée par rapport à nombreuses de mes semblables, je ne suis pas née dans un pays en guerre ou dans un pays ou une femme n'a aucune place dans la société à part celle d'esclave, j'ai eu la chance de pouvoir faire des études, de ne pas naitre avec un handicap, d'avoir été aimée souvent, énormément etc....Mais je tiens à rester lucide et vigilante. Pour moi lutter c'est d'être consciente de ces acquis et les préserver, lutter c'est refuser le découragement, le nombrilisme ou la solitude qui semble bien aimable parfois.
Moi je vois de la lutte partout. Lutte pour battre une maladie (et certaines sont dures à battre), lutte pour gagner des sous (accepter de passer un peu de brosse à reluire à un collègue ou patron que l'on n'aime pas par exemple, des horaires difficiles parfois etc...), lutte pour réfréner, taire, voire tuer ses sentiments puisque l'homme qui était là pour les recevoir ne l'est plus, , et pour certains c'est tout simplement une lutte de ne pas se mettre une balle dans la tête. Ma belle-mère par exemple, je ne sais pas comment elle fait pour être encore là dans cette vie ci après toutes les épreuves qu'elle a subi! Lutter c'est alors tout simplement "croire en un lendemain" ce qui n'est pas rien.
Alors je rassure tout le monde: j'adore la vie! Peut-être aussi que j'aime lutter, ou cette idée qu'il faut lutter. Mais je baisse les armes et suis en paix lorsque je suis dans les bras d'un homme bienveillant, lorsque j'ai mes enfants autour de moi qui m'inondent de leur amour, lorsque je bois un thé au fenouil ou un mercurey premier cru avec une amie. Je sais verser une larme de bonheur à la lecture de beaux mots, ou devant une belle image (photo, peinture,dessin d'enfant), je suis enveloppée d'une grande sérénité lorsque je marche sur de la mousse en forêt qui exhale ses parfums d'automne. Et ne tenez pas compte de l'ordre dans lequel j'ai écrit ces bonheurs là parce que je ne saurai jamais dans quel ordre de préférence les classer.
Je vous remercie d'avance de réagir à ce billet. donnez votre avis! Et vous, la vie est-elle une lutte ou non? Si vous deviez lui attribuer un mot un seul, lequel choisiriez-vous?

dimanche 28 décembre 2008

Mais où est-il donc passé?

Putain mais où est-ce que je l'ai fourré?
Il était là, tout près...
pret aussi d'ailleurs
à dégainer pour un oui ou un non
surtout un non
Mais depuis Noël, je ne le trouve plus
Si je ne remets pas la main dessus
le réveillon risque d'être d'une tristesse!
C'est une lutte quotidienne
que de ne pas le perdre,
l'entretenir, le faire grandir.
C'est mon meilleur rabatteur d'amis
et d'amants aussi.
Sans lui y a plus que la mélancolie
qui bouffe tous les moments de la journée
Merde
Faut que je le retrouve




Ce putain sens de l'humour!

vendredi 26 décembre 2008

mosaique de noel

Posted by Picasa

Les petits mots de Noel

Pendant le diner Clara a distribué des petits papiers coeurs. Chacun a écrit quelque chose sans savoir qui allait le recevoir. Au hasard du piochage, nous avons donc reçu quelques mots en cadeau.






où je raconte comment on a failli frôler le drame, le soir de noël

"Qu'est-ce-tu-fais-m'man?"

"Tu vois bien, je prends des médicaments. J'ai vraiment trop mal au dos. Toi, le futur médecin, tu dois connaître les myoelaxants et anti-inflammatoires. "

"Oui maman, mais tu viens de t'enfiler QUATRE cachetons d'un coup"

..........La mère soudain plongée dans le doute......

"Il s'agit de 2 ibuprofène 200mg et deux lumirelax"

"Es-tu sure qu'il s'agit du 200mg? pour tes dents on t'avait prescrit du 400"

"Je ne me sens pas bien, j'ai la tête qui tourne, mon coeur bat bizarrement (grande scène du 4 que je réussis très bien, ceux qui me connaissent confirmeront!)

"C'est bien ce que je pensais, regarde tu as pris deux 400 mg, ça te fait 800 mg d'un coup! rassure moi ce n'était pas ce médicament qui te faisait avoir des hallu?"

"si"

"Eh bien joyeux noël m'man"

"Qu'est ce que je peux faire C? Je vais téléphoner au médecin!"

"A 16h un 24 décembre? Bonne chance!"

"S'il te plait dis moi ce que je peux faire...."

"Vomir ou dormir, il faut choisir!"

jeudi 25 décembre 2008

Vous savez quoi?

Parmi les cadeaux de Noël en rapport avec ce blog, il y a le deezer que Sylvain m'a installé (merci mon fils génial!) et...
il y a eu des commentaires de Julie.
Julie me réconcilie avec les "vieilles" dames.
Depuis que je lis ses blogs, je ne les perçois plus comme des assassines en puissance (enfin, faudra quand même que tu me confirmes que tu n'as tué personne, Julie!).
Je vous invite à aller sur son blog pour baigner dans sa joie de vivre, son energie et son amour des êtres humains pour profiter pleinement de ces fêtes.
Merci Julie.

P.S Faut bien que je précise pour les nouveaux que Marti en moto a été tué par une charmante dame de 68 ans au volant de sa voiture. Dame qui ne s'est jamais manifestée d'ailleurs par un petit mot ou autre chose.....

mercredi 24 décembre 2008

Liste de Noël

Ce soir le père Noël va passer!
C'est le moment de rêver espérer
que la liste commandée soit honorée.
Moi, j'ai demandé la santé pour tous ceux que j'aime
un baume contre la douleur de ma fille, de mes fils
et un peu pour moi aussi.
Un évenement
Comme un tour du monde
ou plus simplement le sourire d'un enfant
qui vaut bien tous les tours du monde finalement
J'ai commandé des étoiles spéciales pour Marti
pour qu'il les reçoivent dans son "au-delà"
une énergie particulière
pour ceux qui n'ont plus la force de croire
j'ai demandé de pouvoir pardonner
aux quelques uns qui m'ont cassée quelques jointures
aux lanceurs de glaviots de ci de là
et surtout de là.
Pour Noël, tiens je demande l'amnésie
ce doit être reposant l'amnésie, non?
Mais un de mes voeux de Noël
c'est que vous soyez là mes fidèles amis réels,
ou blogueurs inconnus et autres étincelles
pour entretenir la flamme, me donner des ailes
et m'aider à avancer entre terre et ciel
sur ce long long long et étrange chemin de vie.....

JOYEUX NOEL A TOUS!!!!

mardi 23 décembre 2008

levitation

En lévitation dans ma vie
Les gens s'agitent autour de moi
Mais je suis ailleurs
Sur une chaise de la Plancha en face de l'océan atlantique
A Venise dans la brume
En guet sur une tourelle du Keynia
Déguisée en princesse sur un cheval invisible
Des petits bouts de moi en mosaique
qui font ce que je suis aujourd'hui.
je suis là et ailleurs
parce que je n'aime pas toujours le là.

Savoir demander

87 vient déjeuner à la maison demain. Je suis toujours sidérée de la réactivité instantannée de cet ami personnel de mon mari. Cet homme donne tout son sens à l'expression: les amis de mes amis sont mes amis. "Je vais prendre des photos de la stèle, appeler l'entreprise, leur envoyer les photos..." merci 87, revendique réparation pour moi, pour nous...
A tous ceux et celles qui me lisent et que la mort a privé d'un ou d'une amie, soyez là pour son veuf ou sa veuve!
Bon, je sais ce que ceux qui me connaissent vont me rétorquer: "oui mais toi, tu sais demander". C'est vrai! j'ai un culot gigantesque pour demander. Demander des abonnés fidèles , demander des commentaires , demander qu'on tronçonne, demander des amis sur facebook, demander du sexe sur meetic, demander un livre pour noël à un type que je ne connais même pas et la liste serait trop longue pour que je continue. Quelqu'un dans mon enfance a du m'assener à coup de marteau sur la tête: "qui ne demande rien n'a rien ". Et moi, je veux, c'est comme ça! c'est fou tout ce que je veux. Les sept cycles de réincarnation ne suffiront sans doute pas! Ma principale volonté est quand même une énorme volonté de VIVRE dans le moins de douleur possible, ce qui compte tenu de certains évènements, n'est pas forcément évident.
Je me suis rendue compte que la majorité des gens n'osaient pas demander! ou alors mal. Nan, parce qu'attention, moi l'experte en demandes je dis qu'il y a façon et façon de demander!
Faut absolument éviter de demander dans le pathétique. Le "je suis seule, je suis malheureuse, je t'en supplie fais quelque chose pour moi" est à proscrire! Beaucoup trop de pression dans cette demande-là, on est à la limite du chantage affectif. Nan. Même si c'est vrai.
A propos d'expression il y en a eu que ma grand-mère maternelle qui habitait l'appart au dessous du notre disait au moins une fois par semaine c'est : "aide-toi et le ciel t'aidera". Moi qui ne crois plus vraiment en l'aide divine, je l'ai relookée en "aide-toi et les autres t'aideront".
Faut montrer un minimum de bonne volonté une sorte d'étincelle initiale puis hop le reste de la flamme nous est apporté. Je devrai peut-être faire ça comme nouveau métier: coach en demande!
Je précise que la demande n'est pas incompatible avec la lutte puisque c'est une façon de lutter pour moins souffrir que de demander une chose qui va être "soulageante".
Allez j'arrête là mes conneries pour aujourd'hui mais pas avant de vous demander de continuer de me soutenir par votre présence sur ce blog!
D'avance, MERCI.
(ben oui, faut quand même pas oublier de dire merci...)

lundi 22 décembre 2008

La rouille

La stèle de Marti rouille. Elle aura même pas passé le cap du premier hiver!
Or les tombes se doivent d'être sinon éternelles, les plus durables possible. Parce qu'être mort c'est un état qui DURE super longtemps !
Alors, bien sûr, la moindre des choses c'est que la tombe aussi dure dans un état le plus impérissable possible. Mais, nous, nous avons voulu rejeter la pierre, le marbre. Nous avons voulu être originaux trouver un matériaux qui calquait plus à la personnalité "motard" de Marti... Du genre "inox"
Une stèle en inox ne devrait pas rouiller!
j'ai dû me faire avoir....
87, le meilleur ami de Marti, va encore devoir payer de son temps pour régler le problème. Moi c'est au dessus de mes forces.
Merde!

dimanche 21 décembre 2008

Faut pas venir chez moi!

Les gens qui viennent chez moi en we, les pauvres! Ils se retrouvent avec une tronçonneuse dans les mains en arrivant, une vidange de voiture à faire le lendemain et pendant les repas je les saoule! (Avec du trèèèèsss bon vin ceci dit!).

Vous rajoutez le fait qu'ils sont réveillés à six heures du mat par mon coq (non B, tu ne lui trancheras pas la tête à la tronçonneuse) qu'ils doivent éviter les pipis de D'Jecko dans le couloir et vous comprendrez l'inévitable turn over qu'il y a chez moi. En général, les gens ne viennent qu'une fois. Ceci dit je tiens à rendre hommage aux membres de cette famille de la petite maison dans la prairie qui payent souvent de leur personne avec le sourire! Merci Evelyne et B!
Bon y a pas eu de patinoire ce we, mes invités étaient trop crevés par les épreuves que je leur ai infligé!

samedi 20 décembre 2008

Coup de foudre

Hier à 17h30, à la patinoire de Chalon sur Saône, j’ai eu un coup de foudre.
Jusqu’à 18h30 je n’ai eu d’yeux que pour lui !
Dieu que je l’ai trouvé beau ! J’ai adoré son sourire, son visage, son corps. 30 minutes de dévorage des yeux, de fantasmes et de bonheur.
J'ai bien remarqué qu'il m'observait, lui aussi, à la dérobée, mais avec mes chaussettes sur la tête (voir mon commentaire du jeudi 18 décembre pour comprendre...), j'attirai malgré moi les regards....
Il patinait avec une relative aisance sans jamais se départir de son incroyable sourire. Il était accompagné de quatre pré-ados, trois garçons plutôt turbulents et une fille peu sure d’elle, qu’il prenait régulièrement par la main pour des tours de piste. La jeune fille était blonde, les garçons plutôt méditerranéens et lui, indéniablement….chinois !
Je me suis imaginée plongée dans son sourire, enveloppée de sa sérénité, collée contre sa peau parfaitement imberbe et le frémissement du bas des reins est revenu à fond la caisse!
Je l'ai imaginé ré équilibrant le "chi" de ma maison (qui, il faut bien l'avouer contient beaucoup trop d'éléments symbolisant la terre et le feu que le bois, le métal et l'eau), la main dans la main sur la glace avec Clara, nous cuisinant des raviolis à la vapeur...
Cette demi-heure pathétique a eu le mérite de me réconcilier momentanément avec le sexe opposé...Et vous prouve, au cas où vous n'en seriez déjà pas convaincus, l'incroyable capacité de mon cerveau de zapper d'un état à un autre sans aucune bienséance!

vendredi 19 décembre 2008

A lire!

Si vous ne savez pas quoi faire comme cadeau à un ami, vous pouvez aller acheter "Où on va papa?" de Jean-Louis Fournier. Un petit livre de 150 pages écrit gros avec de très courts chapitres qui ne peuvent pas effrayer quelqu'un qui ne serait pas un grand lecteur.
Des mots crus, vrais, terribles et le salvateur humour pour raconter la "double fin du monde" d'un père de deux enfants "pas comme les autres". Je vous livre un extrait du début du livre, les mots qu'il adresse à ses fils :
"Quand on parle de deux enfants handicapés, on prend un air de circonstance, comme quand on parle d'une catastrophe. Pour une fois, je voudrais essayer de parler de vous avec le sourire. Vous m'avez fait rire, et pas toujours involontairement.
Grâce à vous, j'ai eu des avantages sur les parents normaux. Je n'ai pas eu de soucis avec vos études, ni votre orientation professionnelle. Nous n'avons pas eu à hésiter entre filière scientifique et filière littéraire. Pas eu à nous inquiéter de ce que vous feriez plus tard, on a su rapidement que ce serait: rien.
Et surtout, pendant de nombreuses années, j'ai bénéficié d'une vignette automobile gratuite. Grâce à vous, j'ai pu rouler dans des grosses voitures américaines."

Merci à Hélène M pour avoir fait la promotion de ce livre sur son blog et merci à L pour m'avoir prêté ce super livre!

jeudi 18 décembre 2008

Manque

Un coeur qui a aimé si fort
Peut-il grandir encore?
Existe-t-il une exponentielle
aux sentiments d'il ou elle?
S'effacer, taire, détruire, abandonner
alors qu'on voudrait modeler, vaincre, hurler!
Je n’aime pas ce que je deviens sans toi
Cette boule de peur et de chagrin
Aimer c’est laisser aller l’autre en roi
Tout au bout de son propre chemin
Porter seule la croix
Ne pas sauter du train
N’empêche, tu me manques toi
...

mercredi 17 décembre 2008

Nouvel abonné!


Bienvenue à Pedrolito mon coéquipier de gondole-train-couchette-négo-achat en Chine qui me surnommait fleur de lotus quand je ne ralais pas et la treizième plaie d'Egypte la plupart du temps!

fremissement nocturne

Bon moment de rires au théâtre hier soir grace à la compagnie Deschamps. J'ai revu O. une collègue en retraite, une qui sait en profiter. Toujours aussi belle, toujours aussi fervente dans ses convictions. Cela fait du bien, moi qui en ai perdu quelques unes en chemin. Ensuite L et moi avons été boire une bière au purgatoire: le lieu nocturne du quartier ar excellence. Est ce parce qu'elle me faisait partager son bonheur d'avoir rencontré un homme, apparemment très bien (comme quoi cela est plus courant que je ne le pense....), où la bière, où le lieu qui dégage une certaine sensualité? Quoi qu'il en soit pour la première fois depuis longtemps, j'ai ressenti une sorte de tremblement dans le bas des reins.....Qui pourrait ressembler à un petit état de manque....
Allons bon! Manquait plus que ça!

Clara a 7 ans

Aujourd'hui Clara a 7 ans!

mardi 16 décembre 2008

Le temps, t'aura pas not peau!

L'évènement de ce soir fut un coup de téléphone de l'amie, A, de ma mouvementée adolescence.(Voir article 9 juin 2000)...
J'ai reconnu sa voix. 20 minutes de communication. Mais vous savez....Pas genre: "Alors comment ça va, qu'est ce que tu deviens ?"....Le genre de trucs qu'on se demande et qu'on se raconte du bout des lèvres.....Non. C'est ça qui est génial entre deux amies qui se connaissaient par coeur, c'est qu'on se rend compte que l'essentiel de nous-même: on l'avait déjà en nous!!!! le putain de temps n'a pas de prise sur ça!
J'en parlais l'autre jour avec mon deuxième. ce qu'il sera, est déjà dessiné en lui aujourd'hui. j'aime ce que mes enfants sont et seront même si c'est à des années lumière de ce que j'étais ou voulais, moi à leur âge. j'aime "voir" ce qu'ils ont construit comme valeurs, comme priorités dans leur vie.
Bref, à cause de ce qui était déjà en nous, à l'époque, nous nous retrouvons, A et moi, sans surprise. Il y a une incroyable sincérité dans nos propos. Moi, j'adore la sincérité. Aller tout de suite à l'essentiel. Ne pas décrire l'évènement mais plutôt les sentiments qui ont découlé de cet évènement. Ce qui m'interesse : c'est ce qu'il y a dans la tête des gens, pas ce qu'ils vivent. Lorsque je rencontre de nouvelles personnes en soirée, forcément ça passe ou ça casse! Le superficiel, je ne peux pas!
Les amis qui sont encore là aujourd'hui, sont ceux qui ont "adhéré" au test de sincérité et j'en profite pour leur dire à quel point je les aime!
JE VOUS AIME!!!!
Voilà, ça c'est fait.
Sur une des dernières affirmations d'A (tu aimes la vie, Hélène, tu as toujours eu cette "force de vie". Tu te prends des coups durs, tu souffres mais cet amour de la vie est inébranlable chez toi!) je me pose une question : "D'où vient cet amour-là? Est ce que la vie me paraît belle parce qu'elle est belle ou parce que je veux qu'elle soit belle ?

A lire!

Comme promis, je fais un ptit billet spécial à ceux qui ont encouragé ma fille:
Aujourd'hui il FAUT que vous alliez lire la description d'un accouchement dans le style décapant que j'adore de Patrick Courval. Cliquez ici.
Il faut aussi aller méditer sur le billet et les commentaires qui l'accompagnent de Noèse!
Et parce qu'une réflexion vient jamais seule, laissons nous transporter par les mots de Lyse clo. qui viennent en écho d'un coup de trafalgar de Sylvain hier soir. "Maman, on était si heureux "avant", j'aimerai tant pouvoir revenir en arrière!"
Bonne lecture et réflexions!

Deux ptites princesses


Depuis dimanche soir j'ai deux petites trésors à la maison et ce jusqu'à vendredi soir. Flore et Aurore, les deux petites princesses d'A et JL partis en voyage avant les mois de lutte qui s'annoncent contre la maladie.
De frais éclats de rire cristallins ont envahi la maison. C'est un vrai bonheur!
Mais il est vrai que le rythme change et que j'aurai sans doute du mal à tenir mon billet quotidien.
Je bois du petit lait en voyant les têtes des langues de .....qui cancanent devant l'école (voir billet précédent à ce sujet!). J'imagine ce qui peut se dire:
"Pff qu'est ce que c'est que ces deux gamines? Elle s'est ptêtre mise nounou. Elle va faire de la concurrence à celles du quartier! Est ce qu'elle a le droit d'être nounou? Faut dire veuve, pis en arrêt, elle est pt'etre sur la paille! En plus elle s'est pris un chien, vraiment n'importe quoi!"
Hier après midi l'une d'entre elles, en voyant Aurore en robe de princesse pour accompagner Clara à l'école, n'a pas pu s'empêcher de me demander: "elle est mignonne! Elle va où?"
"Nulle part. Comme toutes les petites filles, elle aime se déguiser, c'est tout!" que j'ai répondu.
Mon regard a du la dissuader de m'en demander davantage.

dimanche 14 décembre 2008

La tronçonneuse, suite et fin

Alors, j'ai essayé mais non vraiment ce truc là, ce n'est pas pour moi.
D'abord quand j'ai débalé le carton, j'ai vu que la tronçonneuse n'était pas prête à l'emploi! Fallait la monter. N'ayant jamais gagné les championnats de légo, j'ai enfilé ma jupe en cuir et mes bas et j'ai filé au service après-vente pour faire ma blonde effarouchée devant un mode d'emploi. Bon, cela a marché et je suis repartie avec ma tronçonneuse prête à servir.
J'ai grimpé cinq marches sur l'échelle mais avec mon vertige légendaire, j'ai bien dû me rendre à l'évidence: ma maladive fierté ne viendrait pas à bout de ce challenge-là!
C'est alors que G, mon aîné, a débarqué: "y aurait-y pas des branches à tronçonner dans cte maison-ci? " J'ai appris d'un coup que :
1) G lisait mon blog
2) Qu'il était mon sauveur
Il a donc tronçonné. Puis Cy (contre promesse que son café serait livré chaud dans sa chambre )(celui-là faut toujours qu'il négocie!) a continué de démembrer l'arbre.

Si seulement j'avais su que tu étais fan Pascal!!!!!!!
Au bout d'un moment la chaîne s'est détendue. j'ai ouvert le capot; j'ai néttoyé l'espèce de gomme collante qui avait envahi la machine mais bien sûr, je me suis trouvée dans l'incapacité de remonter le truc correctement. Sans doute une histoire de chromosome Y en moins!
Je n'ai pas eu le courage de me changer avec la jupette et tout. Je suis retournée au service après vente en djean cradingue, les cheveux en vrac et l'air sans doute très très fatigué. Eh bien cela a marché quand même. Le monsieur a remonté l'engin et m'a dit que je pouvais revenir quand je voulais...
Ce à quoi je lui ai répondu que je reviendrai surement compte tenu mon incompétence totale en la matière!

vendredi 12 décembre 2008

La tronçonneuse

Cela fait un mois que j'attends que certaines personnes que je nommerai pas viennent avec leur tronçonneuse pour me permettre de couper les branches du saule. Pis je déteste être dépendante de qui que cela soit. Alors sur un coup de tête ou de sang, va savoir, je suis allée acheter une tronçonneuse thermique puis l'huile pour moteur deux temps, puis l'huile pour chaîne....J'ai été prévenir le voisin. Demain....Je tronçonne. Si vous n'avez plus de billet c'est que je m'en serai mal servie!
Je me demande si je ne devrai pas concéder un baiser, voire plus, à un bricoleur, habile homme à tout faire à domicile....Le hic, c'est que j'ai personne de ce genre sous la main! Pfff la vie est dure!


serviabilité

Hier soir, nous avons fêté l'anniversaire de S au resto.
Une fois n'est pas coutume, il y avait un MEC avec nous!
Un ami de S et F.
Cela n'a pas empêché nos papotages de nanas habituels qui font tant de bien....Parmi les nombreux sujets abordés, bien sûr, celui de l'amour monopolisa une partie de la soirée.
A un moment, le mec s'est positionné. Il a sorti un truc de mec. On a beau le savoir, ça nous laisse toujours sur le cul, nous les filles!
En parlant d'une femme avec qui il est depuis deux ans et demi, il a dit:
"Non, je ne l'aime pas mais je lui ai dit que si, pour lui faire plaisir" (et surtout pas d'emmerd...a -t-il pensé tellement fort qu'on l'a toutes les quatre entendu!)
"Ce n'est pas rendre service à la fille que de lui dire la vérité". a -t-il rajouté, vraiment mec jusqu'au bout des ongles! (Puis il a dit, "mregarde pas avec ces yeux-là, H, tu mfais peur...)
Vous, je sais pas, mais moi une telle serviabilité me laisse songeuse....

jeudi 11 décembre 2008

test sida ou le parcours du combattant!

Pour pratiquer un test gratuit et anonyme de dépistage du SIDA à Chalon sur saône, il faut aller à l'hopital. Là on donne au jeune un petit papier avec les horaires de permanence en lui spécifiant qu'ils ne sont pas garantis car les permanences ne sont pas toujours assurées.
le lundi de 10h à 14h
Le mardi de 9h à 13h
le mercredi de 13h à 17h
et le jeudi de 13h à 17h.
A ce moment là, le jeune, vraiment motivé se dit : bon plutôt que de revenir cet après midi je vais faire un test payant et pas anonyme et se dirige avec sa carte vitale à un laboratoire de biologie.
il se voit refoulé parce qu'il faut une ordonnance médicale pour faire le test de façon non anonyme et non gratuite. Là, le jeune, un peu excédé, rentre chez lui, engueule sa mère (qui va être obligée de faire un roti de porc au curry pour faire passer le truc!) et s'enferme dans sa chambre furieux d'avoir perdu sa matinée!
Eh oui, désolée! C'était encore un billet d'humeur....
Je trouve que les tests de dépistage du SIDA ne devraient pas necessiter d'ordonnance, si?

9 juin 2000

Ceci est un billet spécial.
Pour un jour spécial.
Un souvenir spécial.
Pour le comprendre, il faut remonter au 9 juin 1980.
Trois adolescents inventent leur avenir autour d'un magnétophone au sixième étage d'un appartement parisien.
Il ya P: le romantique, A: l'ecorchée et H : la remuante indisciplinée.
Trois amis de plusieurs années déjà. Leur métier, leur vie amoureuse, leur lieu de vie, tout ils imaginèrent tout et l'enregistrèrent. Une cassette de deux heures!
Un des trois lança:
"Donnons-nous rendez vous dans exactement 20 ans. Nous verrons bien si nous aurons la vie qu'on imagine aujourd'hui!"
Et le serment solennel fut prononcé, les mains les unes sur les autres:
"Quoi qu'il arrive, nous nous retrouverons le 9 juin 2000, seule la mort nous empechera d'honorer ce rendez-vous!".
Chacun repartit avec une copie de la cassette qui contenait leur avenir. Les années passèrent. Au bout de trois, quatre ans, ils se perdirent de vue. Les cassettes étaient rangées dans un coin. Les lecteurs cd remplacèrent les magnétos. le 13 mai 2000, le téléphone de H sonna. C'était A qui disait:
"J'aurai du mal à venir le 9 parce que j'habite Rochester, pourrions nous décaler?"
P, écrivit aux deux autres depuis Singapour où il vivait depuis quelques années.Et c'est ainsi que P, H et A se retrouvèrent l'espace d'une soirée, que dis-je, une nuit, volée au temps (dans ce même appartement parisien d'ailleurs).
A et H prirent conscience qu'elles avaient bizarrement souvent vécu proches l'une de l'autre sans le savoir où dans les mêmes lieux avec quelques années de décalage.
Avant de se retrouver, ils avaient tous réécouté la cassette.
Certains rêves s'étaient réalisés. D'autres non....
Ils retournèrent chacun à leur vie.
C'était dur de décider de garder le contact.
Tant d'années étaient passées!
Leurs vies semblaient si différentes les unes des autres. ..
Régulièrement, ils en éprouvaient l'envie. Puis la réfrénaient.
H et A avaient été très, très amies.
A manquait très souvent à H.
Hier soir H a reçu un mail:
a form has been submitted on 10 December 2008, via: / [IP ..........] Contactez-Moi !
Nom: agnès
Site Web http://
Message : je suis là si tu as besoin de moi.
9 juin 2000
A la lecture de la date placée là en guise de signature, H a pleuré. Un mélange de joie et de soulagement.
Grace au miracle de la toile, A a pu avoir mon adresse, sans doute en tombant sur mon premier blog et voilà, elle est là avec ce petit message.
8 ans ont passé.
Alors la foi en la vie pour moi prend tout son sens avec ce genre d'évènement. On est desespéré, à bout de souffle, prêt à rendre les armes et l'espoir rebondit au détour de quelques mots inattendus, inespérés. Je pense souvent aux gens qui se suicident. J'en ai malheureusement connus. Je me dis toujours:
"Si ils avaient attendus... juste le lendemain, qui sait ce que la vie leur aurait réservé? "
C'est ce qui m'a toujours fait attendre le jour suivant. Une petite flamme d'espoir qui a toujours suffi pour que je sois encore là!

mercredi 10 décembre 2008

y a des jours comme ça.....


Ce que j'ai reçu aujourd'hui. Un peu découragée la lutteuse, oui....

Dans la série "si j'ai tant d'emmerds, c'est que je le vaux pt'etre bien"

Je tire la carte des ASSUREURS.
Ceux qui pratiquent le Qi gong, le yoga ou la tisane au fenouil feraient mieux d'arrêter tout de suite la lecture de ce billet qui n'est qu'un long cri de haine contre les assureurs en général et un en particulier....J'ai nommé : LA SOCIETE GENERALE!!!
Autrement dit l'assureur de la vieille peau qui a tué Marti en le percutant un beau matin de printemps!
La société générale n'a plus de sous. Ben oui, c'est la crise!
Alors que leur sociétaire percute mortellement les braves gens les ptits matins de printemps, la société générale s'en fiche comme de ses dernières chaussettes!!!!
Pour gagner du temps, (un an et demi, tout de même!), cette soi-disante société d'assurances (à part des emmerds, je me demande ce qu'elle assure cette société!) me redemande pour la quatrième fois les renseignements sur les ayant-droits de la victime! J'appelle mon avocat (c'est bien les avocats, ce sont des gens que j'adore et que je respecte!) qui avoue qu'en 30 ans de carrière, il n'a jamais vu ça! Qu'il leur a raccroché au nez la dernière fois, que c'était inhumain, inadmissible etc....
Mais qu'il fallait quand même que je leur envoie ces putains de renseignements encore une fois! (vous avez remarqué? Quand je suis très triste ou très en colère je deviens grossière, c'est comme ça, j'y peux rien...)
Que ce soit la société générale qui ait fait exprès d'égarer les originaux de ces documents en les envoyant par la poste à différents destinataires, pour gagner du temps, qu'ils aient exigé qu'on leur renvoie leur papier à en-tête pour répondre aux questions, qu'ils aient ensuite égaré malencontreusement le dossier, ne doit pas nous ennerver....
Je suis à deux doigts de la crise d'apoplexie.
Heureusement! Il y a un Dieu quelque part, (oui, oui Noèse et Patrick Courval, j'y crois). Ce soir j'ai un spectacle de danse, réservé depuis juin dernier.
Cela devrait me calmer....
Merci pour tous vos com de soutien!
Ils font comment, ceux qui n'ont pas une âme de lutteur????????
Et si j'allais lui foutre une balle dans le crane à la vieille??????

Pré-retraite? Les cheveux se dressent sur la tête!

Il faut que j'arrive à écrire ce billet sans m'enerver.....Je vais commencer par me faire une petite tisane au fenouil tiens!

Voilà, il ya un mois environ de cela, je me dis: " tiens, si je prenais ma retraite?"

C'est vrai quoi! 18 ans que je travaille, c'est la crise d'adolescence professionnelle!

J'aurai mieux fait de démissionner, jvous ldis! Cela aurait été plus rapide.


à la CRAM. Pour apprendre qu'ils ne peuvent rien faire pour les moins de 60 ans, "ce n'est pas de notre ressort, voyez avec votre employeur."

Je téléphone au rectorat. Je tombe sur une dame charmante qui me dit qu'elle va étudier attentivement mon dossier et que si j'ai le droit à ma pré-retraite, elle m'enverra directement le dossier.

Une semaine et demi passe....

Je rappelle le rectorat Je tombe sur une autre dame (la première étant en arrêt pour six semaines!), beaucoup moins sympa. Non, je ne suis pas au courant du dossier. Il faut que vous voyez avec la CRAM. (Vite une autre tasse de fenouil!)

"Je les ai déjà appelés et ils m'ont dit de voir avec vous. "

"Nous, on ne peut rien faire. Est ce qu'ils vous ont donné un relevé de carrière?"

"La dame que j'ai eu précédemment (et qui était beaucoup plus aimable!) m'a dit qu'elle pourrait savoir si j'y avais droit ou pas...."

"Non, tant que nous n'avons pas de relevé de carrière, nous ne pouvons rien dire"

Je rappelle donc la CRAM. Qui m'édite en direct mon relevé de carrière et me promet que je le recevrai d'ici quelques jours.

Une semaine et demi passe.

Je rappelle la CRAM: "Bonjour excusez-moi de vous déranger mais j'ai demandé un relevé de carrière il y a un peu plus d'une semaine et je n'ai toujours rien!"

"Ah, oui? Le ptit problème c'est que cela fait plusieurs jours que nous avons une panne informatique et je ne peux pas consulter votre dossier. Le mieux serait de rappeler vendredi..."

Encore une petite tasse de fenouil!

Un dossier m'arrive du rectorat après avoir transité par mon collège. Je rappelle le rectorat



Je rééxplique tout parce que c'est une troisième dame, la deuxième étant en congé pour deux semaines. "J'ai reçu un dossier de pré-retraite, est ce que cela signifie que j'y ai droit? "
"Ah non, il faut juste le remplir et nous le renvoyer avec le relevé de carière et nous pourrons peut-être vous dire si vous y avez droit."
"Comment ça, peut-être? Mais si vous ne pouvez pas le dire alors qui le peut????
Silence pesant à l'autre bout du fil..............
"Envoyez votre dossier avec le relevé de la CRAM, nous verrons ce que nous pouvons faire..."
Voilà, voilà....
Affaire à suivre.

mardi 9 décembre 2008

Ma fille a un blog!

Ma lutteuse en herbe a un blog!!!!!
A 7 ans, c'est pas mal!
Fière je suis!!!!!!!
Tous ceux qui s'inscriront comme abonnés fidèles à son blog auront le droit d'avoir un billet spécial sur le mien, qu'on se le dise!
Allez-y! http://petiteshistoiresdeclara.blogspot.com/

L'indolence qui tue...

C'est une étrange lutte que celle que l'on engrange, non pas pour remporter la victoire parce que le combat est perdu d'avance, mais juste pour faire durer un peu plus longtemps le match!
Il y a quelques temps j'ai écrit un billet sur une amie qui venait d'apprendre qu'elle était atteinte d'un cancer. Nous savons maintenant qu'il s'agit d'un cancer des ganglions de bas grade, de ceux qu'on appelle "indolents". J'apprends avec stupeur qu'aujourd'hui, en 2008, les médecins avouent ne pas savoir guerir ce genre de cancer. Il évolue lentement, les traitements sont inutiles tant qu'il n'y a pas de phase aïgue et il faut se contenter de surveiller, de vivre avec!
Bien sûr, et je suis bien placée pour dire cela, je mourrai peut-être demain en traversant la rue et dans 20 ans elle sera encore en pleine forme avec son cancer "indolent". N'empêche.....Savoir qu'à partir d'un certain jour, tous les suivants sont du sursis, ça doit sacrément remettre des pendules à l'heure. Entre se dire : je vais vivre cette journée comme si c'était la dernière (phrase que je me dis souvent) et ce sera bientôt ma dernière journée, je le sais.....Il y a une sacrée différence!
Ce qu'elle m'a dit mon amie lorsqu'elle m'a annoncé tout ça?:
"Je vais reprendre une phrase que tu nous disais souvent après la mort de Marti, Hélène : de toute façon, c'est comme ça, on n'a pas le choix, pas vrai?"
"Oui, c'est vrai, A, on n'a pas le choix que de s'adapter aux situations qui nous tombent sur le coin de la gueule. Mais quand même!!!!! putain, fais chier!

Découvertes!

On surfe depuis un blog que l'on suit déjà, de commentaires en commentaires et on découvre d'autres blogs.
Puis un matin de brouillard, on tombe sur une perle comme ceux-là!
http://emoisetmoi.blogspot.com/
http://olico.blogspot.com/
Et on se dit qu'on peut se recoucher, on n'a pas perdu sa journée!

lundi 8 décembre 2008

Plein le composteur

Ca y est! mon composteur déborde. Faut dire qu'à force d'y entasser des couches et des couches....Forcément.....Cela devait arriver. Il vomit quelques feuilles mortes, une ou deux épluchures, n'ayant plus la place (et le coeur?) pour les digérer. D'ici que tout ça me fasse du terreau.....Va falloir être patiente!
Meuh non jne parle pas par métaphores! Où est ce que vous allez chercher une idée pareille!

P.S Vous connaissez la chanson de Jacques Higelin: Géant John? Non pour rien...Juste la fin ça me rappelle quelque chose.

dimanche 7 décembre 2008

Et si je ne luttais plus?

Parfois le doute m'etreint (oui, ne souriez pas, cela fait mal paske le doute a des gros bras musclés et il serre, il serre et ça fait mal au ventre!).
Et si je ne luttais plus?
Où est la lutteuse en moi?
Sur quelle planète, dans quelle galaxie s'est-elle enfuie? Enfouie aussi d'ailleurs.
Je m'isole. Je m'enferme. Non seulement je ne travaille plus, mais bien obligée de reconnaître que je souffre d'une certaine propension à fuir la société actuellement. Lorsque je vais chercher ma fille à l'école, je fais un ptit signe de tête à toutes les mamans qui papotent (mot gentil pour dire "qui jouent les langues de putes"...) en attendant leur(s) enfant(s) respectifs. Tu n'embrasses pas pour nous dire bonjour", me dit un jour une maman. C'est drôle comme, en France, les gens se sentent limite "humiliés" de ne pas être embrassés. Déjà au boulot, on m'en faisait la réflexion. On s'approchait de moi puis on reculait en disant : "ah, c'est vrai, toi tu n'embrasses pas", ce à quoi je répondais invariablement: "cela ne m'empêche pas de faire plein de trucs agréables!". Mais je ne dois pas m'égarer.
Non, je ne vois pas l'interêt d'embrasser. Ce n'est pas par excès d'hygiène, dégout des joues de l'autre ou je ne sais quoi du même style. Nan mais
1) Je n'ai pas envie d'embrasser tout le monde, en tout cas impensable pour moi d'embrasser hypocritement ceux que je n'aime pas (attitude qui ne dérange absolument pas le commun des mortels)
2) Si je ne les embrasse pas (ceux du 1) pour les blondes!) (pis comme 90% de mes copines sont BLONDES (en fait je suis blonde moi même) vous avouerez que cette parenthèse n'est pas superflue!) alors disais-je, si je ne les embrasse pas, je marque une différence entre mes collègues (ou les mamans des amis de ma fille) et là pas question! Je tiens à ma neutralité.
3) Je veux bien embrasser ceux que je ne vois PAS TOUS LES JOURS! mais Merde! Le baiser pour moi c'est un geste tendre (oui même sur la joue, bande de sans coeur) que l'on distille avec parcimonie pour qu'il garde de la valeur!!!! Si on bizouille pour un oui ou un non on désacralise le baiser!
Tiens la lutteuse se réveille!
Je milite pour la valeur d'un baiser. Donnons un sens au baiser, ne le faisons plus machinalement.
4) Il n'y a pas de petit 4, ça suffit!
Pourquoi ce billet au fait? Je ne comptais pas du tout parler du baiser en commençant à l'écrire....
Non, je me disais que j'entretenais des relations "virtuelles" via ce blog en faisant peu d'effort pour partager en face de l'autre, dans la vraie vie des évènements et des émotions....Et maintenant j'ai même trouvé la parade formidable pour refuser les invitations : "Euh, tu sais là cela ne va pas être possible parce que je viens d'avoir un chiot et je ne pas le laisser seul avec les enfants, ni l'emmener parce qu'il n'a pas tous ses vaccins. Enfin, vous voyez ce genre de trucs imparables!
Mais dire que je suis déprimée ou je ne sais quoi d'autre de la même veine serait mentir. Non, j'ai plutôt l'impression de m'éclater. Je ris beaucoup dans la journée. Je suis heureuse. J'ai juste envie de preserver mon espace vital des invasions d'autrui. Est ce grave docteur?
Dois je lutter contre cette tendance actuelle?

samedi 6 décembre 2008

D'Jecko est chez nous!

Et nous occupe bien!

vendredi 5 décembre 2008

Pause du we

Demain est le jour où nous acceuillons une petite boule de poils. Tous à notre joie, je n'aurai pas la disponibilité d'esprit pour écrire un petit billet. Alors je vous invite à aller poser vos yeux sur d'autres blogs qui valent vraiment le coup!
Ils sont en lien dans la barre latérale droite, classés par ordre du dernier billet au plus ancien. Je vous suggère fortement d'aller vibrer à la lecture de "prologue" de Patrick Courval ou l'évangile du second fils de Dieu. Chaque matin, il nous livre la suite d'une histoire prenante, mettant pour le moment en jeu un couple en rupture et un homme aux pouvoirs télépathiques extraordinaires. Pour lire le début, ça vaut mieux pour comprendre (au cas où j'ai beaucoup de lectrices blondes), il faut commencer par lire l'archive de novembre puis remonter le temps. Après vous verrez, vous ferez comme moi tous les matins. Euh....Patrick t'as pas interet à ce que cela tourne trop cul ou hard sinon mes lecteurs me maudiront!
http://thecourval.blogspot.com/ Bien sûr, si l'histoire vous plaît, afin d'encourager l'auteur, n'hésitez pas à vous inscrire comme abonné fidèle! (maintenant que vous savez faire! sourire)
Bonne lecture et à très vite....

Questions du matin

Aujourd'hui j'ai rendez-vous avec le remplaçant de mon assureur. Mais c'est une femme!!!! Vais-je sortir la mini-jupe de la penderie? A votre avis?
Autres questions qui n'ont rien à voir, mais bon, je vous les sers au cas où vous ayez quelques réponses....
Pourquoi les bandes dessinées sont principalement lues par des gens de gauche? (sont-elles réalisées par des gens de gauche?)
Pourquoi des mecs continuent de m'envoyer des flashs et m'écrire sur ce putain site de rencontres alors que j'ai enlevé ma photo et que j'ai mis une annonce qui, si elle est fausse, me semblait avoir le mérite de décourager les chercheurs ? je cite: "Bonjour à tous, je vous encourage à continuer de faire des rencontres sur ce site. Personnellement, je suis heureuse sentimentalement aujourd'hui. Je ne suis donc plus disponible. Je remercie tous ceux qui m'ont écrit de jolis messages.
Pourquoi personne ne m'a vanté les mérites du travail en réponse à mes doutes dans un précédent billet?
Pourquoi certains d'entre vous me lisent tous les jours et ne se sont toujours pas inscrits comme abonnés fidèles??????????

jeudi 4 décembre 2008

Cellule de dégrisement familial

N'en déplaise à Noèse, ce que je bois ce soir en écrivant ce billet n'a rien d'une tisane au fenouil!

Je reviens de Dijon, ville "d'études" de mon deuxième....Bon, je dis étude entre guillemet parce qu'il m'a semblé le tirer du lit à 11H du mat. Cela fait plusieurs jeudi que je vais lui rendre une petite visite à l'heure du déjeuner. Les mauvaises langues diront que c'est parce qu'il m'a fait connaître un resto italien (et là, je m'adresse bien sûr particulièrement aux Z....di) absolument dilicioso, mais vous me connaissez, je me fous royalement, (oui je suis royale avec deux kirs dans le nez), des mauvaises langues; je ne prête attention qu'aux bonnes!
Quoi qu'il en soit, dans son royal 18 m², deux posters ont retenu mon attention (qui à cette heure là, je le précise était encore au sommum de sa capacité).


Je vous les montre:



Puis je vous retranscris notre échange verbal, enfin j'essaie:
"Euh...Chéri c'est quoi un shooter?" en mode mère inquiète qui imagine déjà le mélange " joint super strong" et alcool.
"C'est de la vodka" répond C en mode "tiens il pleut"
"De la vodka à un euro??????" en mode hésitant entre "jvais mfaire les soirées médecine" et "quelle horrible incitation à la consommation!".
"Oui, tu vois qu'avec 5 euros, on peut facilement se mettre la tête à ces soirées!"
"Tu veux dire qu'elles sont régulières ces soirées?"
"Ben oui, tous les jeudi"
Je rebascule illico en mode "mère responsable qui veut sauver son petit des affres de l'alcool"(je ne parle même pas des "caresses" suggérées sur le premier poster!) : Tiens Cyril au fait j'ai pensé que ce serait mieux pour toi de revenir à la maison pour tes révisions, la semaine prochaine (les premiers exams ont quand même lieu dans 15J, mais ne mettons pas la pression!). Puis au fait, je me suis dit que cela faisait longtemps que je n'avais pas fait de saumon à la crème avec un p'tit gratin (plat préféré du chérubin, faut cqui faut!).
"Oui, je pourrai peut-être venir mercredi soir après les cours obligatoires" (ah? il n'y a que le mercredi que les cours sont obligatoires en 2 ème année de médecine?), répond c qui cache sa joie.
Alors c'est d'accord? Sinon j'irai te faire chercher, menottes aux poignets et fouille au corps, on ne sait jamais...Puis c'est la méthode à la mode en ce moment (ça, c'est juste pour vous prouver que je suis quand même l'actualité, sans en avoir l'air, bande d'incrédules!)
"Puis, Cyril, tu sais faut que je te dise. Pas d'alcool à la maison, considère ce séjour comme un dégrisement. "
"Familial, alors?" rajoute ce perfide!
vous comprenez maintenant pourquoi je finis les bouteilles!
Quelle lutte!

Expression de "chasseur"

Avant il y avait les éjaculateurs précoces
Maintenant l'acte va encore plus vite. La nouvelle expression de certains jeunes m'a fait froid dans le dos. C'est un mec qui demande à son copain : "tu la cartouches?"
Ce à quoi, il répond: "ben oui tout le monde la cartouche celle-là!"
S'ils se mettent à sortir leur fusil maintenant!

Luttons les filles, dégainons aussi!

mercredi 3 décembre 2008

Petite histoire de Noël dont je ne connais pas l'auteur.

Deux enfants de 8 ans sont en conversation dans la chambre.
Le gamin demande à la petite fille :
- Que vas-tu demander pour la Noël?
- Je vais demander une Barbie, et toi?
- Moi, je vais demander un Tampax, répond le garçon.
- C'est quoi un Tampax?
- J'en sais rien... mais à la télé, ils disent qu'on peut aller à la plage tous les jours, aller à vélo, faire du cheval, danser, aller en boîte, courir, faire un tas de choses sympas, et le meilleur... sans que personne ne s'en aperçoive!!


Merci M. pour l'histoire!

Bonne journée en perspective.

Le vent souffle, arrachant les dernières feuilles mortes de l'arbre. Les oiseaux, plumage gonflé, font face à la tourmente.
Le nez collé à la vitre j'observe l'effet des bourrasques. Mon esprit suit la purification ambiante. Je vais oublier. Le vent va balayer la douleur, balayer les trahisons de ceux qui m'ont donné la vie, la brutalité de l'abandon de celui qui, tiens finalement, n'était même pas un ami....
le vent purificateur.
Le vent salvateur.
Soudain une multitude de petites étoiles blanches tombent du ciel et surfent sur les rafales. Bientôt elles recouvriront la crasse d'une douceur virginale. Les sons deviendront feutrés et nous baignerons dans le souvenir de la grotte primitive, celle que nous passons notre vie à chercher....
Oui...Je sens que cela va être une bonne journée!

mardi 2 décembre 2008

Retour difficile

j'ai attendu un peu avant de raconter ce qui va suivre que la pression descende un peu pour ne pas être trop excessive dans mes propos....Ca vous épate hein?, ceux qui me connaissent.
Alors voilà: après un we génial mais fatigant, nous montons dans notre wagon de première classe parce qu'avec quelques euros d'écart, j'ai préféré et Sylvain a sorti son classeur de math pour revoir le contrôle du lendemain et Clara a sorti ses sudoku et moi je m'apprêtais à somnoler....
Deux monsieurs d'une cinquantaine d'années se sont installés sur le "carré" d'à côté.
"Tu comprends, je suis triste, cela aurait pu marcher elle et moi, je ne suis pas le mec chiant, on n'a pas de problèmes d'argent ni de santé (j'ai bien aimé l'ordre...). Elle ne supporte pas que je sois toujours parti. Bon j'essaie de me remettre en question, tu vois. C'est vrai que je n'ai jamais gardé un boulot plus de deux ans. Faut qu'ça bouge, je me lasse très vite. Puis bon, avec celui-là c'est vrai que j'ai beaucoup de déplacements."
"Oui mais elle, elle a le bridge!"
"Oui, c'est vrai, cela l'occupe bien. Je l'encourage à continuer mais tu vois, elle a du mal à trouver des partenaires à sa hauteur. Même moi, je ne peux plus l'entraîner, elle a un trop bon niveau"
A ce stade de la conversation, je sens Clara et Sylvain légèrement destabilisés. Il faut dire que le monsieur qui a des soucis avec sa copine doit souffrir de surdité tant il parle fort. Tout le wagon joue à "Macha vous écoute".
Le monsieur continue: "Je l'encourage aussi à faire d'autres choses mais tu sais elle a des complexes. Elle dit qu'elle n'est pas cultivée, qu'elle n'est pas intelligente et que moi bien sûr je ne peux pas comprendre, j'ai réussi avec ma belle voiture, tout ça (oui, oui, véridique!).
Ce n'est pas qu'elle manque d'intelligence, tu vois, son cerveau tourne bien, très bien même! Mais elle ne se donne pas les moyens d'améliorer sa culture générale. Tu vois à la maison j'ai pris un panel de 7 chaînes d'histoire. Elle aime beaucoup l'histoire. Alors je lui dis : profite en ! regarde des émissions d'histoire! Ben non, elle préfère s'abrutir devant des émissions à la con toute la journée.
Regards appuyés de nous trois en direction des messieurs. Je rajoute quelques soupirs appuyés, très sonores. Pensez-vous! C'est à croire qu'ils ont oublié qu'ils étaient dans un lieu public en compagnie de gens qui ont leurs propres soucis et la fatigue du jour, qui n'ont pas forcément envie de partager la vie privée de ce monsieur.
Mais cela continue.....
"Puis il y a son problème d'alccol. Elle dit que c'est à cause de moi qu'elle boit. Moi je veux bien me remettre en question mais il faut qu'elle règle ce problème. je ne comprends pas pourquoi elle a arrêté sa psychothérapie. Cela lui faisait du bien"
"Quand même, quand tu ne peux pas rester plus de trois ans avec le même mec depuis le début de ta vie amoureuse, tu pourrais te dire que ce n'est pas toujours de la faute des mecs, tu vois ce que je veux dire! Elle devrait bien penser que c'est elle qui a un problème."

_ Maman, tu peux leur demander de parler moins fort, essaie Sylvain à haute voix (au moins 12 décibels), je n'arrive pas à me concentrer sur mes maths! (Tu m'étonnes, moi non plus je n'arrive pas à me concentrer sur mon sommeil)
_ Cela ne sert à rien mon chéri, lui répondis-je à 20 décibels, ils se foutent complètement des autres passagers de ce train! (Toujours véridique!)

Au bout d'une longue demi-heure de détails croustillants sur la pauv vie de notre voisin, il sort un journal. On se dit : ouf, on va enfin avoir la paix!
Pensez-vous! Il a ouvert son journal à la page des mots croisés et pendant l'heure qui a suivi avec son camarade, ils ont lu à très haute voix les définitions, commenté les multiples réponses possibles pour chacune des lignes ou des colonnes. J'ai vraiment cru que j'allais faire un meurtre.
Puis j'ai imaginé les gros titres:
Une mère de famille respectée, bloggueuse à ses heures, a subitement perdu la tête et s'est jetée sauvagement sur ses voisins de compartiments, pour les étouffer en leur faisant manger un journal et le pire : devant ses enfants! ......Et me suis abstenue.
Au creusot ils ont rangé leur journal et nous ont précédé vers la sortie. Ils n'ont pas remarqué les regards noirs de tous les autres passagers du wagon. Le plus bavard n'a pas non plus remarqué qu'il avait oublié son écharpe derrière son siège.
"Maman tu as vu?" a commencé Sylvain....
"Chut! Bien fait pour lui" ai-je murmuré. Et là j'ai eu un grand sourire de victoire de mes deux enfants.
Je sais.....Ce n'est pâs bien!

lundi 1 décembre 2008

Clara et Sylvain à Paris

Cliquez !
video

Tactique de femme.

"T'as rendez-vous avec ton banquier?" me demande la mère d'un des amoureux de ma fille.
"Non, avec mon arracheur de dent, pourquoi tu dis ça?"
"Parce que j'ai remarqué qu'à chaque fois que tu as rendez-vous avec ton banquier tu mets une mini jupe, des bas et des bottes à talon!"
"Ah? Quel bon esprit d'observation! "
Effectivement, j'ai peut être tendance à abuser de certains atouts féminins dans certaines situations. Là en l'occurence j'avais peur de souffrir. Il est vrai qu'il m'a bien chouchouté mon arracheur de dent, je n'ai pas mal du tout! (Pis mon banquier il a accepté de me rembourser des aggios).
Faut c'qui faut les filles, ça peut toujours servir d'avoir une mini-jupe et des bas dans sa penderie..... c'est du domaine de la lutte!

dimanche 30 novembre 2008

WE à Paris

Ah!......Paris!....... Mais comment font ils?????????? Pour vivre tous les jours dans cette agressivité ambiante, cette obscurité permanente, et la crasse partout! Comment ai-je fait pendant 20 ans?????

Là, j'ai été obligée d'actionner mon bouclier transparent "pare-laideur"que je n'actionne pourtant pas souvent!
C'est super efficace. Non seulement il empêche des images négatives d'atteindre le cerveau en les désintégrant par rayon laser mais en plus il diffuse une lumière bleutée sur les gens et les choses ce qui le rend tout de suite plus paisibles. J'ai aussi la possibilité d'activer la fonction "ralenti" bien pratique dans le métro!
il n'en resta pas moins que cette ligne 7 souterraine place d'italie/porte de la villette est SINISTRE!

Mais Clara et moi nous sommes vraiment éclatées à la cité des sciences! Les expositions sur le son et la lumière sont vraiment géniales! Les jeux de la cité des enfants sont vraiment bien concus et éducatifs à souhait.






Super l'animation sur le sucre durant laquelle la dame met différents aliments et boissons dans une une "machine" qui sort les morceaux de sucre correspondant, 6 dans le cas d'une canette de soda!
Nous avons tremblé devant le film "les géants des mers" de la géode, rêvé devant les "collisions cosmiques" du planétarium et avons fini la journée bien fatiguées. Après nous nous sommes quittées parce que N et S ont très gentiment accepté de faire voir le monde de Sylvain un week end sur deux et puis parce que Clara souhaitait mieux connaître ce "faux papa" qui n'est que celui de ses frères....

vendredi 28 novembre 2008

A dimanche

Pour des raisons que je ne dévoilerai pas ici mais dépendantes de ma volonté (sourire), je ne pourrai pas écrire de billet, ni répondre à vos commentaires avant dimanche. De toutes façons, compte tenu de ma tristesse c'est mieux comme cela. Parce que paraît-il que mon blog est l'anti depresseur de certains d'entre vous (merci Pascal) alors là mieux vaut faire une pause dans l'absorption du médicament qui risquerait d'être moins efficace!

A propos de jardin



En plus des jardins de l'amitié (j'attends toujours vos réactions à propos de ce billet), il est des jardins que l'on entretient encore par souci de mémoire. Pis c'est pas parce que c'est l'hiver qu'on peut pas mettre des fleurs!


jeudi 27 novembre 2008

Triste, très triste

Je suis très triste.
Une amie depuis TRENTE ans (putain c'est pas rien) vient de m'apprendre ce soir, les résultats de ses analyses......C'est un putain de cancer des ganglions. C'est un sacré domaine de la lutte que celle contre ce type de maladie!
J'ai soutenu par le passé une collègue pour un cancer du sein. A l'époque je n'étais pas veuve. La mort pour moi était un concept flou.
Mon amie A. n'a pas mon adresse blog parce que ce n'est pas son truc à elle les blogs. Alors c'est pour cela que je lance un appel. Aurais-je la force de la soutenir? De quelle façon?
Je n'ai pas idée de ce que c'est de lutter contre une maladie de ce type, la douleur physique et psychologique des traitements tout ça....Ma collègue, je me contentais de l'appeler tous les deux jours pour déconner sur les traitements, les seins et tout. Je la faisais rire. Je n'ai jamais manifesté de sérieux à l'égard de son cancer et paraît il qu'elle a adoré mon attitude, mais là.....Je ne pourrai pas faire la même chose. Je suis beaucoup plus proche d'elle que ma collègue, je me sens beaucoup plus en souffrance par cette nouvelle. La mort n'est plus un concept flou, c'est une ombre noire qui plane continuellement au dessus de nos têtes, qui enlève ceux que l'on aime le plus au monde. Lorsque Marti est mort, cette amie m'a envoyé pendant des mois plusieurs sms jour et nuit (parfois deux/trois h du mat mais comme je ne dormais jamais c'était génial) juste pour me dire qu'elle m'aimait ou qu'elle pensait à moi.
Aujourd'hui je me dis que je peux faire au moins la même chose!
Si vous avez d'autres idées....

L'amitié

Depuis longtemps je me pose des questions sur ce concept! Le fait que Noèse l'évoque souvent comme quête du graal dans ses billets m'incite à me triturer le cerveau une fois de plus. Une suite de questions et de certitudes me viennent à l'esprit sur ce sujet:
Questions:

1) Si je me pose la question: est ce qu'untel est mon ami, amie ? N'est ce déjà pas un mauvais signe?

2) Deux femmes qui sont attirées par le même type d'homme ou deux hommes attirés par le même type de femmes peuvent-elles/ils être ami(e)s ?

3) L'amitié homme/femme sans qu'aucun des deux ne désire plus est ce que c'est possible?

4) Les amis de mes amis sont-ils mes amis?

5) L'amitié perdure t elle en cas de grand éloignement géographique?

Il ya des constats que je peux cependant faire compte tenu de mon grand âge et mon expérience dans le domaine.

Certitudes:

1) Lorsqu'on passe beaucoup de temps en dépensant une énorme energie à soutenir quelqu'un dans la détresse, ne pas le faire POUR ATTENDRE QUELQUE CHOSE DE CETTE PERSONNE, dans le désir de créer un lien d'amitié (ou autre) mais le faire parce qu'on sent que cela NOUS APPORTE quelque chose à nous, entre nous et nous. C'est un quiproquo classique de croire que parce qu'on a aidé une personne, c'est notre amie. Généralement lorsque c'est notre tour d'avoir besoin d'aide, ce sont rarement ceux qu'on a aidé par le passé qui nous aident. Et ce n'est pas GRAVE, cela fait une chaîne d'entraide.

2) Une ou un ami est quelqu'un de bienveillant.

3) Avec nos amis on a des droits (droit d'être écouté, acceuilli, aidé, droit d'exprimer son désaccord face à certaines décisions) mais aussi des devoirs (respect des différences, ne pas s'imiscer dans sa vie privée, d'être disponible et bienveillant).

4) L'amitié est un jardin qui s'entretient. Il faut dire des paroles d'amour pour que les plantes grandissent, il faut couper les mauvaises herbes avant qu'elles n'envahissent le terrain, il faut offrir de l'eau rafraichissante, faire des cadeaux de multiples façons possibles et inimaginables à son jardin afin qu'il s'embellisse sans cesse.

5) On peut partager du silence avec un ami.

Ce billet attend des réactions de votre part.....Lach tes comm!

Ce soir? Je vais au resto avec Pascal, un ami!

Voyage au pays du coton d'Erik Orsena

Extrait du chapitre "pédagogie"
"Oublions l'exécrable dîner du vol IY252. Encore qu'un tel talent dans le massacre des aliments mérite une sorte d'admiration étonnée: comment graisser à ce point une aubergine à peine sortie du congélateur, c'est à dire mi-tiède, mi-glacée? Comment larder de tant de nerfs un centimètre cube de matière brune baptisée agneau? Comment rancir jusqu'aux frontières même de la pourriture un malheureux yaourt?
La compagnie O' ZBEKISTON HAVO YO' ILARI n'a cure de ces aigreurs. Elle sait que le spectacle bientôt offert va lui conquérir l'âme du voyageur. En effet, le soleil se lève soudain sur l'Asie centrale avec, à main droite, les premières crêtes de l'Himalaya. Carte postale grandiose que complète très vite une leçon de désert."
Pour rebondir sur le billet de "plurielle", j'ai eu envie de vous poster cet extrait.
Petit livre de 300 pages qu'il faut lire pour voyager devant sa cheminée.
Bonne journée.
Bon courage.

mercredi 26 novembre 2008

Annie?

Tu as disparu? Snif....

Diaporama spécial enseignants

Ce soir, je vous offre ce diaporama et je suis HEUREUSE de vous apprendre que la bonne nouvelle pour moi c'est que je RENDS LE TABLIER! (ce qui vous l'avouerez, après lecture de ce diaporama si véridique, est effectivement une super bonne nouvelle!)
Je vais concentrer mon énergie à d'autres projets que je ne manquerai pas de partager avec vous. Bon courage à tous les enseignants de France Admiration éternelle....


P.S en fait je ne suis pas assez douée pour vous mettre un diaporama sur ce blog alors ce sont juste des images, désolée....Je crois qu'il faut faire "enregistrer" plutôt que "ouvrir"

Le qi gong

"Je vous invite à aller regarder vos yeux dans la glace!".

Ce fut la dernière phrase de notre professeur. Oui, je sais, c'est bizarre de commencer par la fin mais ce cours de toute façon ETAIT bizarre!

Nos yeux brillaient d'une lumière un peu folle, la pupille très rétrécie, c'était assez INCROYABLE!

Nous avons puisé l'energie tellurique du sol par la palnte de nos pieds et nos paumes des mains. Nous avons puisé l'énergie du ciel par le sommet de notre tête et nos paumes tendues. Nous avons fait circuler l'energie entre nos paumes placées l'une en face de l'autre à 5 cm de distance. Nous avons aussi enfermé cette energie pure dans nos mains jointes et nous l'avons aspirée par la bouche. Nous avons expiré les energies polluantes de notre corps de dix façons différentes. Nous avons fait naître un petit soleil orange et chaud dans le dantian et nous l'avons fait rouler dans notre ventre de haut en bas et d'avant en arrière. Le dantian est le centre des énergies, point d'intersection de tous les méridiens, soit donc le « carrefour » du qi. Il se situe dans le ventre, à deux largeurs de doigt (environ 3 cm) sous le nombril.

Et à la fin, nos yeux brillaient d'une flamme énergétique étonnante.



Je me sentais particulièrement détendue. Tous les muscles de mon corps me tiraient. J'ai senti qu'ils avaient tous travaillé. On aurait pu m'insulter, j'aurai réagi par un sourire. J'étais comme "ailleurs". La lenteur des mouvements m'a génée, moi qui suis plutôt un tourbillon sur pattes. J'ai eu du mal parfois à être vraiment "dedans". Mais j'ai le droit de venir à plusieurs séances pour me faire une idée alors.....Affaire à suivre!

Après kiki est venue à la maison.....Boire......un verre d'eau. Et moi je me suis dit: soyons folle et je me suis fait une tisane au fenouil!

mardi 25 novembre 2008

A Noèse

C'est bon de s'encourager entre bloggeuses!
Comme Noèse évoque parfois sa fille avec qui les relations semblent....houleuses, je tenais à poster juste un petit billet pour raconter qu'avec mon aîné qui a maintenant 20 ans bientôt 21, la période de son adolescence a été ......juste...... inimaginablement HORRIBLE!!!!!
Si on avait participé à un concours de relation mère/fils dans la catégorie "violence et destruction", je suis sure que l'on aurait gagné une médaille d'argent voire d'or!
A l'époque, je suis allée voir un spécialiste du rangement de cerveau (c'est comme ça que j'appelle les psys) et il m'a dit: plus une mère a été fusionnelle avec son enfant petit, plus violente est la crise d'adolescence plus tard.....
Pour gagner de l'indépendance pas facile de couper un lien fusionnel, ça m'a paru logique et quelque part réconfortant....Voilà, aujourd'hui ça va. Le cordon est coupé et c'est bien!
Guillaume est un sacré lutteur, digne fils de sa mère!

Un nouveau blog

Eh oui, quand on aime, on ne compte pas!
J'ai décidé de créer un blog rien que pour D'Jecko.
http://montervueren.blogspot.com/
Un moyen de donner des nouvelles à l'éleveuse qui est vraiment "attachée" à ses chiens. Puis de publier des anecdotes sur un spécimen de cette espèce qui mérite vraiment d'être davantage connue.

Centrer l'être entre le ciel et la terre

Bon ok, vous allez vous dire: voilà qu'elle picole à 7h du mat maintenant et qu'elle écrit des sornettes dès 7h30. Eh bien, vous AUREZ TORT.

Grace à Kiki, la grenouille à grande bouche, (faut assumer kiki, oui je sais, c'est dur d'être une amie...), ce soir, je vais enfin découvrir le QI GONG http://fr.wikipedia.org/wiki/Qi_gong.

Je suis dans tous mes états! Centrer mon être entre le ciel et la terre, voilà un programme qui ne pouvait que séduire une lutteuse comme moi!

je vais enfin SAVOIR si je peux être moins stressée!

Sans vouloir pratiquer la délation j'en connais plus d'une parmi mes lectrices qui feraient bien d'essayer....


Voilà, voilà, suite demain.....J'ai décidé de mettre votre patience à l'épreuve.....

lundi 24 novembre 2008

Un jour spécial

Aujourd'hui est un jour SPECIAL.
J'ai reçu à 8h30 ce matin, un coup de téléphone qui m'a fait exploser la tête de bonheur. Ce qui est bizarre c'est que le reste de la matinée s'est déroulé normalement. Je veux dire.....Je suis sortie pour aller à la sécurité sociale, j'ai galéré pour me garer comme d'habitude et j'étais étonnée de galérer, comme si ce jour était tellement spécial que j'aurai dû avoir une place juste en face de la sécu....Après je suis allée faire des courses pour remplir le frigo et je jetais des coups d'oeil inquiets à droite à gauche pour vérifier que les gens ne me regardaient pas bizarrement. Parce que je me disais que toute cette joie qui déborde de moi, bien sûr, elle ne peut que se voir, même que ça doit faire un peu désordre parce qu'à force de dégouliner elle va se répandre partout autour de moi et peut-être que les gens vont glisser dessus et en tomber à la renverse!
Mais non, les gens sont "normaux", c'est que je dois avoir l'air "normale". C'est bizarre....
Aujourd'hui, je baisse les armes, je suis vaincue par la bonne nouvelle.

dimanche 23 novembre 2008

D'jecko

Aujourd'hui, nous sommes allées aux frontières de la Bourgogne, dans l'Yonne pour faire connaissance avec D'jecko. Nous avons failli pas rentrer d'ailleurs parce que dans le morvandiou c'était la tempête de neige!
Complètement gâteuses toutes les deux!

Au retour, nous avons fait route avec 5 faisans, qui marchaient tranquillement au bord de la départementale. Serait-ce possible que de vilains chasseurs les aient lâchés d'un élevage juste pour leur tirer dessus cet après-midi? (T'enerves pas cousine....).
Vraiment pas farouches les volatiles......
.

Bon dimanche


samedi 22 novembre 2008

Première neige en Bourgogne

Qu'elle est belle la Bourgogne!
Vers seize heures, le ciel était superbe. J'aurais aimé avoir un bel appareil, j'aurais aimé être photographe pour vous l'offrir.
A l'horizon, gris clair s'assombrissant par endroit, de larges zébrures blanchâtres s'élançaient obliquement vers le sol, signe de pluie là-bas, quelque part....
Clara pédalait sur le chemin caillouteux devant moi.
Moi, je marchais, heureuse d'entendre le bruissement du vent dans les feuilles sèches des plants de maïs secs, dressés, dans les champs qui longeaient la forêt. Un croassement de corbeau me fit naître un frisson au bas du dos.
Qu'elle est belle la Bourgogne en fin d'après midi d'automne! Au loin, le regard rencontre toujours une colline, un coin de verdure.
Nous prîmes un chemin forestier.
Au dessus de ma tête, une feuille de chêne se détacha de l'arbre et son peu de poids révèla son trépas. Au sol, les feuilles encore vertes des ronces semblaient recroquevillées par le froid. En levant la tête, je souriais aux arbres nus, branches dressées, qui attendent l'hiver sans crainte. Ah que j'aime leur robustesse!
Mais soudain, les nuages sombres, poussés par le vent furent sur nous. Ce fut un pur bonheur de sentir la légèreté et le froid des premiers flocons sur mon visage. Mon manteau gris accrochait les étoiles blanches tombées du ciel.
"Qu'est ce qu'on fait maman?" me demanda Clara hésitante à poursuivre...
"On continue ma chérie, on continue, bien sûr!"
C'est ennivrées de froid et de saine fatigue que nous revînmes chez nous.
Feu dans la cheminée, thé et chocolat chaud,
la voix de Barbara évidemment....pour continuer le bien-être.

Poser du rire sur des choses graves

"Maman?"
"Oui, ma chérie?"
"Comment peut on SAVOIR ce qu'il y a après la mort? "(entre nous c'est typiquement Clara, ça, elle ne me demande pas CE qu'il y a après la mort, mais comment on pourrait le savoir).
"On ne le PEUT PAS."
"Tu sais, moi parfois, lorsque je n'arrive pas à m'endormir, je me glue (expression à elle qui vient de sortir) contre le blouson de papa et je lui parle dans ma tête. Il faut toujours parler aux morts dans sa tête parce que si on parle tout haut, ils ne peuvent pas nous entendre. Parce que les morts sont dans nos pensées. C'est pour ça qu'il faut leur parler dans notre tête."
........Blanc........
Elle rajoute avant d'éclater de rire: "Puis en même temps, c'est parce que ça sert à rien de parler à un blouson, il risque pas de nous répondre!"
Qu'est ce qu'on a ri toutes les deux!

pestacle entre filles

Hier soir, j'ai continué les soirées culturelles avec "batracien, l'après midi"par le chorégraphe et interprète Bernardo Montet (en arrière plan sur la photo des copines, qui se gratte l'oeil, désolée Bernardo).
L'homme, vétu d'une combinaison reptilienne, (mon côté prof de svt ne peut pas s'empecher ici de rappeler qu'un batracien a la peau nue, contrairement aux reptiles qui ont des écailles...Bon, passons...) va seul sur scène nous faire passer une série d'émotions et de questionnement sur notre état d'homme, nos souffrances, nos plaisirs. Nous passons, je cite le chorégraphe : "du bestial à l'humain, de la plus infâme laideur à la plus grande beauté, de l'indigne au divin". A part les 5 minutes dans le noir au début du spectacle (décidément c'est très à la mode en ce moment cette façon de retarder la levée du rideau dans la totale obscurité!), c'était très bien.


Nous y étions allées entre copines (oui, d'autres....)

Ensuite, nous sommes allées voir "Rencontre improvisée" de Clara Cornil et Nguyen Xuan Son, interprétée par la chorégraphe, elle-même. Mouvements de corps, désarticulés ou lents fluides sur des sons que je ne saurai qualifier. Très émouvant.

Voilà, voilà....

Ben oui.

Après on est allées s'en "jeter un"

vendredi 21 novembre 2008

Meurtre en direct

Je deviens une pro dans le langage des poules! Ce matin, alors que je m'enfilai ma deuxième tasse de café matinal, j'ai reconnu le cri d'alerte de mes volatiles pondeuses. Je me suis précipitée dehors, juste à temps pour voir un faucon crécerelle au sol avec un truc à plumes noir entre les serres. Il y a eu quelques secondes de face à face puis le faucon s'est envolé avec ce qui devait être un merle pour le plumer tranquille ailleurs. Depuis il crie en haut du saule du voisin et je ne suis pas tranquille. Un merle, il n'y a pas grand chose à manger....Faudrait pas qu'il me tue mes productrices d'oeufs, surtout par les temps qui courent, avec la crise et tout!
Ah, vous ne savez pas la chance que vous avez d'être en appartement! Il en arrive quand même pas tant! (Clin d'oeil à Christine Z).
N'empêche, faut arrêter de se plaindre. On aurait pu naître POULE. Et là, sans déconner, le domaine de la lutte aurait été immense! Lutte pour bouffer (c'est que les vers de terre en hiver, faut les trouver!), lutte pour échapper aux assauts du coq (et je peux vous dire qu'il a la santé, l'animal!), lutte pour échapper aux prédateurs (chiens, chats, faucon crécerelle...), etc.....

The show must go on de Jerôme Bel

Comme certains (enfin surtout certaines) le savent déjà, j'aime les spectacles de danse. Au mois de juin je prends mon abonnement à l'espace des arts (pas que de la danse, d'ailleurs) et tout au long de l'année je me délecte. Hier soir, c'était "the show must go on" conçu par Jérôme Bel avec le Ballet de l'Opéra de Lyon. Cela vaut un ptit billet. A 20h, les lumières s'éteignent. La musique s'élève dans la salle plongée dans l'obsurité...Et qui le reste pendant toute la durée du morceau. Un silence pesant suit la fin de la musique.
On se dit: "doit y avoir un truc qui marche pas". Puis si, une deuxième musique moderne démarre toujours dans le noir. Au tiers du morceau le rideau se lève sur une scène vide, qui s'allume enfin.
Alors on se dit en soi-même:
"bon, on est venu voir des DANSEURS, forcément, ils vont arriver et on les a tellement attendus que l'entrée va être époustouflante".
Eh bien NON! 21 danseurs arrivent, habillés comme vous et moi (enfin peut-être plus comme vous que comme moi, d'ailleurs) et nous font face, côte à côte au fond de la scène, dans une parfaite IMMOBILITE. Jusqu'à la fin du morceau. Je précise qu'il y a toujours un blanc entre les musiques parce que c'est un dj qui nous tourne le dos, qui met les cd dans un lecteur et qui prend bien son temps....Bref, il enfile le 3ème CD et là, on sent une espèce de tension electrique dans la salle presque palpable. Les danseurs ne bougent toujours pas!!!!!!! C'est pourtant "Let's dance" de David Bowie, le truc qui DEVRAIT les faire bouger! Tout d'un coup, ils bougent. Ouf! La salle se détend. Ils nous font la boîte de nuit, c.a.d du sur place, collés les uns aux autres, avec chacun son style....Mais cela ne dure pas. Ils s'arrêtent de nouveau 5 minutes puis reprennent leurs mouvements d'aujourd'hui, puis se réarrêtent... Quatrième morceau "i'd like to move it". Chacun fait UN mouvement, répétitif jusqu'à la fin de la chanson. Pour vous dire le style des mouvements: y en a un qui descend et qui remonte sa braguette, une autre en position de levrette qui monte et qui descend le bassin, une autre qui se tient les seins des deux mains en les trémoussant etc.... Cinquième morceau (à ce stade, la salle est pétrifiée) c'est un slow. Tous les hommes quittent la scène et les femmes restent là à se regarder bêtement, situation bien connue qui fait rire le public (ce qui, il faut bien le dire, détend un peu l'atmosphère). Les femmes se mettent à danser doucement de façon très danse classique. Le disc- Jockey remet un morceau assez cool puis grimpe avec difficulté sur scène (il faut préciser qu'il pèse au moins 120kg) et se met à danser devant les femmes, immobiles (non, mais c'est VERIDIQUE, ce que je vous raconte!) qui finissent par quitter la scène. Alors le DJ revient vers sa table de mixage et là tu te dis, il va arrêter. Eh bien non, il met plus fort il allume un projecteur central et se met au milieu pour nous faire quelques mouvements. Les gens applaudissent (je ne sais pas pourquoi...Sont-ils étonnés qu'un gros puisse danser, est-ce une façon de l'encourager? ). Sixième morceau: la macarena de A.Romero Monge et R.Ruiz. Tous les danseurs reviennent nous faire cette danse mythique pendant toute la durée de la musique. Pas un geste de travers. Tous, bien synchro. Je crois que c'est juste après qu'ils nous servent le titanic avec les bras tendus et tout, dans un minimalisme de mouvements absolument EPOUSTOUFLANT! des gens commencent à siffler. Les danseurs quittent la scène à la fin du morceau, la salle redevient noire et on a le droit à deux morceaux dans le noir. Alors là, il se passe un truc dans le public. FORCEMENT, on ne peut pas rester de marbre devant tant de provocation....Quelqu'un sort un portable et tout le monde se met à éclairer la salle avec son portable. Le silence entre les deux morceaux se prolongeant un peu, et nous toujours plongés dans le noir, une instite tente de crier "tous contre la suppression des rased" (faut dire que c'est typiquement le genre de spectacle qui attire les enseignants), une autre entonne une chanson, reprise par la plupart des gens du public. Tout cela se termine par un "ban bourguignon". ( Pour savoir ce que c'est: cliquez ici )
Les lumières se rallument mais pas pour éclairer la scène mais pour nous éclairer NOUS et hop le DJ nous met "la vie en rose". des gens se lèvent et se mettent à danser avec leur voisin/voisine. Je me dis :"C'est vraiment n'importe quoi ce spectacle! (n'importe naouak, comme dirait Clara), on vient voir un spectacle de danse et c'est nous qui chantons et dansons!"Mais tout cela me fait beaucoup rire et je ne regrette pas d'être venue, contrairement à certains qui scandent "remboursez, remboursez!" Est-ce l'effet du beaujolais? La salle commence à chauffer sérieusement. Lorsque le rideau se relève enfin et que les 20 danseurs viennent au bord de la scène avec les projecteurs toujours braqués sur nous, il y a un papy qui décide de monter sur scène. Il a un peu de mal parce que lui, le beaujolais, c'est SUR qu'il l'avait goûté! il nous fait signe de le rejoindre aux côtés des artistes. Un videur essaie de le faire partir mais de nombreuses personnes du public l'ont rejoint et je crains l'émeute. Les danseurs restent imperturbables! Ils quittent la scène calmement un par un. les gens vont se rassoir. Un calme relatif revient dans la salle. Pour finir, les danseurs reviennent... toujours pas pour danser, bon ça on a compris qu'on les verrait plus bouger. ils se plantent face à nous avec un lecteur MP3 à la main, des casques sur les oreilles et c'est le clou du spectacle: non seulement ils ne dansent pas, mais on N A MEME PLUS LA MUSIQUE!!!!! Fallait oser! moi, je dis Jérôme bel...BRAVO!!!! Ils lachent leur lecteur mp3, s'assoient tous, pendant l'avant dernier morceau puis carément se couchent et font semblant de dormir. Ils ne se réveilleront pas pour le dernier morceau; show must go on de Queen, nous laissant dans une perplexité sans nom. Ok, c'est un spectacle qui fait REFLECHIR. Ce metteur en scène, c'est un sacré lutteur, je lui tire mon chapeau! C'est d'ailleurs pour cela que je le partage avec vous. J'ai vraiment eu l'impression d'assister à quelque chose d'unique, de jamais vu, jamais tenté. Maintenant si vous voulez des mots plus savants sur ce spectacle, vous pouvez consulter:
ici