mardi 29 décembre 2009

Ce ne sont pas des vacances reposantes pour tout le monde!

8 à la maison depuis le 27!
Une petite fille,
Trois ados,
Un jeune couple d'amoureux,
et un couple de jeunes/vieux amoureux qui essaie tant bien que mal d'avoir quelques minutes pour eux!
9h/9h30 réveil de la petite. Préparation des tartines, incitation à la toilette.
Le vieux/jeune couple déjeune, les yeux dans les yeux, établissant le programme de la journée avec l'objectif toujours le même et très difficile à réaliser: FAIRE SORTIR NOS ADOS!!!!
Les extirper de leur ordinateur ou de leur "non faire!"
Entre 10h et 11h les trois ados se réveillent les uns après les autres, les cheveux hirsutes, l'oeil voilé, ils s'assoient espérant que les céréales sortent toutes seules du garde manger pour tomber dans leur bol qui, lui aussi, serait arrivé là on ne sait comment....
Entre 11h et 12h dernier service pour le jeune couple amoureux qui squatte le sous -sol pour l'occasion. Toujours scotchés, l'air heureux, que dis-je, béat plutôt l'air, aucune décision de l'un n'est prise sans l'autre... "Tu veux quoi mon coeur pour le petit dej?" "Comme toi mon coeur", "un chocolat ça te dit?" "Oui, si tu veux..." etc....
Moi, je dois juste essayer de gérer le timing des déjeuners, des dîners, des courses (penser à m'acheter un deuxième frigo....). Mon amoureux m'assiste merveilleusement bien pour ces tâches.
Pourquoi rêve-je donc d'un séjour sur les îles dans un super hôtel 5 étoiles? HEIN?

lundi 21 décembre 2009

Surprise du jour

J'étais au volant de ma voiture cet après midi lorsque le téléphone a sonné avec le mot "inconnu" qui s'est affiché sur l'écran. C'est bête ces appels masqués parce que lorsque je sais qui m'appelle, je ne réponds jamais en voiture, me disant que je vais rappeler en arrivant, mais si c'est inconnu, ma curiosité est à son comble....Alors je marrête sur le bas côté, sans couper le moteur (oui je sais qu'il faudrait que je l'arrête...) et je réponds. Là j'entends :
"madame S....?"
"Oui."
"Commissariat de -----------"
Au premier mot mon cerveau tourne à cent à l'heure. Je pense d'abord à mes aînés. Je les imagine morts, accidentés, puis devenus peut-être délinquants etc...Sans compter qu'il y a un risque de verbalisation pour téléphoner en voiture ;-)
Je soupçonne les flics de faire exprès de marquer un petit temps de silence après les présentations, histoire de se délecter du petit effet produit....
"Vous avez porté plainte pour un vol de portable récemment"
Ouf, j'arrête de suer à grosses gouttes! "Effectivement", que je réponds dans un énorme souffle de soulagement.
"Nous avons retrouvé le voleur et le portable" m'annonce fièrement cet agent de l'ordre.
Je reste sans voix devant cette efficacité policière. Le bonhomme qui doit sentir mon étonnement derrière mon silence éloquent, me balance:
"Eh oui, on critique la police mais vous voyez que l'on sait faire notre travail finalement!"
"Oh loin de moi cet idée", que je réponds hypocritement.
"Vous pouvez venir le récupérer demain matin?"
"Oui, bien sûr, merci et bravo!"
C'est le fiston qui va être content!

Anticipons les réjouissances....

Nous allons bientôt
Fêter la nouvelle année,
celle qui va faire grandir nos enfants un peu plus
et nous réjouir de l'évolution qui se confirme en eux,
l'accepter avec juste ce petit recul necessaire,
Tatonner pour atteindre la bonne distance entre nos intimités,
Accueillir leur différence malgré l'incongruité de leur comportement parfois!

Nous allons bientôt
Fêter la nouvelle année,
celle qui va éloigner nos aînés davantage
Celle qui nous fera manquer de souffle plus souvent
L'admettre sans chercher à repousser nos limites
Ne pas craindre les surprises qu'elle nous réserve
Mais prier, prier pour qu'elles ne soient que bonnes!

Pour calmer mes doutes sur ma capacité à vivre sereinement cet avenir à venir, j'ai commencé un puzzle.
Parcourir des yeux les centaines d'éléments possibles,
en choisir un parce qu'il semble le mieux convenir
Le poser et sentir du bout des doigts et des yeux son parfait ajustement
Calme toutes mes angoisses!

Et parce qu'un puzzle m'inspire un mandala je vous offre ce texte de Chögyam trungpa:

"Un mandala est un espace, une unité de temps et de lieu dans laquelle se présente et se vit une expérience donnée. Le mandala est en fait constitué par deux mandalas égaux et réciproques: le mandala du samsara et celui du nirvana. Ces deux aspects, indissociables et complémentaires, forment la réalité. La réalité est une question déroutante mais il existe un moment où toute remarque n'a plus d'importance et où il convient , simplement, de voir les choses comme elles sont, sans les interpréter. Là est l'essentiel."

vendredi 18 décembre 2009

Mon culot, ma chaise et moi

Dans cette nouvelle vie professionnelle, me voilà en train de faire du porte à porte avec un gros sac sur roulettes. De l'expérience des uns et des autres, je sais qu'il faut que j'ouvre mon sac et que je déploie ma chaise de AMMA le plus vite possible tout en parlant et que je place dessus le patron du commerce ou de l'entreprise que je vise. Après mes mains font le reste, puis l'enthousiasme dont je sais faire preuve aussi. 15 minutes pour convaincre. Je décroche des journées de boulot/plaisir. Ou non. C'est un nouveau défi à chaque fois et j'y prends goût.
Je quadrille un quartier ou un type d'entreprise. Je rencontre des gens. Je suis dans le relationnel, mon élément, finalement. Avec ce sentiment que je vis une autre vie, que je suis une autre tout en restant la même, que le champ des possibles est immense, que de nombreux chemins s'offrent sans cesse à nous et que tiens?....C'est celui-là que j'ai choisi....
Mais choisit-on?
Sur cette route, qui est tout sauf droite, on préfère parfois planter son baluchon et rester sous un arbre que l'on connaît et qui est bien rassurant....Parfois on avance vers l'inconnu et si des embuches nous font faire des détours, il est clair que rebrousser chemin n'est pas envisageable!
Alors j'avance.
A mes côtés les vieux amis, ceux qu'aucune bifurcation ne peut éloigner tout à fait, mes enfants, inquiets et fascinés par ma farouche détermination, peut-être un peu fiers aussi qui sait?
Puis LUI, celui qui donne un sens à mon futur, mes ailes, mon énergie vitale, mon anti-peur, l'épaule nécessaire, le regard confiant et aimant, la braise, le soleil, l'inespéré espoir...

jeudi 17 décembre 2009

Anniversaire

Maman, maman, j'ai un cadeau du ciel pour mon anniversaire!!!!
Ma fille est toute heureuse de toute cette neige qui virevolte dans le ciel et recouvre ses cheveux, son menton. Elle ouvre la bouche comme le font tous les enfants, pour sentir la fraicheur et la douceur des flocons sur sa langue. Je l'imite.
Ce matin, deux de ses amoureux l'attendaient derrière la porte de l'école parce que nous étions en retard. Ils lui ont crié "bon anniversaire!" en lui ouvrant la porte. Cet accueil m'a fait un petit frisson au coeur. Les enfants de son école ont un rapport particulier avec elle depuis la mort de son papa. Elle est chouchoutée, protégée et toute cette solidarité me donne confiance en la jeunesse.
Ce soir, tout est blanc dehors. Il règne ce silence feutré si particulier à la neige, qui est à la fois apaisant et un peu angoissant..
Le feu brûle dans la cheminée, le champagne est frappé, Florent Pagny chante dans les haut-parleurs (chanter pour ne pas cesser de vivre, chanter pour dire "je t'aime"), nous sommes bien....

mercredi 9 décembre 2009

Pour sourire








dimanche 6 décembre 2009

Les préparations

Bientôt Noël!
Ces jours-ci le sujet de Noêl est presque supplanté par celui de la vaccination. (90 absents un jour de la semaine dernière dans le collège où je travaillais tout de même!). En ce qui concerne ce vaccin, je refuse de faire deux heures de queue dans le centre prévu à cet effet au milieu d'un rassemblement de personnes susceptibles de nous faire chopper le virus. Mon étudiant en médecine est le seul de la famille à s'être fait vacciner sans se poser la question duquel vaccin il recevait, sans doute le basique avec adjuvant.Il a eu de la fièvre le lendemain avec frissons que le paracétamol a atténué et voilà. Mes trois autres loustics et moi ne nous ferons pas vacciner et puis c'est tout.
Je préfère consacrer mon énergie et mes pensées à décorer la maison et fouiner dans les boutiques pour acheter des cadeaux aux uns et aux autres. Mon amour ayant deux enfants et moi quatre, c'est le casse -tête courant des familles recomposées pour trouver les dates de réunification de tous les enfants. Pas sure qu'on y arrive. Mais ce n'est pas grave, je sais déjà que ce Noël sera infiniment plus gai que les deux derniers, puisque je ne suis plus seule à le préparer, à le goûter à l'avance!
Les guirlandes fleurissent au plafond, les vitres se couvrent de stickers de Noël, le feu brûle dans la cheminée et le parfum du sapin ne tardera pas à chatouiller nos narines.
Je vous souhaite à tous paix et amour en cette période festive!

jeudi 26 novembre 2009

Romantisme

Si la personne que tu aimes tremble quand tu la prends dans tes bras,
Si ses lèvres sur les tiennes sont ardentes comme de la braise,
Si sa respiration est secouée de spasmes,
Si tu vois dans ses yeux briller une lueur spéciale,


Envoie-la au diable .... elle a la grippe A.


lundi 23 novembre 2009

Y a des jours...

1) Mic mac au parking souterrain:

Ce matin avant neuf heures je conduisis ma voiture au parking afin de ne pas collectionner de pv toutes les deux heures dans une rue parisienne. Je rejoignis la petite guérite repérée lors de mon dernier stage parisien pour acheter un forfait journée. Un homme et une femme expliquaient au monsieur du parking que le troisième étage était bouché à cause de la voiture du monsieur qui avait un problème de ticket. Je n'ai pas tout compris si ce n'est que la barrière ne s'ouvrait pas et que personne ne pouvait sortir du troisième niveau. Le monsieur de la guérite, de son côté, expliqua qu'il était stagiaire et qu'il était seul et qu'il ne savait absolument pas quoi faire pour résoudre le problème. Comme il sembla se tourner vers moi j'en profitai pour lui dire que je souhaitais acheter un forafait journée. Mais il me répondit qu'il ne savait pas comment faire. Etait ce parce qu'il était 8h du matin? Personne ne s'ennervait, ni les gens qui ne pouvaient pas sortir du parking, ni moi qui risquais de payer ma journée à l'heure, ni le monsieur de la guérite qui ne savait rien faire. Un ange devait veiller au calme de ce parking!
Au bout d'un moment le monsieur qui ne pouvait pas sortir a demandé au monsieur qui ne savait rien faire de téléphoner à son responsable, ce à quoi il s'est entendu répondre : "je ne sais pas si j'ai le droit", ce à quoi le monsieur qui semblait souhaiter aller au travail a rétorqué très calmement que dans la vie il fallait parfois prendre des risques, faire preuves d'initiatives et nous y sommes tous allés de nos encouragements, tant et si bien que le monsieur de la guérite a cherché le numéro du responsable. Il y a eut quelques minutes de suspens et d'espoir mais finalement aucun numéro de responsable ne fut trouvé puis de toutes façons le monsieur de la guérite se rappelait que son responsable était en vacances et donc injoignable. Le monsieur motivé par son travail a regardé toutes les caméras de surveillance, a fini par repérer un gars qui semblait employé au parking et a filé au premier niveau pour le retrouver, moi j'ai écrit sur feuille ce que je souhaitais et suis partie au stage.

2) Toujours autant de gens serviables dans le métro:

Entre midi et une heure trente, j'ai fait un aller retour entre le lieu de stage et l'appartement pour ramener ma chaise de Amma! Yeeesss. Heureuse de pouvoir m'entrainer avec dès la fin du stage. Mais sans avoir bien réalisé l'effort de la déplacer avec trois changements et grande quantité de marches souterraines. Cette fois ci lorsque des monsieurs ont proposé leur aide je n'ai pas dit non! Je leur ai juste dit que j'étais agréablement surprise par la galanterie des parisiens pour entendre qu'ils ne l'étaient pas!

3) Des hommes m'abordent:

Il y a des jours où on doit dégager un truc, je ne sais pas moi....Des phéromones, des pensées subliminales en tout cas un truc qui nous échappe out of contrôle de notre volonté. Un italien d'une soixantaine d'année très bien de sa personne m'a invité à boire quelque chose non sans m'avoir demandé auparavant en m'abordant où était la rue de rivoli. Puis à la gare en attendant le retour de ma fille assise sur une barre de fer entourant un pilier un homme est venu s'ssoir à côté de moi, m'a demandé si cela ne me dérangeait pas. Je n'ai pas répondu avec ma bouche. Je veux dire que je me suis contenté d'un vague mouvement de tête. Il a entrepris de me parler de sa fille de 21 mois. Il a sorti son portable pour me la montrer en photo. Ce n'était pas un sdf ou un fou où un autre spécimen humain égaré, non. Il ne m'a pas proposé de boire un verre ni rien. Il m'a juste parlé de ses rapports avec sa femme, sa fille, son père qui était malade. Il ne se contentait pas de me parler. Il attendait des réponses. Il me regardait avec un air interrogatif à la fin de ses phrases. Je me suis montrée aussi empathique que possible compte tenu du monde qui nous entourait, les courants d'air qui me glacaient les os et la voix qui s'époumonait dans les haut-parleurs pour signaler que suite à un problème à un passage à niveau des trains étaient supprimés ou modifiés. Puis il est reparti en me disant merci.

4) Retour au parking. Le nouveau monsieur de la guérite qui avait l'air de bien connaître son job, celui là, m'a gentiment proposé de m'offrir la journée et me faire payer que le forfait nuit (11 euros au lieu de 21 euros)

Alors je me dis qu'il y a des jours comme ça......

samedi 21 novembre 2009

PARIS le retour...

Eh oui,
me voilà encore à Paris (quand on aime les formations, on ne compte pas...Est ce qu'un jour je récupérerai la mise financièrement parlant j'entends? question sans réponse...Mais ce n'est pas grave finalement, c'est mon chemin, je m'y sens bien ). Cette longue parenthèse étant fermée, j'apprends maintenant le massage assis, méthode "touch line" de Tony Neuman. Toute autre démarche, tout autre ressenti que ce que j'ai connu jusqu'alors. Plus dur de "sentir" la densité des muscles sous les habits! Kata à la japonaise, faut un temps pour adhérer. Mais ce soir après avoir été massée toute la journée j'ai une peche d'enfer, je comprends que cela booste les salariés d'entreprise! J'irai donc au devant des gens avec ma "chaise à l'envers". Démocratisons le toucher!!!!
Ce matin j'ai découvert un Paris ensommeillé du samedi matin. A place d'italie terminus de la ligne 5, tout le monde est descendu. Tout le monde ? non! Un homme bien habillé, l'ordinateur portable en sacoche à bandoulière autour de l'épaule dort profondément dans la rame. Je m'assois dans l'autre carré dans le même sens que lui, en pensant d'avance à la tête qu'il fera lorsqu'il se rendra compte qu'il est reparti dans l'autre sens. Mais je n'aurai pas ce plaisir. Le métro repart. L'homme ne s'est pas réveillé. 3 stations plus loin, il tombe vers le sol de mon côté. Je le redresse à temps. Heureusement, car aucun de ses voisins n'avaient ébouché le geste salvateur! Monsieur ne se réveille pas. Excès de Beaujolais nouveau? Je me demande quelle fut sa nuit pour sembler comater ainsi....Je descends à République sans avoir le loisir de voir sa réaction au réveil. Peut-être est il toujours encore dans sa nuit dans cette rame, en mouvement perpétuel jusqu'à une heure moins le quart, heure fatidique de l'arrêt du métro, allez savoir!
Je trouve les parisiens fatigués le we. Beaucoup de magasins sont annoncés ouvert demain jusqu'à 20H, 22h....Ils ne s'arrêtent donc jamais?
Ce rythme continu produit une sorte de fatigue en moi aussi! J'ai acheté un livre plusieurs fois recomandé et après avoir passé une heure dessus je vous le recommande aussi : le grand dictionnaire des malaises et des maladies de Jacques Martel, un ensemble de révélations vraiment!
Voilà je vais skiper avec mon amour, réviser mes cours, poser quelques pièces du puzzle qui se construit ici au fur et à mesure de mes stages.
A plus tard!

jeudi 19 novembre 2009

La blonde et le foot

La blonde : -Ouh là là toutes ces couleurs me donnent mal aux yeux! Pourquoi ont ils choisi des chaussettes rouges comme ça?
N° 3 : -Parce que les français sont bleu blanc rouge m'man c'est comme ça.
La blonde : -Ah oui, c'est vrai mais quand même ils auraient pu prendre un rouge moins rouge. Puis regarde celui-là! Il trouvait qu'il portait encore pas assez de couleurs, il a fallu qu'il choisisse en plus des baskets jaune fluo! Sur ce terrain si vert on ne voit que lui, on dirait un perroquet!
N°3 : -c'est un bon joueur m'man;
La blonde: -bon alors c'est pas grave si on voit que lui....Regarde cet irlandais comme il est mignon! Oh! et celui là il est pas mal non plus hein?
n°3 :.......................
La blonde: - j'les trouve assez moches les français dans l'ensemble...A part le ptit jeune là qui ressemble un peu à Tom Cruise.....
n°3: -en même temps m'man, on sélectionne pas les joueurs de foot pour leur beauté!
La blonde: -Sans vouloir te facher, je me pose la question des critères de sélection. Il semble que ce ne soit pas pour leur intelligence, ni leur honnêteté sur le terrain, quant à leur jeu.....Les irlandais jouent mieux non? Je les trouve plus offensifs (et plus beaux en plus ;-))
n°3: notre goal est bon
La blonde: C'est déjà pas mal, vu toutes les actions que les irlandais ont réalisé! eh! mais il a le droit le capitaine là, de toucher le ballon avec la main?
n°3: -non, bon je vais me coucher.....

mardi 17 novembre 2009

Du sol aux mains, des mains à l'autre.

Du mal à tout gérer comme je le voudrais...
Besoin de cet espace pour poser des mots et partager ceux des autres.
Ma vie est lien. C'est ce que je ressens. Des liens qui perdurent, s'enrichissent de mille façons. Avec le toucher je perçois l'aura dégagée par les corps, une sorte de densité invisible qui enveloppe le corps à distance. Selon les gens, cette distance est plus ou moins proche de la peau. Les mains posées, je ressens l'energie qui circule, m'aspirant parfois, les zones froides où l'energie ne circule plus. Les pieds ancrés au sol, la bouche entrouverte je me sens traversée par quelque chose qui me dépasse. Je me contente d'être un vecteur entre le sol et l'autre. Je ne pense à rien, qu'au ressenti de mes mains. Je ne peux pas faire plus de deux trois séances par jour. Il me faut recharger mes batteries. J'attends mon amour avec impatience. Besoin de son énergie, de ses mains à lui....
Bientôt.....Vite!

vendredi 13 novembre 2009

Jour de "chance" provoqué

Aujourd'hui certains voleurs ont dû décider que ce serait leur jour de chance. En tout cas c'est le cas d'un jeune du coin qui a donné des baffes à mon troisième jusqu'à ce qu'il obtienne son portable. C'est une méthode plus sure que le loto!
Le fiston qui se faisait agresser pour la première fois a eu du mal à se remettre du choc psychologique qu'il n'était pas en sécurité dans la rue, qu'un mec comme ça pouvait décider de lui voler un truc à lui, le visage découvert, en toute impunité!
L'aîné, lui, s'est vanté de ne jamais avoir été volé. En même temps, que je lui ai répondu, compte tenu de ton look d'anarchiste antimatérialiste on se doute bien que tu dois pas avoir grand chose dans tes poches! (Ce qu'il a admis...)
Sur ce, on a fini la soirée en beauté puisque nous sommes allés écouter Rokia Traoré, une femme incroyable, avec une énergie, une douceur et une voix féérique qui arrive à nous parler malien en français. Je sais c'est un peu bizarre à dire comme ça mais elle nous a chanté une chanson qui s'appelle "aimer" avec le rythme et les intonations des autres chansons africaines et voilà c'était juste les mots qui changeaient et c'était magique.
Une heure et demie de pur bonheur!

mercredi 11 novembre 2009

Produit de première nécessité

Hier je suis allée acheter deux trois trucs au supermarché d'une marque bien connue mais que je ne nommerai pas et qui se situe judicieusement au bout de ma rue, me permettant ainsi de m'y rendre à pied. Comme dit ma copine X : "c'est super pratique d'avoit des produits de première nécessité à portée de main". Voilà. J'allais donc acheter un des trucs féminins necessaires chaque mois, une pizza nécessaire pour le fiston quand je ne cuisine pas et voir si par hasard je ne pouvais pas trouver des slips en papier utiles pour les massages. D'ailleurs si vous avez une idée d'un vendeur de ce type d'article n'hésitez pas à éclairer ma lanterne. Le magasin médical de ma ville et les pharmacies n'en proposent pas et sur internet le coût du transport vaut trois fois celui du paquet de 100 slips/culottes.
Enfin je m'égare.
Je m'égarais d'ailleurs aussi hier dans le rayon nommé "hygiène" lorsque mon regard tomba sur un emballage parallélépipédique assez sobre mais dont le titre attira mon attention. Il était écrit : mon dauphin sensuel: deux fois plus de plaisir. J'eu besoin de vérifier que je n'étais pas au rayon "jouets". Mon coup d'oeil à gauche se posa sur trois étages de préservatifs, mon coup d'oeil à droite sur le rayon des lubrifiants intimes, ce qui me laissait de moins en moins de doute sur l'article qui se trouvait en face de moi. Un DAUPHIN?!!!!!!! Ma curiosité était piquée. J'ai évalué la hauteur de l'emballage, sa largeur avant de me saisir de l'article en question. Aucun dessin ne pouvait confirmer mes soupçons ni devant ni à l'arrière de la boîte. Soudain j'aperçus une petite flèche qui m'invitait à soulever un pan de l'emballage, ce que je fis prestement. Eh oui, chers lectrices : un joli dauphin bleu prêt à bondir hors de l'eau, ressemblant assez à ces petits jouets en plastique qui s'ébattent entre les mains de nos enfants dans le bain.
Un vrai article de première nécessité!!!!!!
Un jour je viendrai habillée en grande bourgeoise, je prendrai un panier et j'achèterai plein d'articles de première nécessité de ce rayon : des boîtes de préservatifs à relief et au goût fraise, des lubrifiants et le sensuel dauphin bleu et je choisirai la caissière la plus coincée du magasin!
Oui je suis taquine parfois....

jeudi 5 novembre 2009

Une belle histoire

Peaux moites, peaux sèches
Peaux flasques aux pores ouverts,
peaux serrées denses
Peaux froides, peaux toujours chaudes
Peaux rigides, peaux frémissantes
Peaux d'hommes et de femmes.

Peaux qui couvrent des corps avec chacun son histoire
Corps oublié, pas respecté
mal touché depuis trop longtemps
affamé
fatigué malmené nié
dos tendu
ventre noué
estomac serré
membres raides

Alors les mains se posent
et il me plait de penser qu'elles vont faire parler ce corps là
renouer la communication entre lui et l'âme qui l'habite
et pourquoi pas, devenir inspiratrices d'une belle réconciliation.

Un début de matinée parisienne

8 heures je quitte l'appartement.
Les vendeurs de légumes s'installent tout le long du boulevard que je remonte pour aller chercher la station de métro qui m'évite un changement. Avancer à l'extérieur, profiter des couleurs grises et de l'air lourd, jouir du spectacle de la rue en pensant à Edith Piaf. Ce n'est pas encore le moment de s'apostropher d'un étal à l'autre et tenter de faire s'arrêter le client. Les gestes sont endormis, il a fallu "faire" Rungis très tôt ce matin, les parisiens bien habillés qui passent devant eux de leur pas de souris pressées ne sont pas des clients potentiels à cet instant mais des gens qui vont bosser, le téléphone pret à smser ou les écouteurs du i-pod sur les oreilles, rien ne pourrait les faire sortir de leur bulle protectrice qu'il ont soufflée autour d'eux.
En revanche dans le métro les pousseurs de chansonnettes titi parisiennes sont déjà au travail. Une main pourrait bien sortir d'une bulle pour jeter une pièce dans le gobelet prévu à cet effet, qui sait? Ces artistes méconnus donnent un air de fête aux couloirs malodorants.
A l'interieur de la rame je note un bon nombre de lecteurs. Les parisiens liraient ils plus que les provinciaux? L'attente, les interminables temps de transport leur donneraient ils plus d'occasion de s'occuper avec un livre? Certains finissent leur nuit, d'autres révisent leurs cours. Au retour certaines personnes rentreront ensemble et les conversations iront bon train mais le matin c'est silencieux. S'il n'y avait pas la crasse et les odeurs rances de sueur et d'urine je me sentirai presque bien , dans une sorte de giron maternel: il fait chaud, les bruits sont étouffés, le corps est bercé doucement au rythme du wagon....
La remontée dans la lumière du jour est presque difficile.
Mais en ce qui me concerne, je suis heureuse d'aller là où je vais, faire ce que je vais faire.....

mardi 3 novembre 2009

Où il est question de stage...

C'est un stage sur le toucher sensoriel.
Depuis quelques mois, je me forme dans le domaine de la relaxation par le toucher. A quel moment m'est apparue l'évidence que c'était là ce que je devais travailler? Je ne sais pas très bien. Peut être lorsque j'ai découvert que l'énorme douleur qui m'a envahie à la mort de Marti s'annonçait complètement imperméable aux mots. Moi qui suis ou plutôt étais plutôt cérébrale et verbale voilà que les mots ne m'aidaient plus. Peut-être aussi ce jour, peu de temps après l'enterrement, où une amie a sonné à ma porte. Je lui ai ouvert. Elle m'a enveloppée dans ses bras pendant un long moment puis elle s'est écartée, m'a souri et m'a dit: "voilà, j'avais juste envie de faire ça!"
Cette étreinte fut l'aide la plus précieuse qu'il m'ait été donné de recevoir. Si tu me lis kiki, j'en profite pour te le dire là tout de suite maintenant.
Peut-être parce que le toucher m'a manqué oh! tant manqué durant mon enfance qu'il a été le saint graal cherché à travers de multiples amourettes éphémères une bonne partie de ma vie. Qui sait les raisons obscures qui ont posé cette évidence au creux de ma nouvelle vie?
Quoi qu'il en soit, à chaque stage, à chaque fois que je pose les mains sur quelqu'un, la certitude s'impose que je fais ce que je dois faire.
Depuis lundi, chaque jour apporte son lot de découvertes dans le domaine du moi. Je redécouvre que si je sais parfaitement être en paix avec mon centre "corps" et mon centre "tête", j'ai encore du chemin à parcourir pour apaiser mon centre "coeur", celui des émotions. Alors que je l'exprimais ce matin lors du tour de table quotidien, un mot que j'avais employé a été relevé et discuté. Ceux qui me lisent ici depuis longtemps doivent se douter un peu de quel genre de mot il s'agit :-)
J'ai dit que le toucher m'aidait à "dompter" mes émotions. Pas étonnant pour une femme qui s'exprime trop souvent avec des termes de lutte et qui se sent gouvernée par un feu émotionnel interieur intense! Mots d'elle et Cat ont bien essayé de me faire sentir une autre façon de ressentir cela dans certains de leurs commentaires et j'en profite pour les remercier encore une fois mais mes pas dans cette voie d'acceptation, d'ACCUEIL de mes émotions sans m'identifier à elles sont peu surs. J'y travaille en tout cas.
Communiquer par le toucher.
Rentrer en "relation/reliance" par le toucher
Envelopper par un toucher bienveillant et dans le respect de l'intégrité et l'unicité de l'autre
Sentir mes mains acquérir une sorte de vie propre qui me fascine, oui je suis dans tout cela et plus encore en ce moment!

lundi 2 novembre 2009

Non, je n'y suis pas allée

Je n'ai pas pu me rendre à la fête des défunts cette année. J'avais porté un mot d'excuse il y a quelques jours. Je devais me rendre à un autre rendez-vous aujourd'hui. A la capitale, cela ne se refuse pas!
Ici, je me rends compte à quel point je suis devenue plouc, moi l'ex parisienne que j'étais dans une autre vie!
Devant les portes automatiques des stations de métro je montre mon ticket à la lucarne supérieure qui ne lit que les "navigo", une sorte de carte orange magnétique, enfin la carte orange étant d'une autre époque, un autre temps auquel j'appartenais naguère;-).
Il a fallu qu'un homme de couleur me montre les passages à "fentes pour tickets!"
A l'entrée du magasin carrefour du quartier je me suis précipitée parce que ciel! il était déjà 19h30, j'ai attrapé un panier, courru dans les rayons pour apprendre avec un étonnement géant de la bouche à fort accent chinois de la caissière que j'aurai pu prendre tout mon temps car le magasin ne ferme ses portes qu'à 22h!!!!
C'est limite si on ne m'a pas proposé le mode d'emploi de cette nouvelle ville peuplée de machines. Je marche trop lentement: je gène. Je lis les affiches des couloirs de faiences blanches du métro: les gens pensent que j'ai une case en moins.Au parking souterrain, j'ai du demander à un client où je pouvais parler à un être humain pour obtenir un renseignement sur les forfaits. Ma demande n'a pas eu l'air de l'étonner outre mesure et le chemin qu'il m'a indiqué était très compliqué, peut-être à cause de son accent roumain, mais j'ai fini par rencontrer un vrai guichetier, un peu blafard certes mais humain oui!
60 euros pour garer ma voiture quatre nuits au parking! Les parisiens "intra-muros" n'ont pas de voiture sans doute!
Je me sens étrangère, perdue, subjuguée, éffarée, angoissée, amusée.
Mais comme dit mon formateur (oui, oui je vous raconterai ma formation demain!): " l'important c'est d'être dans l'ici et maintenant puis accepter l'expérience de façon positive."
Alors d'ici et maintenant je vous souhaite de faire de beaux rêves!

dimanche 1 novembre 2009

Quand la solidarité peut devenir déprimante.....

Terminal 1
Je n'aime pas ce nom!
Je n'aime pas cet endroit lorsqu'il aspire celui que j'aime dans un tube en plexiglass pour l'emmener dans les nuages.
Moi je reste là.
Avec mon chapeau sur la tête prête à dégainer mon mouchoir.
Je tarde à quitter les lieux.
Je lis les destinations sur les petites télévisions.
J'observe ceux qui partent, moi qui reste.
Puis je pars pour la capitale avec ma petite valise, celle qui n'a connu que la France...
Il pleut.
Le wagon sent le vomi.
La pluie dessine des traits obliques de crasse sur les vitres.
Un nouveau mendiant par station. Il monte, arpente le wagon la main tendue et redescend. Passe le relais à un nouveau.
Ronde sans fin de tous ces laissers pour compte.
Tellement qu'on se dit que si l'on donnait une pièce à chacun d'entre eux, tous les jours, toute l'année on rentrerait peut-être nous aussi dans cette sorte de course de relais.....
A la correspondance une jeune me propose de m'aider à porter ma valise dans l'escalier. Je reste interdite un moment.....Je me dis l'espace d'un instant qu'elle doit se tromper, confondre avec une autre. Pourquoi me demander de m'aider? Je ne suis pas handicapée? Puis une sorte de lucidité terrible me fait réaliser que je suis passée de l'autre côté, sur le côté des quadragénaires, ceux que les "jeunes" considèrent comme trop vieux pour porter leur valise. Pour le coup, j'ai envie de fracasser la tête de cette jeune fille qui doit commencer à se demander si en plus d'être vieille, je ne suis pas folle à la regarder ainsi sans répondre.
Alors je me secoue, puise au fond de moi même mon plus beau sourire et lui réponds:
"Merci, c'est très aimable à vous mais je me débrouille! Bon dimanche!"
Lorsqu'un peu plus loin un jeune homme cette fois ci me fait la même proposition, je pense que les "jeunes" d'aujourd'hui sont bien élevés et font preuve d'une grande solidarité avec leurs "anciens" mais me promets en mon for très intérieur qu'à partir de désormais dorénavant je ne voyagerai plus qu'en sac à dos!
Non mais sans blague!

mardi 27 octobre 2009

Les grandes décisions!

Cette maison n'arrête pas de me dire de partir!
Elle fait son possible pour se rendre désagréable.
Hier, ce fut enfin comme une évidence:
Recommencer une histoire d'amour nécessite un lieu neutre!
Il faudra donc partir.....
Encore une fois....
Dans ma vie en pièces détachées, construire encore et toujours
un nouveau chateau de cartes.
Rassembler notre énergie pour faire les valises et les cartons
Afin de les poser ailleurs.
Faire confiance en l'avenir....
C'est mon destin de vivre plusieurs vies en une
Recomposer une nouvelle famille
une fois encore, le long de ce fleuve, tout sauf tranquille!
Mon amour sait ce que c'est.
Nous avons vécu des évènements semblables.
Je fais une pause blog de quelques jours
pour être à 100% dans ces retrouvailles qui s'annoncent.
Merci de votre fidélité.

samedi 24 octobre 2009

Courrier maudit

Il y a ce petit tremblement de la main qui tient l'enveloppe, à la lecture du destinataire.
Depuis deux ans et demi celui à qui est adressé ce courrier n'est plus de ce monde. Il est mort d'un accident de la route.
Alors le sigle "prefecture, république française" en haut à gauche de l'enveloppe fait trembler la main davantage.
J'ouvre.
A l'intérieur, la lettre informe feu mon mari qu'étant donné qu'aucune infraction n'a été enregistrée depuis trois ans (sic) il a de nouveau ses douze points sur son permis....................................................................................................................................................
Ces mots ravivent une partie de ma mémoire endolorie.
Une grande tristesse.
Puis la colère face à ces administrations incompétentes qui ne communiquent pas entre elles! Merde! Elle devrait bien le savoir la préfecture, compte tenu du dossier qui transité par nombreux de ses services, qu'il est mort sur la route leur administré!!!!

Je ne dépenserai pas une fois de plus l'energie négative d'envoyer une lettre à la dite administration pour demander l'insupportable à savoir qu'il faut effacer un nom qui pour nous a représenté une vie.
Je vais peut-être demander au facteur de faire retour à l'envoyeur tous les prochains courriers qui porteront le nom du disparu....Enfin.....S'il est possible de le faire!

jeudi 22 octobre 2009

Petites reflexions autour d'une déchetterie

Il y en a qui vont à la piscine, d'autres à la bibliothèque...
Moi ? Je vais à la déchetterie.
(Pour ceux qui n'ont pas suivi fidèlement mes contrariétés concernant la maison je les invite à lire ce billet: http://quadragenaireenlutte.blogspot.com/2009/09/loi-des-series.html)

La première image qui saute aux yeux en arrivant là-bas ce sont les vieux containers blancs rouillés plantés dans un "no man's land sinistre". J'aime bien. J'ai l'impression d'être une actrice d'un film sur la fin du monde.
Puis il y a une file de véhicules disparates qui attendent leur tour. Des camions, des voitures tractant des remorques, des automobiles normales....Avec de l'imagination, on peut se dire qu'ils viennent ici pour se coucher dans un de ces blocs de feraille afin d'attendre la faucheuse, las de leur vie.
Mais non, ils viennent pour faire un acte écologique, comme moi. Certains sont de vrais militants: ils font 30 minutes de queue pour sortir du bout des doigts un carton plié de leur belle laguna grise métallisée et le jeter fièrement dans la gueule béante du récupérateur de cartons!
Sur six voitures, je compte 4 femmes. D'ailleurs le nouveau responsable de la déchetterie est ....Une femme! Je ne peux pas m'empêcher d'être contente de ces petites victoires féministes. Car les machos sont là comme ailleurs. Deux spécimens s'approchent de moi.
"Eh bien, elle en contient votre voiture des gravats!"
"Oui, n'est ce pas? Il n'y a rien de tel qu'une peugeot 207 sw pour faire des aller retour à la déchetterie! "
"Puis on vous a vu enfiler votre bleu de travail, vous êtes bien organisée ma ptite dame!"
"Oui, j'ai pas envie de filer mes bas avec un de ces cailloux!"
"Et regarde Popol, elle a même de la bouffe à l'avant!"
"Eh oui, pluridisciplinaire je suis: je peux aller faire des courses pour nourrir ma famille et aller à la déchetterie, incroyable n'est ce pas messieurs? " Je décide de passer sous silence tous les autres trucs que je peux encore faire dans ma journée, cela risquerait de trop bousculer leur neurone!
Avec tout ça, j'ai fini de décharger sans qu'il ne vienne à l'idée de l'un ou l'autre de me donner un coup de main. Finalement tant mieux car n'est ce pas justement ce constat-là qui représente la vraie victoire du féminisme?

mercredi 21 octobre 2009

Séance de rattrapage dans une semaine!

Dans une semaine mon amour revient!
Youpi youpi youpi youpi!!!!!!!
Je m'active dans ma maison. Elle et moi devons faire bonne impression car il ne vient pas seul! C'est le grand moment des présentations entre ses deux enfants et les quatre miens! Puis en ce qui me concerne je dois absolument me rattrapper. L'unique fois où les fistons m'ont vue, je rendais tripes et boyaux à chaque mouvement, avouez que l'on peut rêver mieux comme façon de se présenter! (voir le billet:http://quadragenaireenlutte.blogspot.com/2009/09/la-douleur.html)
Ils avaient du se demander si leur père avait fait tous les hôpitaux de la région pour me dégotter, s'il comptait se spécialiser dans les oeuvres de bienfaisance responsables de la récupération des déchets féminins dont personne ne veut et ont dû, en tout cas, rester perplexes quant aux aspirations amoureuses du paternel!
Il s'agit donc cette fois-ci de me montrer telle que je suis les 99,9% du reste de l'année c'est à dire debout sur mes deux jambes, active, séduisante spirituelle etc...;-)
Comme le dit mon amie classée première mondiale du positivisme : "Maintenant qu'ils ont vu le pire de toi-même, il leur reste le meilleur à découvrir...."
Amen

mardi 20 octobre 2009

Lorsque tu tiens l'objectif






Pas moyen de sortir mon appareil photo sans que tu n'en profites pour m'immortaliser!
Pas l'habitude moi!
Il n'y a que mon papa qui ait été aussi prompt à dégainer l'objectif!
Du coup, envie d'en poster 3 ce matin. Cela fait un peu narcissique mais j'assume. Un blog est narcissique de toute façon n'est ce pas!
(Puis cela permettra à ceux que j'aime et qui habitent loin et que je ne vois pas souvent de montrer que mes ptits bourrelets et moi vont bien)
"Avoir envie de photographier l'autre est une preuve d'amour" me dit une amie qui se spécialise dans les hommes mariés et qui souffre de ne pas avoir d'image souvenir de leurs escapade.

Je ne sais pas....Mais ce qui est sur c'est qu'avec nos déjà quelques deux cent photos de nous, prises sur les différents lieux de nos retrouvailles en quelques mois, nous ne manquerons pas de souvenirs lorsqu'Alzheimer aura frappé!

lundi 19 octobre 2009

Un an déjà!

Un peu plus d'un an que le cartable dort au fond de l'armoire. Parfois je dois faire un effort pour me souvenir que j'ai été prof! C'est comme si c'était dans une autre vie, inaccessible à ma mémoire!
"Tu ne sers à rien" me balance gentiment mon troisième qui a pour obsession d'être utile à la société.
Mais si mon chéri, je te sers parce que je te suis disponible, je sers à mes amis d'avoir le temps et l'esprit pour les écouter, je sers aux commerçants avec qui j'ai l'envie d'échanger un sourire et des nouvelles. Ma petite place dans cette société est de faire tourner au mieux ma microsphère, je n'ai plus d'autre ambition, voilà!
"Je ne veux pas d'une mère qui ne travaille pas" m'assène t-il régulièrement.
Mais moi j'avoue que m'occuper d'entretenir ma maison et mon jardin, préparer des petits plats pour ceux que j'aime, prendre le temps de lire, de faire travailler mes enfants, d'accompagner et d'aller chercher ma fille à l'école me remplit d'une joie profonde et sereine et de la certitude que je suis "à ma place".
Après des décénnies de lutte féministe j'ai un petit sentiment de honte d'écrire cette vérité-là....
Je pense aussi à toutes ces femmes qui ont besoin de remplir leur vie dans tous les domaines, maritalement, professionnellement, maternellement et parfois même avec un amant!!!! De peur de basculer dans le vide, dans un néant de sens?
Comment leur expliquer le bien-être que je ressens à avoir éliminé tout ce qui ne me semblait pas "Esssentiel"?
Regardons les choses en face: la lutteuse que je suis ne lutte plus. D'ailleurs je vais changer le titre de ce blog, il n'a plus tellement de raison d'être.
Je suis tout simplement bien, là, maintenant, dans ma vie, au creux de mon quotidien banal (enfin cela dépend des jours, tout de même ;-) ), en paix. Je regarde les arbres de mon jardin et je souris toute seule. J'allume un feu dans la cheminée et je prends le temps de m'assoir en face pour le plaisir de le voir crépiter...
Alors bien sûr pour donner le change j'enchaine les formations. J'ai crée mon auto-entreprise. J'ai maintenant un numéro de SIREN et je suis en train de me faire faire des cartes de visite par mon amie graphiste. Je suis une future "intervenante en bien-être de la personne" avec mon désir de faire du bien aux êtres humains.
Une petite voix au fond de moi me dit : allez, tu dois le faire!
Mais une voix plus grave lui répond : "chut, tais-toi! Laisse moi goûter ces moments-là"
Moi comme désincarnée je les écoute toutes les deux en me demandant : "Laquelle gagnera?"

dimanche 18 octobre 2009

Cherche famille d'accueil




Petit poussin rescapé du sous-sol

cherche famille d'accueil!

Diabolosement votre...

Bon dimanche!

jeudi 15 octobre 2009

Quand la lutteuse fuit son sous sol!

Tout a commencé par des pates à la Bolognaise et au poussin!
Oui je sais cela a l'air bizarre d'écrire cela mais c'est une nouvelle recette de mes habitants du sous sol (faut que j'arrête de parler d'eux comme ça parce qu'on va me prendre pour une exploitante de travailleurs clandestins).
Ils voulaient mettre un oeuf dans leur pâtes bolognaises. Alors ils ont été en chercher un sous le derrière d'une de mes poulettes. Ils en ont profité pour prendre tous les oeufs qui se trouvaient là pour les mettre au frigo.
Or Fion, le préposé à la cuisine et futur "plongeur" si j'ai bien réussi sa lettre de motivation (ne me demandez surtout pas d'où vient son surnom!) eut l'horrible surprise de voir un petit poussin tressauter dans ses pates. Faut dire qu'les tagliatelles devaient être plutôt chaudes et qu'après le frigo, cela devait lui sembler hard au poussinet!
Toujours est-il que ce fut le branle bas de combat à l'étage inférieur. Chacun criait et donnait son idée. Cela allait du "mettons le dans le sani broyeur" à "rendons le vite à sa mère" en passant par "la gueule d'un des nombreux chiens" qui trainaient là!
Lorsqu'ils sont venus me demander mon avis, j'ai hurlé que je ne voulais absolument pas qu'ils m'informent de ce qu'ils auraient décidé et qu'en tout cas, c'était hors de question que je donne mon avis sur ce type de problème!
Je ne peux donc pas vous informer de la fin tragique de ce malheureux poussin. Ce que je peux en revanche vous écrire c'est la suite du drame:
Les oeufs ont tous réintégré le dessous de la poule qui continuait à couver la paille dans ce formidable instinct maternel qui l'anime!
Il y a dix oeufs aujourd'hui sous ma poule. Avec peut-être quelques survivants au froid frigorifique....
Dans le doute j'ai installé une lampe chauffante....(oui, je sais, je suis folle mais c'est pas nouveau!) Anton est venu me prendre entre 4 yeux. Il m'a expliqué qu'il avait travaillé des mois dans une ferme où il avait parfaitement appris à faire passer des gallinacées de vie à trépas sans un soupir. J'ai compris le message.
J'ai dit dans une grande lacheté, qui pourtant habituellement ne me caractérise pas, que j'acceptais l'idée concernant le mâle mais que je ne voulais rien entendre ni rien savoir!
Anton est reparti (oserai-je le dire, le sourire aux lèvres...)
J'ai entendu des cris au sous sol
J'ai mis de la musique très fort.
plus tard bien plus tard, je me suis bouchée le nez lorsqu'une bonne odeur de c-- au vin est remontée du sous-sol.
La vie est une lutte qui pour certains se perdent....

Plaisirs masochistes







Alors que je m'éclate sur les appareils de musculation du dos, (oui, oui je ne rate pas une séance!) ma fille, elle, se spécialise dans la musculation des doigts et des avant-bras!
S'il est logique que ma fille prenne plaisir à jouer de cet instrument de princesse et tout aussi logique qu'une lutteuse de mon acabit prenne son pied à soulever des poids, je me demande tout de même si nous ne sommes pas un peu, un tout petit peu masochistes!
Puis je me rassure en réalisant qu'il y a bien pire que nous.
Tous ces jeunes hommes, par exemple, qui clament à longueur de journée qu'ils s'en battent les couilles! franchement, ça, ça doit faire mal!
Respect les jeunes, nous sommes de petites joueuses à côté!

mercredi 14 octobre 2009

Changement de statut au sein d'une famille

Mon ex belle soeur va devenir ma future nièce,
L'ex tante de ma fille deviendra sa cousine
Si certaines prennent un coup de vieux en grimpant les échelons hierarchiques générationels,
ce n'est pas le cas pour d'autres qui rajeunissent d'un coup!
Ce qui est certain c'est que certaines personnes étaient destinées à appartenir à la même famille! C'est le cas de F et moi. C'est elle qui m'a présenté son oncle. Nos liens familiaux changent mais perdurent. Merci F!

mardi 13 octobre 2009

La petite communauté





Mon sous-sol devient le haut lieu de rendez-vous des saisonniers, amis de mon fils aîné.


Forcément un saisonnier ça bouge. Il n'est donc pas nécessaire pour eux de louer un appart. Leur vie les mène à squatter de ci de là sur les différents lieux de travail.



Le fait qu'ils n'envisagent pas de partir prochainement s'explique aisément. Ma maison représente une mine de petits boulots divers et variés, une sorte de quatre saisons à elle toute seule!


C'est une grande chance pour moi que ces jeunes aient choisi précisément ma maison pour poser un peu leurs frusques! Ce sont eux qui étaient partis un an en Amérique du sud, à travailler dans les fermes contre le gîte et le couvert. Ils ont gardé cette habitude de rendre service dans leur lieu d'hébergement. Ils ont de superbes corps d'athlètes (je le sais parce qu'ils sont torse nu de temps en temps ;-) ) et ils savent les utiliser pour manier la bêche, le taille haie, la masse, le rateau et différents appreils de bricolage que je ne sais même pas comment ils s'appellent!

De mon côté, j'essaie aussi de leur être utile. Je fournis du fil de fer à celui qui perd tout le temps ses clés pour qu'il puisse rentrer dans sa voiture, je prête mes pinces et mon accès à ma batterie pour recharger celle de celui qui oublie tout le temps d'éteindre son plafonier de son véhicule, je rédige une lettre de motivation pour celui qui veut être plongeur cet hiver (eh oui, même pour faire la plonge il faut exprimer de la motivation par écrit, vous y croyez vous?), enfin des ptits trucs quoi!



Mon aîné qui adore la vie en communauté est plus détendu que jamais et moi qui aime sentir la vie pulser dans mon environnement et adepte inconditionnelle du mouvement, je suis aux anges. Un des habitants possède une petite chienne alors même Djecko trouve cette cohabitation très agréable!


Je ne suis pas certaine que mes voisins y trouvent leur compte parce que je les vois se regrouper, parler à grand renfort de bras et se taire lorsque je m'approche. Ils vont peut-être monter une assoc "anti-nous", mais bon, je m'en ......complètement!

samedi 10 octobre 2009

Following

Je reste dans la narration de la soirée d'hier.
Après ce magnifique spectacle, je propose à mon amie d'aller au purgatoire, bar bien connu des chalonnais branchés.
Il y avait une soirée disco, ce que je ne savais pas parce que je ne suis pas fan. Grande distribution de perruques colorées et de boas à plumes. Cette fois ci, les travestis semblaient majoritaires.
Quelles belles femmes!!!!
Le spectacle continuait finalement, d'une autre façon. Perchées sur des talons tellement hauts que je savais même pas que ça existait, des robes super sexy, de longues jambes fines, parfaitement dessinées, aux chevilles délicates, aux cuisses forcément dénuées du moindre petit creux cellulitoide (j'aime bien inventer des mots). En mon for intérieur je pensais : aaahhh si j'étais un homme! A quoi ressemble t ils en journée ? se demande mon amie. Peut-être sont ils très moches en hommes?
Je n'étais pas pressée de rentrer parce que mon aîné faisait une..."soirée". Dans le jardin de ma maison forcément puisque c'est aussi la sienne depuis cet été, si vous suivez les évènements de la saga familiale. Dans l'après midi alors que je lui donnais des tonnes d'instructions, tellement qu'il y en avait que je ne me rappellais même plus des premières à la fin, j'ai remarqué qu'il restait impertubable, le regard vague, l'air un peu niais....j'ai pensé que : soit il avait essayé de fumer le liseron, soit il était de nouveau amoureux. Ce sont les seuls moments où il devient d'une docilité exemplaire! Je ne me leurrai pas, il n'enregistrait aucune des consignes que je lui assennais. Cependant il fallait que je le fasse, rapport à mon angoisse sans doute!
j'ai remarqué l'arrivée de ses copains au nombre exponentiel de chiens qui envahissaient mon jardin. Clara en devenait hystérique de joie! "Maman, maman, y en a encore un!!!!"
Cacophonie côté poulettes qui se réfugièrent vite fat chez le voisin!
Panique pour les minettes qui ne quittèrent plus la maison.
Bonheur pour Djecko qui n'en revenait pas d'avoir tant de compagnons de jeu chez lui, un vrai goûter d'anniversaire canin!
Je me suis dépéchée de partir!
En revenant, j'ai dit bonjour aux chevelus (les copains de mon aînés sont reconnaissables par leur allergie aux ciseaux de coiffeur, une sorte de religion semble t il et la noirceur de leurs pieds rapport à leur allergie aux chaussures) et je les ai trouvé très gais.
Aucune tempête n'avait ravagé mon jardin, les chiens étaient couchés de ci de là, les loupiottes du sapin de Noël qu'ils avaient installés en guirlandes autour de leurs tables donnaient un air paisible à la soirée.
Je suis partie me coucher confiante.
Parfois les choses changent, les ex-ados ingérables deviennent sages......

"Good morning Mister Gershwin"

L'évènement de la soirée était le spectacle de José Montalvo et Dominique Hervieu : "good morning, Mr Gershwin" au spectacle des arts de Chalon sur Saône (il s'en passe des choses dans notre petite ville, c'est incroyable!). Pour aller assez souvent à des spectacles de hip hop, je fus époustouflée hier de la qualité des danseurs et l'énorme réussite de l'association jazz de gershwin/hip-hop. Les claquettes aussi j'adore. Le mélange danse classique, dans africaine était détonnant!
Un petit cabanon en bois aux multiples usages au milieu de la scène. Le toit servant d'estrade. Au dessus du cabanon, un écran géant qui affiche un chateau de sable, des danseurs sous l'eau, une cour d'immeuble qui s'anime ou une mer en tempête.
Rires, souffle coupé, gaité, tristesse...En une heure vingt de spectacle nous passons d'une émotion à une autre en un tourbillon fantastique.
Bon, vous aurez compris que ce que je cherche à vous dire ce matin, c'est que si ce spectacle passe par chez vous : NE LE RATEZ PAS!!!! (Allez y avec vos enfants si vous en avez!)

vendredi 9 octobre 2009

Torture corporelle

"Tu boites?," me dit on hier.
"Euh...Non, j'essaye juste d'imiter la marche du canard aujourd'hui. Hier je testais le déplacement du félin et j'avoue que c'était plus agréable à regarder..." répondis-je en m'efforçant de resserer mes jambes.

Que me vaut cette démarche disgracieuse?
Si j'écris : presse horizontale, ishio debout, dorsi, la plupart d'entre vous savent peut être de quoi il s'agit.
Si je rajoute rameur et elliptique vous imaginez sans doute mieux de quel type de douleurs corporelles ce billet va traiter.

Des médecins m'ont dit qu'en cas de fibromyalgie (qui je le rappelle à certains irréductibles n'a rien à voir avec de la dépression!!!), il fallait faire travailler les muscles du dos et des jambes. Vous me connaissez. Je suis plutôt du genre : c'est dit ce sera fait, action réaction!
Mardi dernier je m'inscris donc dans la salle de sport la plus proche de chez moi.
J'avais toujours clamé haut et fort que je ne ferai JAMAIS ce genre de trucs.
Mais bon il n'y a que les ...qui ne changent jamais d'avis n'est ce pas?
En arrivant dans la salle de torture, je suis accueillie par ma coach sportive, une petite rousse jeune et bien fichue qui me tutoie d'entrée de jeu en me nommant par mon prénom. Elle m'indique les vestiaires pour que je mette mon soutien gorge de sport (50 euros) mon jogging en matière souple spéciale fitness (49 euros) et mon petit haut moulant rose à petits trous sous les bras et de cette matière filtrant la transpiration (39 euros) sans oublier les baskets qui ne doivent pas aller dehors (59 euros) et les inévitables sockettes blanches (je ne sais plus combien d'euros). Avec la somme d'euros que je porte sur moi parce que je le vaux bien, je décide de donner le meilleur de moi-même.
Mon coach me fait donc un programme d'une heure de muscu "tranquillou" d'après elle!
Docile, je m'exécute. Je peux même dire que je m'éclate sur certains appareils. Mon côté "mec" peut-être.
A la question sourire en coin de mon coach "ça va? vous n'avez pas de douleur quelque part?", je réponds : oui ça va même pas mal! toute fière...En revanche les 10 minutes finales d'élliptique me rendent très agressive. Je HAIS cet appareil. Avancer les pieds les bras en soutenant un rythme, je sais pas faire, j'ai pas été programmée pour!
Au bout de 8 minutes, essoufflée au point de ne plus pouvoir parler, trempée de sueur malgré toutes les matières supérieures et inférieures anti transpiration, j'ai dit à ma coach que je ne ferai pas une seconde de +
Vous vous inscrivez à l'année?
No hon j...e vais pa...yer pour 3 m...ois (je n'ai pas encore repris mon souffle!)
Le coaching durant les trois mois?
En la regardant bien je me suis demandée si j'allais la supporter sur mon dos tout un trimestre, je me suis répondue à moi-même que non et j'ai opté pour un coaching d'un mois.
Le lendemain ok pas de courbature.
Mais hier alors que ma nuit n'avait été l'objet d'aucun excès corporel, j'avais les adducteurs qui refusaient de fonctionner. Ils étaient bloqués en position "jambes écartées" , ce qui vous avouerez n'est pas des plus gracieuses!
Ce matin ils ont retrouvé un fonctionnement normal et heureusement parce que tout à l'heure j'y retourne!!!!!
C'est un nouveau domaine de la lutte : la lutte musculaire!
Il faut ce qu'il faut!

jeudi 8 octobre 2009

Apprenons à lire pour pouvoir faire nos courses!

Avez vous remarqué comme la société cherche à nous rendre le plus autonome possible?
C'est beau de se sentir valorisé ainsi!
De plus en plus de lieux incontournables nous installent devant des petites machines
Gaies et colorées (enfin pas toujours...)
Etalant des instructions écrites
parfois accompagnées d'images (mais pas très claires faut bien le reconnaître)
Finie la gueule morose de la caissière,
la queue interminable à la poste
pour acheter des timbres ou poser un chèque,
Les coachs sportifs en arrêt pour cause de tendinite....
Alors évidemment si on a pas bac+4 c'est difficile de tout comprendre
Pour les gens qui ne savent pas lire
ou les étrangers qui ne parlent pas français
y ont rien prévu...
Pour les chaises roulantes non plus
pis c'est pas écrit en braille
Cela n'arrange pas les petits vieux qui aimaient bien papoter avec les caissiers (et moi aussi d'ailleurs j'adore papoter avec mes copines caissières!)
Lors de leur seule sortie "sociale" en dehors de l'hôpital,
Puis les cours de steps en salle de sport devant un écran géant, c'est moyen
parce que si on prend une mauvaise position bien sûr, y a pas moyen d'être corrigée...
Mais on va pas se plaindre hein?
Cela fait des économies pour les grandes surfaces
et cela évite d'embaucher des postiers qui s'ennuient tant derrière leurs guichets!
Hier il y avait même un homme en jaune à la poste
un vrai, tout ce qu'il y a de plus humain
très aimable en plus pour ne rien gacher.
Il y avait une queue de cinquante mètres lorsque j'ai franchi les portes automatiques
Il s'est approché de moi tout habillé de jaune
Ca m'a presque fait mal aux yeux
Bonjour mademoiselle (ben oui j'adore, on est toutes pareilles, hein?) que désirez vous?
J'ai failli lui répondre : "ben faire la queue comme tout le monde!" mais heureusement je me suis retenue. J'ai pensé que tous les gens qui étaient déjà là devaient avoir des trop sales gueules pour mériter comme moi l'aide de ce tournesol géant (mon surnom est Narcisse).
je désire savoir si ma lettre dépasse le poids autorisé pour un seul timbre.
"Pas de problème mademoiselle, si vous voulez bien me suivre"
Et il m'a accompagné devant une de ces fameuses "machines"
J'ai décidé de faire ma blonde, (enfin un peu plus que d'habitude)
Pour une fois qu'un humain s'occupait personnellement de moi!
"Ouh là là cela a l'air bien compliqué", que j'ai minaudé.
Alors il m'a tout fait.
Il a posé ma lettre sur la balance, il m'a dit combien il fallait que je rajoute à mon timbre rouge
il a glissé ma pièce dans la fente prévue à cet effet
Il m'a récupéré ma monnaie
et il a glissé ma lettre affranchie dans "autres destinations"
Je suis repartie légère.
La queue n'avait pas avancé d'un pouce!

P.S au fait depuis 15j en arabie saoudite les élèves ont des cours et des exercices en ligne, c'est l'avenir messieurs dames les profs!!!!!

Quinze ans

Quinze ans aujourd'hui!
15 ans!
Une de ces années que l'on vit à cent pour cent
le coeur à fleur de peau
La larme prete à perler autant que le rire peut fuser
Puis cette difficulté aussi
à choisir un trottoir pour avancer
Se tenir debout
Ne penser qu'à soi sans savoir gérer l'angoisse que ce fait engendre
équilibre précaire où tout peut basculer en un instant
du côté obscur ou dans la lumière étincellante
Un choix infini de possibles
sans aucune certitude...
J'ai envie de lui dire
Ne t'inquiète pas
j'ai confiance
quelque soit le chemin
il sera bon!
Bon anniversaire fiston!!!

mardi 6 octobre 2009

Petite mise au point (juste au cas où..) à moins que cela ne soit un besoin de se justifier

Un enfant qui naît n'enlève pas l'amour qu'on a pour ceux qui sont déjà là
Un homme qui partage notre vie ne remplace pas celui qui est parti
C'est juste une autre histoire très différente
Parce que si la vie s'arrete pour certains
elle se poursuit pour moi, n'est ce pas?
Je n'ai pas le choix de continuer à vivre
Je suis la continuité dans la discontinuité incongrue.

Je suis comme tout le monde
avec juste des visites au cimetière de temps en temps
Avec juste cette angoisse énorme et indescriptible au coeur.

J'aime de nouveau
De même que mon coeur a grossi au fur et à mesure des naissances
C'est juste qu'il grossit encore avec ce nouvel amour
Mon coeur est énorme !
Il contient mes amours passés et celui présent,
Celui-ci que je proclame comme mon dernier amour,
dans cet incorrigible optimisme qui est le mien.
Aimer de nouveau ne signifie pas que l'on aimait pas assez avant
Merde à ceux qui oseraient le penser!


Ce billet ressemble à un besoin de se justifier me dit-on
Devrais je longtemps continuer à éprouver le besoin de me justifier d'être heureuse?
Vis à vis de qui?
Pour quelle étrange raison? Pourquoi le bonheur après la mort peut il sembler indécent? Devrait on rester loyale au malheur?
Après une fête j'explique à une amie que je me sens "coupable" d'être si heureuse
Elle me réponds : "Eh bien cela ne se voyait pas du tout l'autre soir que tu te sentais coupable"
Ai-je rêvé? ou ai-je rééllement senti cette ironie teintée de réprobation?
Peut-être m'attendais je à se qu'elle me réponde que je n'aurais aucune raison de me sentir coupable mais non.... sa réponse semblait me signifier que ma culpabilité ne se voyait pas assez justement! Avait-elle été heurtée par mon bonheur affiché?
Heureusement à cette même fête un ami que je n'avais pas vu depuis longtemps m'est tombé dans les bras, m'a embrassée fort en me disant qu'il était extrèmement heureux de me voir ainsi. Fait on le tri parmi ses amis aussi bien dans le bonheur que dans le malheur?
Existe t il des gens qui préfèrent accompagner la douleur plutôt que la joie?

Le fait de poser ces questions m'aide à avancer (et me coûte moins cher qu'une psychothérapie! ;-) )

Une journée comme les autres, finalement

Aujourd'hui c'est l'anniversaire de ma belle-mère.

Elle ne le fetera pas.

Elle n'a plus envie de rien fêter.

Ce sera une journée comme les autres.

La mort a osé lui prendre quatre de ses enfants :
deux jumelles à la naissance
Son unique fille d'une vingtaine d'années d'un accident de voiture
Son fils aîné de 39 ans d'un accident de moto.

Heureux les gens qui n'ont jamais eu affaire à la mort violente
La mort avant l'heure, la mort injuste,
celle qui n'est censé n'arriver qu'aux autres.
Cette mort là entraîne une anxiété profonde
à ceux qui restent
La perception aïgue
que le danger est tapi au détour de chaque heure qui passe
qu'il peut nous plonger à tout moment dans un abîme de douleur
Rien ne peut atténuer cette peur, cette angoisse
Aucun mot, aucune force au monde ne peut rassurer ceux là.

Cette mort-là remet tout en cause
et particulièrement l'idée
que l'on aura le temps de se préparer pour le grand saut.
Elle rend dérisoire la conservation des cahiers d'écolier,
les dessins d'enfant
et tant de souvenirs qui peuvent devenir de l'essence de douleur
de survivre à ceux à qui ils appartenaient.
elle rend dérisoires les projets à long terme (quel optimisme il faut pour continuer d'en faire!)

Les années passent
elle se demande chaque jour pourquoi elle est encore là
pour nettoyer les tombes peut-être...
les embellir au cours du temps.
La vie continue mais elle se tient juste à la frontière
sur cette ligne invisible que seuls ceux qui ont beaucoup souffert peuvent percevoir.

On lui a fait un gateau
Elle ouvrira ses cadeaux
Puis voilà
Elle repartira
les épaules voutées sous le poids du chagrin.

lundi 5 octobre 2009

Comment transformer l'utile en oeuvre d'art?

En prêtant le truc utile à mon artiste de fils.....


Prêter quelque chose à mon aîné est toujours une prise de risque.

Pour preuve ce vélo en parfait état de marche le jour du prêt et muni d'un seul antivol pourvu de deux clés. Est il utile de préciser que les trois antivols visibles sur le cadre n'ont plus aucune clé?

Je vais prendre le risque de l'emmener chez un réparateur de vélo en priant de ne pas être soupçonnée de vol!

Ah là là les enfants.....

dimanche 4 octobre 2009

VERIDIQUE! (Même si je sais que vous n'allez pas me croire!)

Driiiinnnng
"Allo?"
"Salut m'man! Ca va? Bien? Clara aussi? super!" (le deuxième fiston est spécialiste des questions qui contiennent la réponse qu'il veut entendre, un as de la communication positive...)
"Je suis contente de t'entendre! (sous entendu depuis le temps que je n'ai pas de nouvelles...), quoi de neuf de ton côté? "(autrement dit : que vas tu me demander? ou plutôt combien?)
"Impeccable, super super, pas encore de malaise vagal. (comprenez que malgré la charcuterie du service de chirurgie où il fait son stage de 3ème année de médecine, il n'est pas encore tombé dans les pommes) On a juste deux ptits soucis à l'appart....
"Ah?" (Je prends une chaise par précaution).
"Il ya trois jours pour une raison inconnue autant qu'étrange le joint du micro-onde a brulé. Puis hier c'est la vitre de la porte du four qui a explosé quand j'ai voulu l'ouvrir!"
"Tu parles des deux appareils qu'on a acheté il y a un peu plus de deux ans?"
"Ben oui."
---------------------------------
"M'man?"
"Oui, je suis la (sse). Bon, achetez vous un combi four et micro-onde et envoie moi la facture.

La première d'une longue série semble t il....Faudrait il que je consulte un paratruc spécialiste dans les envoutements d' habitations?

chevelure automnale


Puisqu'on me le demande....

Caprice de saison

Vendredi je franchis la porte du salon de coiffure d'une copine.
En cette période automnale, me voilà mue par le désir de me fondre harmonieusement dans le paysage. Devenir une silhouette douce à la mode caméléon,
être femme homochromique.
Car oui, les nuances du moment me transportent d'enthousiasme.

" Que veux tu que je te fasse?" me demande la professionnelle.
"Une forêt d'automne." réponds-je emballée.
"Pardon?"
"Transforme moi en foret d'automne!"
"OK, je vais déjà commencer par te servir un café...."

Mais ma coiffeuse allie une bonne dose de créativité et de psychologie.
Le résultat est à la hauteur de mes désirs. Ma chevelure reproduit toutes les nuances dorées orangées des feuilles expirantes d'un érable ou d'un chêne dignes de l'héliantine que je suis.

Ce dimanche, je vais aller promener Djecko en forêt habillée en jaune orangée et si je ne reviens pas c'est que je me suis enracinée la-bas......

samedi 3 octobre 2009

Suite des petits tracas maisonniers

Jeudi, un sursaut d'energie me permet de reprendre la main.

Je fais venir le chauffagiste pour remettre en route mon circulateur d'eau chaude dans les radiateurs qui pour une raison inconnue autant qu'étrange s'était bloqué.

Puis à 11h30 je mets à profit le temps perdu à attendre que ma fille sorte de l'école pour demander à toutes les mamans présentes si elles ne connaissent pas un maçon. Deux d'entre elles (sur cinquante mais passons) me citent ...Le même! qui est censé venir chez l'une d'elle qui est géographiquement très proche de moi incessement sous peu. Le numéro de portable de cette aubaine en poche j'attends l'heure propice du apres déjeuner pour téléphoner. Répondeur.

"Bonjour, je téléphone de la part de V parce que j'ai un besoin urgent d'un devis pour un mur mais les travaux ne presseront pas, je me doute que vous êtes super occupé mais si vous pouviez profiter de votre proche passage chez madame R pour pousser votre camion jusqu'à chez moi, ce serait vraiment formidable! Merci d'avance et bon après-midi". Tout ces mots prononcés avec le ton le plus suave et gai possible compte tenu des circonstances.

L'après midi j'étais coincée à la maison pour attendre le seul réparateur de store bourguignon qui avait accepté de se déplacer, non pas pour me remplacer tous mes vieux stores en bois à commande manuelle par des beaux stores en aluminum à commande électrique mais juste pour bricoler un truc qui me permette de voir clair dans mon salon, qu'il soit mille fois béni!

En le raccompagnant à son camion je lis qu'il s'occupe aussi de portail....Quelle chance!

Nous voilà en train de regarder des catalogues. J'ai bon espoir qu'un devis suive. Je pense à noter sur ma liste de trucs à faire : acheter un album à devis....

C'est alors que je commençais à reprendre espoir que je me suis rendue compte qu'une personne était devant mon portail l'air d'attendre qu'on lui ouvre. Je m'exécute et lui demande pour quelle raison inconnue autant qu'étrange, il n'a pas sonné, pour l'entendre me répondre : "mais cela fait 5 minutes que je sonne!"

Eh bien oui. Ma sonnette d'entrée avait soudainement décidé de me lacher elle aussi!

Mon portable se mit à sonner.

"Bonjour je suis monsieur C, la maçon de madame R, puis je passer dans 10 minutes?"

j'ai cru à une hallucination auditive! Non seulement c'était un exploit en lui-même qu'un maçon me rappelle mais c'était carément INCROYABLE qu'il vienne dans la même journée. Penser à offrir des fleurs aux mamans qui m'ont conseillée un tel artisan!

Je guette l'entrée rapport à ma sonnette qui ne marche plus et j'en profite pour appeler B, le mari d'une nounou du quartier qui dépanne toutes les divorcées veuves et esseulées engluées dans du bricolage de mec qu'elles sont incapables de résoudre...Il ya quand même des saints sur cette planète!

Le maçon arrive.Le devis devrait suivre.

Je ne vais pas m'attarder sur le fait qu'il m'ait appris que j'avais toutes mes évacuations d'eaux pluviales et usées à refaire, un futur devis à la clé, j'ai peur que cela ne vous lasse.....

Voyons plutôt le positif:

Jeudi soir la moitié de mes radiateurs chauffaient (pour l'autre moitié qui pour une raison inconnue autant qu'étrange ne fonctionne pas, on verra plus tard...)

La sonnette sonnait de nouveau, béni soit B!

Le volet qui ne roulait plus était fixé ouvert

Et les devis allaient pleuvoir dans ma boîte aux lettres,

Alors la vie est belle non?

Pas de demi-mesure

C'est vrai quoi, pourquoi tergiverser?
Nous en Europe on s'abîme continuellement des neurones avec :"est ce qu'il faut est ce qu'il ne faut pas?", on réflechit au pour et au contre, on avance de deux pas, reculons d'un, Les médias sont là, prêts à bondir, à s'emparer de la faille du raisonnement, la faire ressortir en gros titre. La peur de se tromper nous paralyse.....Pfff....
En Arabie Saoudite, dans ce royaume d'une vingtaine de millions d'habitants qui abolissait l'esclavage l'année de notre grand mouvement social printannier ( 68), on ne s'encombre pas d'état d'âme, on tranche dans le vif.
Il suffit qu'un ou deux cas de grippe H1N1 soit annoncé quelque part sur le sol saoudien ou même le sol voisin pour que le roi Abdallah 1er décrète la fermeture de toutes les écoles du royaume pendant 15 jours!
Si ce n'est pas le principe de précaution ça, je vous demande ce que c'est? (sourire).
Mais ce qui aurait pu être une chouette décision pour deux amoureux transis, un cadeau royal inattendu est source d'une grande frustration. Le visa de mon amour renouvelable tous les six mois expirait fin septembre le mettant dans l'incapacité de changer de territoire et rejoindre sa dulcinée (autrement dit : moi) le temps de ces vacances forcées!
Le voilà contraint à rester dans une ville qui n'a pas remporté de grand prix de distractions culturelles, sportives ou commerciales au chômage obligatoire.
Envisager de le rejoindre est impossible dans un royaume qui ne délivre pas de visa touristique...
Alors je skipe
tu skipes
nous skipons...

mardi 29 septembre 2009

Loi des séries

Dans la série : ma maison tombe en ruine ....
Par quoi commencer?
Ma maison a un portail électrique. Depuis quelques semaines, pour une raison inconnue un des deux battants ne répond plus au petit bruit électrique du vérin. Il faut donc s'arreter devant le portail, actionner la télécommande, serrer le frein à main de la voiture, détacher sa ceinture sortir de la voiture pour ouvrir manuellement le battant rebelle, remonter dans la voiture entrer dans l'allée ressortir fermer le battant et réactionner la télécommande mode fermeture.
La question de l'interet de l'électrique peut se poser....
Je me la pose.
Puis comme les battants ne sont plus hermétiques, mon chien se promène et terrorise le quartier avec ces bondissements joueurs. Je sens mes voisins de plus en plus renfrognés. J'apprends que pour changer de portail je dois demander une autorisation à l'urbanisme....
Bon.
Une des deux portes du garage en profite pour me tomber sur la tête. Puisque je suis dans les soucis de porte autant l'être complètement n'est ce pas? Je prends le parti d'en rire.
L'autre porte menaçant de se dégonguer aussi, je décide de prendre les devants. Allez hop, plus de porte. Mais le mur largement fissuré horizontalement au dessus des portes décide qu'il est temps de tomber par lambeaux. Je ne sais pas si vous me suivez....
J'appelle à la rescousse des démollisseurs de murs et de toit forcément car si plus de mur, le toit ne repose plus sur rien. Me voilà donc avec un garage au sol.
Ma cour est transformée en une déchetterie à ciel ouvert.

Sans être particulièrement obsédée par l'ordre j'avoue que je commence à craquer un peu.
Le sol du garage en terre battue va devenir un champ de boue à la prochaine pluie. Je décide donc de faire venir un maçon pour couler une dalle.....Rêve total. Faut que je prenne un ticket pour dans deux ans!
Ce n'est pas la crise pour tout le monde.
C'est alors que le store de mon salon se déplie avec la petite manivelle prévue à cet effet mais refuse soudainement de remonter.
je remarque que le coffrage réalisé ne prévoit absolument pas que le rotor lache et qu'aucun accès n'a été prévu.
A ce stade, j'avoue ressentir une certaine lassitude....
Je regarde ma maison de travers. Est ce une rébéllion généralisée?
G découpe le coffrage pour accéder au rotor et met à jour......Un énorme nid de guèpes qui se répandent dans la maison....
Je m'ouvre une bouteille de blanc...
Et vous sinon ça va?

lundi 28 septembre 2009

La vie est facétieuse

Je marche dans la rue ensoleillée, le sourire aux lèvres
La vie est facétieuse
Voilà les mots qui dansent dans ma boîte cranienne.
On croit qu'il y a une logique à toute chose
puis non, il n'y en a pas!
Il y a ceux qui mangent comme quatre sans grossir
alors que d'autres prennent du poids sans rien manger
Il y a ceux qui font des heures de sport sans courbature
Et les autres qui souffrent de tous leurs muscles sans remuer un orteil
Il ya ceux qui courent des kilomètres à fond en gérant leur respiration
puis les autres, essouflés de rester assis
Il y en qui vieillissent sans perdre un poil du caillou
et d'autres encore bien jeunes qui perdent des paquets de cheveux
Les premiers sont ils conscients de leur chance?
La vie est facétieuse
Je suis dans cet état cotonneux qui est désormais le mien
Je souris
Mais dicrétement parce qu'on va encore me dire que je suis dans le déni de ma dépression!

dimanche 27 septembre 2009

De l'oeuf ou la poule, qui le premier?

Le syndrôme qui modifie de plus en plus ma façon de vivre m'emmène à me poser certaines questions....
En me penchant sur les mécanismes chimiques du déclanchement mais surtout de la perception de la douleur, je fais connaissance avec des neurotransmetteurs dont la régulation influence énormément notre état psychologique et physique.
Il s'agit de la sérotonine qui joue un rôle essentiel dans la régulation de l'humeur et intervient dans le mécanisme de contrôle de la douleur, et de la dopamine sécretée dans une situation de plaisir et qui va nous pousser à recréer l'experience positive dans notre environnement.
Les études sur la personnalité ont conduit d'éminences substances grises à batir des "modèles".

Les progrès en neurochimie ont incité à établir les liens entre les niveaux sanguins des principaux neurotransmetteurs et des traits de caractère. Les traits de caractère héréditaires constituent ce qui est appelé le tempérament. Le modèle de Cloninger présenté en 1987 est encore influent (Souccar, 1995). Il propose que le tempérament est fondé sur trois traits de caractère: la recherche de nouveauté, l'inhibition et la sociabilité. Chaque trait est modulé par un neurotransmetteur dosable dans le sang: la dopamine, la sérotonine et la noradrénaline. Par exemple, un bas taux de sérotonine est associé à l'impulsivité, à la violence et induit un état de dépression.
Un autre modèle classe les individus selon trois types de tempérament : AN affect négatif, AP affect positif et DOL desinhibition ou inhibition
Un indice AN élevé induit chez un individu beaucoup d'émotions négatives, il perçoit le monde comme menaçant, inquiétant, problématique et pénible alors qu'un indice d'AP élevé est caractéristique des personnes extraverties, actives, abordant la vie avec energie, gaité et enthousiasme.
Là où cela se complique c'est qu'un individu donné peut avoir un niveau élevé pour chacun ou pour les deux types d'indice.
Je retrouve une similitude avec la description orientale des personnalités yin, timides, plutôt inhibées ou réfléchies et yang tout feu tout flamme débordant d'énergie et extravertie.
Le DOL est un mecanisme de régulation des émotions. Un indice DOL élevé rend les individus plutôt téméraires, axés sur les émotions et les sensations du moment alors qu'un DOL faible rend les gens prudents, mesurant les répercussions à long terme de leur comportement avec fuite des risques et du danger. Ces trois indices auraient un rapport avec le taux des neurottransmetteurs libérés dans l'organisme.

La fibromyalgie étant directement en rapport avec un faible taux de sérotonine induisant une augmentation de substance P dans le cerveau accentuant le ressenti de la douleur je m'interroge sur le rapport entre le syndrôme dont je souffre et ma personnalité.....

J'en viens en effet à me demander :
est ce parce que je sécréte trop de dopamine et pas assez de sérotonine (et ce, pour une raison par exemple génétique) que j'ai la personnalité que j'ai aujourd'hui et ces symptomes de fibromyalgie ou est ce parce que les facteurs environnementaux qui ont baignés mon enfance et la construction de ma personnalité font que je sécrète trop de dopamine et pas assez de sérotonine?

vendredi 25 septembre 2009

La douleur

Un moment que j'étais fatiguée.
Mais bon, une chose et une autre....On se trouve des raisons de l'être, vous savez ce que je veux dire. Lundi, je finis par consulter un généraliste. Je décris les symptomes: vertiges, fatigue, étrange sensation qu'un tortionnaire m'a rouée de coup dans le dos à coups de gourdin. Je ressors avec une ordonnance pour une prise de sang qui montrera juste un taux de fer avoisinant le zéro et un leger signe inflammatoire. Je m'achète du foie de veau. Oui, parce que pour les non initiés, je précise que le foie regorge de fer...
Mardi après midi une douleur à la nuque naît et se propage dans le crâne au point de me clouer dans le noir au lit. Malgré les anti douleurs je souffre. Mon aîné fait revenir le généraliste vu la veille qui me trouve des symptômes méningés et m'emmène lui-même aux urgences.
Là, il m'arrive le truc banal: j'attends une heure trente assise sur un siège métallique qui a dû gagner le premier prix du siège le plus inconfortable du monde, dans des courants d'air susceptibles de me déclancher une pneumonie et sous une lumière néonique insupportable pour mes yeux qui n'aspirent qu'à la pénombre....
Je finis par être accueillie par une interne qui confirme les symptômes méningés (surtout raideur à la nuque) et qui m'ordonne après un encéphalogramme du cerveau une prise de sang et un electrocardiogramme : une ponction lombaire. Dieu merci elle y arrive du premier coup et
me voilà en train d'attendre les résultats de tout ça. Bien sûr personne ne s'inquiète de me dire qu'il faut rester absolument à plat après une ponction lombaire!
Aucun résultat n'est significatif de quoi que ce soit.
Le lendemain, 10h après une nuit dans une chambre sous perfusion de je ne sais quel produit une femme médecin, grande blonde aux dents de cheval fait irruption dans ma chambre et mène un interrogatoire d'une grande agressivité. Puis m'assène sa conclusion, définiftive et sans appel: tous vos résultats sont bons DONC vous souffrez de dépression......
J'ai bien aimé le donc. Pour ce médecin le mal de tête est soit une méningite ou une rupture d'anévrisme soit de la dépression. Allez tac! Rien de possible entre les deux.
Mais la dépression, ça non, je sais ce que c'est malheureusement et ce que je ressens aujourd'hui, cette douleur insupportable à la nuque et dans le crâne comme si une armée liliputiens en colère s'ébattaient gaiement à me presser le citron et des nausées au moindre mouvement ne ressemblent pas aux symptomes d'une dépression. Sans compter que côté moral c'est plutôt grand beau fixe (voir billets ci dessous!). Mes tentatives de rébéllion anti diagnostic laissent la grande blonde de marbre. Elle me cloue le bec par un:
"Vous êtes dans le déni de votre dépression, je ne vous donnerai pas de médicaments anti douleur, cela ne sert à rien, secouez vous, levez vous, je vous signe votre bon de sortie"
J'ai arrêté de lutter contre cette bornée internationale.
J'ai bien entendu les infirmières qui essayaient de me négocier quelques heures de repos supplémentaires mais sans succès. Au bureau des sorties, la secrétaire veut me faire une entrée. Lorsque je lui notifie son erreur elle me répond qu'avec la tete que j'ai, il lui est difficile d'envisager une sortie...
Bref, mercredi,retour dans mon lit dans le même état que la veille.
Mais bientôt pire.
Le moindre essai de la position assise se solde invariablement par des vomissement et une douleur terrifiante à l'intérieur de ma boîte cranienne. J' appele un autre médecin ostéopathe acupuncteur. Je me suis dit qu'il allait me manipuler le crâne pour que le cauchemard s'arrête. Sinon il ne reste plus que la décapitation.
Son diagnostic à lui est de l'arthrose cervicale. Je trouve cela un peu plus recevable qu'un déni de dépression. Il tape fort sur l'ordonnance: me voilà à ingurgiter un coktail de trucs codéinés et opiacés.
Jeudi mon amour arrive en France et me trouve couchée incapable de tenir un quelconque échange verbal et vomissant au moindre changement de position. Honte totale!!!!!
"Remarque c'est un moyen fiable de tester son amour" me balance ma copine Flo.
"Cet homme force le respect", murmure maman
Car oui, mon homme à moi est effectivement EXEMPLAIRE. Il va m'acheter des fleurs, des machmallows, recouvre mon corps de meringues (j'adore les meringues!), me masse les pieds, passe le balai dans la maison, me fait des petites soupes de vermicelles et me proclame que je suis la plus belle femme du monde, même malade!
Alors dans mon semi coma je pense que je suis la fille la plus vernie de cette foutue planète!
Samedi alors qu'aucune amélioration n'est à noter et que la radio du rachis cervical n'a pas montré d'arthrose suffisante pour expliquer ces douleurs, mon amour décide de m'emmener avec lui à Strasbourg. "Couchée pour couchée autant être pres de moi ", me dit il. Me voilà allongée dans sa voiture de location. Puis allongée dans une autre pénombre que celle de ma chambre. Lundi matin il m'emmène chez son médecin de famille. Cet homme (béni soit il) m'appuie sur un point précis au bas du dos ce qui me fait hurler de douleur, puis un point à l'épaule idem, un au genou idem et prononce solenellement: fibromyalgie. Puis il m'apprend qu'il existe un syndrôme post-ponction lombaire qui est surement responsable d'une accentuation du mal de tête.
Il me dit d'arrêter le traitement abrutissant et sans effet à part hallucinogène et me prescrit un anti inflammatoire sans effet secondaire avec un truc pour protéger l'estomac.
"Demain vous verrez, vous vous sentirez beaucoup mieux!"
Et en vérité, le lendemain j'étais debout, épatée de l'être avec envie d'embrasser la table du salon les arbres, les assiettes et tout ce qui pouvait apparaitre enfin sans douleur dans mon champ de vision.
Ce qui est génial avec la douleur c'est quand elle s'arrête. On voit les choses vraiment différemment et on prend la mesure de la chance qu'on a lorsqu'on ne souffre pas.

vendredi 11 septembre 2009

Tourbillon


Peau contre peau
keepons in touch
un baiser
encore
crois tu que nos lèvres se lasseront un jour?
Tu es beau, mon amour
Tu es ma sorcière aux yeux verts
Ton parfum me rend folle
Je suis marabouté
Un baiser avec le bras autour du cou les têtes penchées fougueux passionné
Tu es si belle, je ne me lasse pas de te regarder
Toucher, je veux te toucher
Où es tu?
Je suis là, tout contre toi pour toujours
Que c'est bon, que c'est bon de nous aimer
Je te regarde parler, j'aime la danse de tes mains qui accompagnent les mots
Laisse moi te caresser les cheveux pour t'endormir ma belle
Te goûter encore
J'adore te voir danser
Sentir mon corps tendu vers toi
J'aime ton côté sauvageonne
Ta "masculinité" me fait chavirer
Tu es celle que je cherchais
Tu es un miracle
Un baiser doux comme du velours
j'aime tes enfants, j'ai hâte d'être avec vous
Nous t'attendons

Notre amour est un big bang
Le commencement d'un univers
Nous sommes beaux, forts invulnérables.

Eh bien Hélianthine!!!Cela fait un bail que nous t'avons pas vue aussi heureuse.....Ou alors on se souvient plus.... Disent les amis.
Je le suis. Heureuse dans ce tourbillon qui m'emporte. Dans ce flot de bonheur qui nous fait surfer sur les nuages et flirter avec le soleil.

lundi 6 avril 2009

A Myel

Je suis là Myel, bien la....sse.
Je vais mal.
Lorsque je vais mal, je submerge mon corps d'actions, j'empile jusqu'à rabord ma tête que je nomme aussi commode encéphalique de projets pour bien blinder les tiroirs, même que tellement qu'ils sont blindés qu'ils ne s'ouvrent plus.
Si encore j'étais capable d'inventer des projets sérieux, constructeurs, qui aient un sens sur le long terme.... Mais NON! Ce sont des projets débiles, qui vont dans tous les sens.
Les enfants crient aux abris! Et ils y vont!
Je visite des camping car pour partir à l'autre bout du monde, j'entreprends de planter des radis et des tomates en desherbant des centaines de m² ce qui est en totale contradiction avec le projet précédent....
Certaines actions serviront. J'ai rangé le sous-sol, donné des cartons d'habits à Emmaus, jeté des kilos de vieilleries qui m'enfermaient dans un passé devenu douloureux. J'ai trié les vis, rangé les tournevis, appris à quoi servait chaque engin étrange qui se trouvait dans le garage dans lequel je ne rentrais pas un orteil du temps qu'un homme l'investissait. J'arrive même de temps en temps à dire "mon garage" au lieu de c'est dans le garage de Marti.
Je ne m'aime pas.
Je suis triste.
J'oublie de manger.
Je n'oublie pas de boire.
J'envoie chier les amies.
Qui persévèrent. Noèse a raison : il semblerait que je SOIS chanceuse en amitié.
J'ai pourtant si peu à donner en ce moment....Mon pouvoir empathique s'est enfui.
Clara va mal.
La mémoire du corps.
Elle n'a pas la date en tête mais son corps reconnait l'odeur du printemps. Avec elle la douleur de la mort.
Elle parle de son papa de façon obsessionnelle.
Je range le garage.
J'essaie des camping car.
J'ai peur.
Peur de ce que je lis dans hier.
Peur dans ce que je pourrai lire dans demain.
J'ai quitté celui qui m'aimait.
Je ne veux pas être aimée.
Où peut-être aimée par un fantôme
que je cherche en permanence dans les hommes qui m'approchent.
il ne faut plus m'approcher.
Je me rends inaccessible.
Plus personne ne pourra m'atteindre.
Dans les rêves où je m'enterre.
Je ne voulais plus écrire sur ce blog.
Mais Myel me relance.
Myel.
Une amie de blog.
Oui je considère que le qualificatif d'amie n'est pas usurpé. Nous commençons à bien nous connaître toutes les deux.
Sans elle, je n'aurais pas écrit ce billet.
Merci Myel.

lundi 30 mars 2009

Changement d'heure

Je hais les changements d'heure.
Hier une voix intérieure murmurait qu'il y avait un truc à faire avec les montres. Mais quel truc? Alors mue par cette certitude qu'il fallait que JE FASSE QUELQUE CHOSE, j'ai avancé le temps au lieu de le reculer. (Perdre une heure est au delà de mes concepts!). Donc à 19h30 heure d'avant, il était 18h30 pour moi alors qu'il était 20h30 pour tout le reste des français (vous suivez?). Du coup, je suis arivée en retard à la gare dimanche soir pour aller chercher mon fils!
Puis ce matin? quand le réveil de mon nouveau portable a sonné j'ai cru que quelqu'un m'appelait tant je ne pouvais imaginer qu'il s'agissait DEJA de mon réveil!!!!!
Je hais les changement d'heure.
Puis cela tombe bien parce qu'en ce moment j'ai envie de haïr plein de trucs et cela risque de durer un moment d'ailleurs. C'est pour cela que je poste moins de billet....