mardi 6 octobre 2009

Petite mise au point (juste au cas où..) à moins que cela ne soit un besoin de se justifier

Un enfant qui naît n'enlève pas l'amour qu'on a pour ceux qui sont déjà là
Un homme qui partage notre vie ne remplace pas celui qui est parti
C'est juste une autre histoire très différente
Parce que si la vie s'arrete pour certains
elle se poursuit pour moi, n'est ce pas?
Je n'ai pas le choix de continuer à vivre
Je suis la continuité dans la discontinuité incongrue.

Je suis comme tout le monde
avec juste des visites au cimetière de temps en temps
Avec juste cette angoisse énorme et indescriptible au coeur.

J'aime de nouveau
De même que mon coeur a grossi au fur et à mesure des naissances
C'est juste qu'il grossit encore avec ce nouvel amour
Mon coeur est énorme !
Il contient mes amours passés et celui présent,
Celui-ci que je proclame comme mon dernier amour,
dans cet incorrigible optimisme qui est le mien.
Aimer de nouveau ne signifie pas que l'on aimait pas assez avant
Merde à ceux qui oseraient le penser!


Ce billet ressemble à un besoin de se justifier me dit-on
Devrais je longtemps continuer à éprouver le besoin de me justifier d'être heureuse?
Vis à vis de qui?
Pour quelle étrange raison? Pourquoi le bonheur après la mort peut il sembler indécent? Devrait on rester loyale au malheur?
Après une fête j'explique à une amie que je me sens "coupable" d'être si heureuse
Elle me réponds : "Eh bien cela ne se voyait pas du tout l'autre soir que tu te sentais coupable"
Ai-je rêvé? ou ai-je rééllement senti cette ironie teintée de réprobation?
Peut-être m'attendais je à se qu'elle me réponde que je n'aurais aucune raison de me sentir coupable mais non.... sa réponse semblait me signifier que ma culpabilité ne se voyait pas assez justement! Avait-elle été heurtée par mon bonheur affiché?
Heureusement à cette même fête un ami que je n'avais pas vu depuis longtemps m'est tombé dans les bras, m'a embrassée fort en me disant qu'il était extrèmement heureux de me voir ainsi. Fait on le tri parmi ses amis aussi bien dans le bonheur que dans le malheur?
Existe t il des gens qui préfèrent accompagner la douleur plutôt que la joie?

Le fait de poser ces questions m'aide à avancer (et me coûte moins cher qu'une psychothérapie! ;-) )

4 commentaires:

Ca†≈ a dit…

Bonnes questions.
Le tout, c'est d'arriver un jour à vivre sans se les poser...
La jalousie est un sentiment qui enlaidit les gens. Je suis triste pour ton amie.

Helianthine a dit…

Tu as comme d'habitude la voix de la sagesse en m'écrivant que le tout c'est d'arriver un jour à vivre sans se les poser...
Je ne sais pas s'il s'agit de jalousie dans ce cas là....Mais bon un jour j'éclairerai cela...

Cousine, je t'ai trouvée trop vindicative. Excuse moi, mais je préfère ne pas publier ton com! Pardon pardon.

cousine christine a dit…

je m'en doutais, je suis un peu "enflammée" sur ce sujet pour des raisons plus perso!!!

Myel a dit…

J'aime la force de ta conviction pour empêcher quiconque de te trouver trop heureuse ou pas assez malheureuse. La vie t'a souffleté, aucune raison de la regarder en biais comme si elle devait recommencer. Ton bonheur passe l'écran grâce à tes mots et c'est tant mieux.