lundi 2 novembre 2009

Non, je n'y suis pas allée

Je n'ai pas pu me rendre à la fête des défunts cette année. J'avais porté un mot d'excuse il y a quelques jours. Je devais me rendre à un autre rendez-vous aujourd'hui. A la capitale, cela ne se refuse pas!
Ici, je me rends compte à quel point je suis devenue plouc, moi l'ex parisienne que j'étais dans une autre vie!
Devant les portes automatiques des stations de métro je montre mon ticket à la lucarne supérieure qui ne lit que les "navigo", une sorte de carte orange magnétique, enfin la carte orange étant d'une autre époque, un autre temps auquel j'appartenais naguère;-).
Il a fallu qu'un homme de couleur me montre les passages à "fentes pour tickets!"
A l'entrée du magasin carrefour du quartier je me suis précipitée parce que ciel! il était déjà 19h30, j'ai attrapé un panier, courru dans les rayons pour apprendre avec un étonnement géant de la bouche à fort accent chinois de la caissière que j'aurai pu prendre tout mon temps car le magasin ne ferme ses portes qu'à 22h!!!!
C'est limite si on ne m'a pas proposé le mode d'emploi de cette nouvelle ville peuplée de machines. Je marche trop lentement: je gène. Je lis les affiches des couloirs de faiences blanches du métro: les gens pensent que j'ai une case en moins.Au parking souterrain, j'ai du demander à un client où je pouvais parler à un être humain pour obtenir un renseignement sur les forfaits. Ma demande n'a pas eu l'air de l'étonner outre mesure et le chemin qu'il m'a indiqué était très compliqué, peut-être à cause de son accent roumain, mais j'ai fini par rencontrer un vrai guichetier, un peu blafard certes mais humain oui!
60 euros pour garer ma voiture quatre nuits au parking! Les parisiens "intra-muros" n'ont pas de voiture sans doute!
Je me sens étrangère, perdue, subjuguée, éffarée, angoissée, amusée.
Mais comme dit mon formateur (oui, oui je vous raconterai ma formation demain!): " l'important c'est d'être dans l'ici et maintenant puis accepter l'expérience de façon positive."
Alors d'ici et maintenant je vous souhaite de faire de beaux rêves!

6 commentaires:

Ca†≈ a dit…

A mais quelle courageuse !
Moi,j'y vais en train.
Pour ce qui est du rythme,j'adore prendre mon temps au milieu de ces gens pressés. C'est certainement un peu sadique mais ça achève de me dé-stresser.
Bonne formation zen alors.

Myel a dit…

Vraiment j'aime lire ce que tu écris, tu me prêtes alors tes yeux, tes sentiments. Comme si on se tenait la main.

Marico a dit…

Comme je te comprends!
Je vais très rarement dans notre métropole et quand je le fais, je suis heureuse mais souvent déboussolée!
Pourtant, j'y ai vécu plusieurs,plusieurs années! Je me dis que c'est bon de sortir de mon confort de femme des bois, de vivre des surprises en continu! Bonne formation! J'ai hâte de te lire demain à ce sujet.

noèse cogite a dit…

tu ressmeblais plutôt à une touriste:)
Un bout de voyage initiatique pour un changement dans ta vie:)

Annie a dit…

...Enfin...
Toujours si intéressants, justes, profonds et touchants tes messages...
On te conseille "d'être dans l'ici et maintenant", expression courante actuellement dans certaines sphères; alors je crois deviner quelle sorte de formation tu suis...

Helianthine a dit…

A Cat peut-être nous reconnaîtrons nous un jour à paris à notre façon à nous d'arpenter la capitale ;-)

A Myel, quelle belle et douce image ta main dans la mienne!

A Marico ma "soeur des bois" finalement.Je suis allée au Quebec et les codes qui régissaient la vie m'avait semblé moins difficile à comprendre qu'ici, comme quoi...

A Noèse oui tu as raison ne vraie touriste, le grand sac vert de plage sur l'épaule, le chapeau enfoncé sur les yeux la parfaite "décalée"!

A Annie....Oui enfin....Savoir que tu es là quelque part...Un grand bonheur pour moi ce soir!