lundi 9 février 2009

La douleur



Je suis TATIANA
La veuve, la douleur.
Je suis TATIANA
La victime, mon bourreau.

Je suis la reine du cimetière et des tombes dressées qui m'entourent.
Aucun être humain ne connait mon secret.
J’ai juré de ne rien dévoiler.
Le matin, je me presse, il y a tant à oublier!
Je sors au moment où les premiers rayons du soleil automnal font rougeoyer les érables en bain de sang.
Je guette la chute des feuilles.
lorsque l'une d'entre elles se détache, je ne fais rien d'autre que de la ramasser.
C'est si long de ne plus rien attendre !
Les journées sont trop courtes !
Il faut soigner les dernières roses,
en porter quelques unes sur ta tombe,
sentir le froid du marbre sous la chaleur de mes mains,
Trembler devant ta stèle à jamais muette,
Sentir mourir mon désir de vivre.
Vite, le temps presse,
Une autre messagère de la mort peut à tout moment m'enlever ceux qui restent.
Je reste immobile à regarder vivre les autres, foulard coloré jeté sur mes épaules pour masquer la couleur de mon coeur : le noir du vide sidéral
Ici, j'entends d'autres douleurs de corps agonisants
qui ont dû lutter longtemps avant de s'éveiller de nouveau à la vie, gorgés de sang par je ne sais quel miracle.
Je cueille ces résurrections comme des trésors qui me seraient destinés.
Je les fais miennes, je suis sauvée.
Je me presse, la vie offre tant de surprises !
Il y a l'amour qui toujours renaît.
Prometteur de bonheurs à venir !
Une fois encore, les mots mille fois murmurés :

« Pardonne-moi, je ne peux m'empecher de vivre »

Je suis TATIANA
Le courage, l'espoir
Je suis TATIANA
La vivante

5 commentaires:

≈≈≈ a dit…

Waou !
C'est le buffle qui t'inspire ?
C'est magnifiquement écrit, bravo.
Je l'ai lu de haut en bas, mais sans gâcher mon plaisir.
Jolie surprise, émouvante...

noèse cogite a dit…

Très beau texte..vraiment..beaucoup de douleur qui ne t'empêche pas d'aimer la vie.
Bon courage à toi Hélène

HelLutte a dit…

Merci à toutes les deux!

cousine christine a dit…

SUperbe texte.contente de pouvoir te lire de nouveau, mais différemment.j'attends la suite pour savoir où Tatiana va nous emmener...

claudie a dit…

je regarde ton regard que je connais si bien, le premier triste me laisse pensive, et aussi pleine de haine, mais me fait souffrir d'une certaine manière,
le second, c toi, c toi , et je te connais avec ce regard,
c celui ci que j'ai gardé en souvenir