mercredi 8 octobre 2008

Premières images du pays


Pour décrire mes premières impressions il faudrait pouvoir vous envoyer des sons, des effluves et vous plonger dans une certaine torpeur de hammam.
Je colle mon mes yeux à la vitre du bus et j'enregistre en vrac des images:

des gens , dans la position nationale à savoir, accroupis, pieds plats au sol,
des palmiers sur les trottoirs, tendance climatique subtropicale oblige,
des voitures qui doublent à gauche, à droite, usant du klaxon pour un oui ou un non,
des cyclistes suicidaires sur des vélos électriques qui tournent quand cela leur chante, sans prévenir,
de vieux camions qui transportent des charges inimaginables, dépassant de tous côtés,
des fils électriques partout,
du linge suspendu sur des barres de fer aux immeubles,


















des climatiseurs sous presque chaque fenêtre,
beaucoup d’appartements éclairés aux néons responsables d’une lumière glacée,
des publicités lumineuses sur les façades des quelques 3000 tours et gratte-ciel de Shanghaï, surplombant d’antiques petites maisons collectives toutes grises,


















des routes suspendues qui se croisent avec une voie réservée au métro aérien (un goût du cinquième élément de Luc Besson),



des hommes et des femmes qui s’affairent à nettoyer, embellir la ville partout.
Nous constatons l’extrême propreté des rues : pas un papier par terre qui ne soit pas ramassé par un balayeur dans le quart d’heure, même pas de feuilles mortes par terre (en ce qui concerne les déjéctions animales, l’importante taxe pour les propriétaires de chiens, très dissuasive). Bien sûr de ci de là, au coin d’une rue, un homme, un enfant ou une femme fouille un tas d’immondices posé là….Bien sûr certaines échoppes vendent un entassement d’objets peu identifiables au milieu duquel une femme, assise par terre semble porter la lassitude du monde…
Nous dînons dans notre premier restaurant chinois. Le liquide marron qui est servi dans une tasse est-il du thé ou un lave-baguette ? Les serveuses, les clients parlent fort, le visage sans sourire, ils semblent sans cesse se disputer. C’est hallucinant le nombre de plats différent qui arrive sur ce plateau tournant. La bière a le gout de limonade. Mais quoi ? Ils enlèvent déjà ce plat là ? Alors qu’il n’est pas vide ? Notre rythme s’accélère. Le dessert clos la danse des assiettes : pastèque et boules aux graines de sésame.
Tout est délicieusement nouveau et bon!



A demain

2 commentaires:

Pascal a dit…

Hummmmmmmmmmmm, la vue de cette table m'ouvre l'appétit !
Bon et bien sur ce.......... , je vais aller manger !

Annie ( d'O) a dit…

Merci hélène!
Quelle chance de pouvoir partager ce voyage en Chine avec toi...