vendredi 29 juin 2012

La prépa

Ce matin, nous nous sommes levés aux aurores pour rejoindre la ville où mon troisième va découvrir la prépa MPSI où il sera interne l'an prochain.
"Maman, jure moi que tu ne poseras pas de question"
"Mais je ne peux pas te jurer cela c'est le but de la réunion pédagogique de répondre aux interrogations des parents et élèves!"
"Oh non! Tu vas encore te faire remarquer!"
"Tu n'as qu'à pas t'assoir à côté de moi et personne ne fera le lien entre nous"
"Mais tu ne peux pas être une mère normale?"
"Désolée fiston, c'est ton karma d'avoir une mère comme cela, assume le!"
Voilà un résumé du genre de conversation que nous avons eu dans la voiture.
Le lycée est magnifique d'un point de vue esthétique et confort!
Vivre ici me semble instantanément un grand luxe!
"Imprègne toi de la spiritualité de ce lieu fils"
"Tu mfais chier maman!"
etc...
Dans le mode incommunicabilité entre les gens je demande la mère et le troisième fils!
Nous nous retrouvons dans une salle de réunion appelée "grande chapelle" pour la grande prière dite par trois professeurs de mathématique (étrangement séduisants) un professeur de physique qui a l'air d'être au bord du scuicide et une prof de langue motivée et agitée. Entendons donc ensemble ce que les élèves doivent adopter comme attitude durant les grandes vacances.
Oh, trois fois rien:
se reposer et s'amuser en réalisant de petits algorithmes sur sa calculatrice (ne me demandez pas ce que c'est, je n'en ai aucune idée mais compte tenu du petit sourire rassuré de S, je pense que LUI sait de quoi il s'agit ce qui est somme toute, le principal, n'est ce pas?), tout en revoyant dans la joie et la bonne humeur tout le programme mathématique de terminale S en particulier les fonctions complexes, les nombres complexes, les équations différentielles et toutes ces petites choses complexes qui ont rendu l'année si attrayante paraît il....
Le prof d'anglais rajoute que pour vraiment passer de bonnes vacances tout en préparant sa rentrée, il est indispensable de lire "the gardian", the newstimes" ou pour les plus motivés "the economist"et faire un résumé en anglais à sa famille régulièrement de tous les articles d'actualité de cet été (super on ne va pas s'ennuyer!).
La prof de lettres se contentera de préciser qu'il sera indispensable de mettre à profit les jours de pluie pour prendre son pied à lire les ouvrages indispensables du programme et de la bibliographie associée sur le Thème de l’année 2012-2013 : la parole
Verlaine, Romances sans paroles
Marivaux, les Fausses confidences
Platon, Phèdre
Eh bien au cas ou S pensait s'ennuyer durant son hospitalisation, le voilà complètement rassuré!
Je ne peux m'empêcher de remarquer deux trois gars élèves à l'air sympa, deux filles pas trop moches et souriantes et j'attire l'attention du fiston sur ces spécimens humains non dénués d’intérêt mais il semble que cela soit peine perdue... 
En observant de plus près les parents, je me félicite moi-même, en mon for intérieur. Je n'ai pas de grandes oreilles décollées avec des lunettes comme des culs de bouteille, je ne suis pas habillée comme l'as de pique, mon téléphone ne sonne pas en plein milieu de la réunion pédagogique et même si par malheur cela se faisait MOI, je saurai l'éteindre dans la minute, certes je n'ai pas pu m'empêcher de poser des questions mais il ne me semble pas qu'elles étaient idiotes etc.... 
J'espérai un café et des croissants mais bon....Je suis une grande rêveuse!
Les visites des chambres de l'internat me laisse béate d'admiration: insonorisées, modernes, spacieuses, lumineuses, je me demande même si je ne vais pas y envisager une petite retraite certains week ends!
En sortant le fiston est tout sourire!
"Ca c'est fait, je coche, maintenant point suivant : l'opération!" (pourquoi j'ai un frisson dans le dos tout d'un coup?)

Le deuxième fils m'apprend que de son côté, malgré son accident, il n'a aucun module à rattraper à l'oral et qu'il conclue son année avec 13,2 de moyenne générale pour aborder à la rentrée la sixième année de médecine avec sérénité mais que là il est en stage de néphrologie jusqu'à la fin juillet.
Je me dis que mes fistons se débrouilleront pas trop mal dans la vie à priori et que cela me fera passer au moins à moi, de bonnes vacances!

3 commentaires:

Celui qui regarde le Temps passer.... a dit…

super! Je me souviens (amarcord... comme dirait Fellini en patois romagnol) l'internat à la Taupe Foch de Casablanca ;
- un grand dortoir avec des box séparés par des cloisons légères
- le bizuthage qui durait jusqu'en décembre.
- le retour chez les parents à Noel et Paques seulement
bref la belle vie mais c'était la JEUNESSE un bien envolé à jamais...

Françoise a dit…

Oui, Héliantine, tes fistons se débrouilleront bien dans la vie ! et à leur place, je serais fière d'avoir une telle mère ! :-)
Tu as donc toi aussi un fils qui fait médecine ? :-)
Belle fin de dimanche à toi. Bisous.

Helianthine a dit…

Ah Françoise? Un de tes fils fait médecine? Le mien est à Dijon....Merci de ton passage.
A celui qui regarde le temps passer (avec nostalgie semble t il...) je vois que les choses ont bien changé....