vendredi 9 janvier 2009

Où il est question de désir...

Suis-je en absence de désir?
Ne pas avoir de désir particulier depuis la zone située au bas du ventre, en haut des jambes est-ce une absence de désir?
Je veux dire...Le désir se résume-t-il à cela?
Qu'est ce que le désir?
Pouvons-nous atteindre sereinement l'objet de notre désir comme le suggère Spinoza ou le désir est-il par essence ce qui nous manque et nous échappe, comme le suppose Sartre?
Dans ce dernier cas, pas de bonheur possible puisqu'on désirerait ce qu'on a pas et souffririons de ce manque jusqu'à ce qu' on ait ce que dès lors on ne désirerait plus, provoquant l'ennui.
J'aime bien la position bouddhique: le désir est cause de souffrance, il génère l'illusion et nous conduit à vivre dans un temps qui n'est pas celui du moment présent, nous arrachant à la "vraie vie". Le désir est un investissement. Il est une préférence pour l'avenir.
Or l'important n'est-il pas la vie, ici et maintenant? N'est-il pas donc salvateur de tuer le désir?
Réflexions issues de la lecture du n°27 de "nouvelles clés" magazine datant de l'an 2000.

Et si le désir était d'être toujours dans la vie d'ici et maintenant justement?
Se plonger dans le désir d'être et de faire demain comme ce que nous avons été et fait aujourd'hui....
As-tu des projets dans l'avenir? Quelle vie associative as-tu choisie? Quelle formation pour quel futur nouveau métier? Non, RIEN???? Tu n'as RIEN en vue?
En cette ère de la course aux activités, ou l'on prône la nécessité absolue de se réaliser socialement, professionnellement, politiquement, intellectuellement, artistiquement etcaeteran, au risque de passer pour une extra-terrestre, je proclame que je n'ai pas d'autres projets, d'autres désirs que d'être là où je suis en ce moment, à faire ce que je fais.
Luttons pour le "non-projet" avec sourire et energie!

3 commentaires:

noèse cogite a dit…

Un peu d'anarchie ce matin..ça fait du bien!!

Annie a dit…

Pas d'anarchie dans cet écrit...

VIVRE L'INSTANT PRESENT

ETRE DANS L'ICI ET MAINTENANT

Je n'ai pas le temps de développer ces réflexions mais je partage totalement l'avis de notre quadragénaire!

HelLutte a dit…

N'avoir ni Dieu ni maitre que soi peut être perçu comme une forme d'anarchie en effet.
Merci de revenir Annie, tes com me manquaient....