vendredi 21 novembre 2008

The show must go on de Jerôme Bel

Comme certains (enfin surtout certaines) le savent déjà, j'aime les spectacles de danse. Au mois de juin je prends mon abonnement à l'espace des arts (pas que de la danse, d'ailleurs) et tout au long de l'année je me délecte. Hier soir, c'était "the show must go on" conçu par Jérôme Bel avec le Ballet de l'Opéra de Lyon. Cela vaut un ptit billet. A 20h, les lumières s'éteignent. La musique s'élève dans la salle plongée dans l'obsurité...Et qui le reste pendant toute la durée du morceau. Un silence pesant suit la fin de la musique.
On se dit: "doit y avoir un truc qui marche pas". Puis si, une deuxième musique moderne démarre toujours dans le noir. Au tiers du morceau le rideau se lève sur une scène vide, qui s'allume enfin.
Alors on se dit en soi-même:
"bon, on est venu voir des DANSEURS, forcément, ils vont arriver et on les a tellement attendus que l'entrée va être époustouflante".
Eh bien NON! 21 danseurs arrivent, habillés comme vous et moi (enfin peut-être plus comme vous que comme moi, d'ailleurs) et nous font face, côte à côte au fond de la scène, dans une parfaite IMMOBILITE. Jusqu'à la fin du morceau. Je précise qu'il y a toujours un blanc entre les musiques parce que c'est un dj qui nous tourne le dos, qui met les cd dans un lecteur et qui prend bien son temps....Bref, il enfile le 3ème CD et là, on sent une espèce de tension electrique dans la salle presque palpable. Les danseurs ne bougent toujours pas!!!!!!! C'est pourtant "Let's dance" de David Bowie, le truc qui DEVRAIT les faire bouger! Tout d'un coup, ils bougent. Ouf! La salle se détend. Ils nous font la boîte de nuit, c.a.d du sur place, collés les uns aux autres, avec chacun son style....Mais cela ne dure pas. Ils s'arrêtent de nouveau 5 minutes puis reprennent leurs mouvements d'aujourd'hui, puis se réarrêtent... Quatrième morceau "i'd like to move it". Chacun fait UN mouvement, répétitif jusqu'à la fin de la chanson. Pour vous dire le style des mouvements: y en a un qui descend et qui remonte sa braguette, une autre en position de levrette qui monte et qui descend le bassin, une autre qui se tient les seins des deux mains en les trémoussant etc.... Cinquième morceau (à ce stade, la salle est pétrifiée) c'est un slow. Tous les hommes quittent la scène et les femmes restent là à se regarder bêtement, situation bien connue qui fait rire le public (ce qui, il faut bien le dire, détend un peu l'atmosphère). Les femmes se mettent à danser doucement de façon très danse classique. Le disc- Jockey remet un morceau assez cool puis grimpe avec difficulté sur scène (il faut préciser qu'il pèse au moins 120kg) et se met à danser devant les femmes, immobiles (non, mais c'est VERIDIQUE, ce que je vous raconte!) qui finissent par quitter la scène. Alors le DJ revient vers sa table de mixage et là tu te dis, il va arrêter. Eh bien non, il met plus fort il allume un projecteur central et se met au milieu pour nous faire quelques mouvements. Les gens applaudissent (je ne sais pas pourquoi...Sont-ils étonnés qu'un gros puisse danser, est-ce une façon de l'encourager? ). Sixième morceau: la macarena de A.Romero Monge et R.Ruiz. Tous les danseurs reviennent nous faire cette danse mythique pendant toute la durée de la musique. Pas un geste de travers. Tous, bien synchro. Je crois que c'est juste après qu'ils nous servent le titanic avec les bras tendus et tout, dans un minimalisme de mouvements absolument EPOUSTOUFLANT! des gens commencent à siffler. Les danseurs quittent la scène à la fin du morceau, la salle redevient noire et on a le droit à deux morceaux dans le noir. Alors là, il se passe un truc dans le public. FORCEMENT, on ne peut pas rester de marbre devant tant de provocation....Quelqu'un sort un portable et tout le monde se met à éclairer la salle avec son portable. Le silence entre les deux morceaux se prolongeant un peu, et nous toujours plongés dans le noir, une instite tente de crier "tous contre la suppression des rased" (faut dire que c'est typiquement le genre de spectacle qui attire les enseignants), une autre entonne une chanson, reprise par la plupart des gens du public. Tout cela se termine par un "ban bourguignon". ( Pour savoir ce que c'est: cliquez ici )
Les lumières se rallument mais pas pour éclairer la scène mais pour nous éclairer NOUS et hop le DJ nous met "la vie en rose". des gens se lèvent et se mettent à danser avec leur voisin/voisine. Je me dis :"C'est vraiment n'importe quoi ce spectacle! (n'importe naouak, comme dirait Clara), on vient voir un spectacle de danse et c'est nous qui chantons et dansons!"Mais tout cela me fait beaucoup rire et je ne regrette pas d'être venue, contrairement à certains qui scandent "remboursez, remboursez!" Est-ce l'effet du beaujolais? La salle commence à chauffer sérieusement. Lorsque le rideau se relève enfin et que les 20 danseurs viennent au bord de la scène avec les projecteurs toujours braqués sur nous, il y a un papy qui décide de monter sur scène. Il a un peu de mal parce que lui, le beaujolais, c'est SUR qu'il l'avait goûté! il nous fait signe de le rejoindre aux côtés des artistes. Un videur essaie de le faire partir mais de nombreuses personnes du public l'ont rejoint et je crains l'émeute. Les danseurs restent imperturbables! Ils quittent la scène calmement un par un. les gens vont se rassoir. Un calme relatif revient dans la salle. Pour finir, les danseurs reviennent... toujours pas pour danser, bon ça on a compris qu'on les verrait plus bouger. ils se plantent face à nous avec un lecteur MP3 à la main, des casques sur les oreilles et c'est le clou du spectacle: non seulement ils ne dansent pas, mais on N A MEME PLUS LA MUSIQUE!!!!! Fallait oser! moi, je dis Jérôme bel...BRAVO!!!! Ils lachent leur lecteur mp3, s'assoient tous, pendant l'avant dernier morceau puis carément se couchent et font semblant de dormir. Ils ne se réveilleront pas pour le dernier morceau; show must go on de Queen, nous laissant dans une perplexité sans nom. Ok, c'est un spectacle qui fait REFLECHIR. Ce metteur en scène, c'est un sacré lutteur, je lui tire mon chapeau! C'est d'ailleurs pour cela que je le partage avec vous. J'ai vraiment eu l'impression d'assister à quelque chose d'unique, de jamais vu, jamais tenté. Maintenant si vous voulez des mots plus savants sur ce spectacle, vous pouvez consulter:
ici

3 commentaires:

christine a dit…

et bien pdt ce drôle de "pestacle" j'étais de nouveau en pédiatrie pour victor (qui s'étouffait de nouveau) où j'ai BCp BCp pensé à toi, et pour être très honnête, encore plus à cyril : nous sommes tombés sur un jeune interne ressemblant en tout point à ton cher fiston : mignon, sportif, calme,.... et très très efficace. jeme suis imaginé cyril ds quelques années: gérer une maman avec son bb "tout neuf" et ses angoisses, un papa à qui il a fallu annoncer qu'on ne lui rendrait pas son fils de peur qu'il ne le batte de nouveau et qu'il faudrait qu'ol passe par la case gendarmerie et nous avec notre satanée maudite laryngite asmathique... je crois qu'il va s'éclater tant les métiers de soin et où il est question de prendre en charge des personnes toutes uniques sont hyper enrichissants...

HelLutte a dit…

Merci pour le fiston, mignon, sportif et calme, cela lui sera répété. Bon rétablissement à Victor. Nous pensons bien à vous.

laurence a dit…

excellent le "pestacle"! J'avais envie d'y aller mais pas tout seule et mon frère (qui a travaillé dans le milieu) m'a dit "non là je crois qu'il ne faut mieux pas emmener ta fille, ça risque d'être trop torride!". je ne sais pas mais là, j'ai comme un regret...